BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 11.10.2018

Grand mouvement de vente sur les marches mondiaux : est-ce la fin du cycle ?

Grace Tam

Les marchés actions internationaux ont fait l'objet d’un grand mouvement de vente cette nuit. Le S&P 500 est en baisse de -3,3 %, l’Euro Stoxx 50 de -4,1 % et le Nasdaq de -1,7 %.

city

Les marchés actions internationaux ont fait l'objet d’un grand mouvement de vente cette nuit. Le S&P 500 est en baisse de -3,3 %, l’Euro Stoxx 50 de -4,1 % et le Nasdaq de -1,7 %. L'indice VIX a bondi de 44 %. Les marchés actions asiatiques ont étendu la liquidation ce matin avec l'indice Topix à -3,9 % et le Hang Seng, de -3,7 % (au moment de la rédaction de cet article). La demande de valeurs refuges a augmenté, entraînant une baisse des rendements des obligations du Trésor US à 10 ans, passant de 3,23 hier à 3,15. Quant au yen japonais, il s’est apprécié par rapport au dollar à 112,11 contre 113 hier. 

Quelles raisons peut-on attribuer à cette correction ? 

  • La forte remontée des taux américains après que les commentaires agressifs de la part des responsables de la Fed la semaine dernière ont, depuis, fragilisé les marchés financiers. Les excellentes statistiques de l’économie américaine ont continué d’alimenter les inquiétudes sur les perspectives des taux d'intérêt aux États-Unis.
  • Le FMI a revu à la baisse ses prévisions de croissance mondiale pour la première fois depuis juillet 2016 et a donné des avertissements sur les tensions commerciales et les risques pour la stabilité financière.
  • Le regain d'inquiétude quant à l'impact de l'escalade de conflits commerciaux entre les États-Unis et la Chine sur le secteur technologique.
  • Des mesures répressives aux frontières chinoises sur les biens de luxe non déclarés, ce qui a aggravé le mouvement de vente dans le secteur du luxe au niveau mondial.

Ce n'est PAS la fin du cycle

Les fondamentaux n’ont pas changé. La récente hausse des rendements américains est en ligne avec nos prévisions, qui comprenaient une progression des taux américains. Nous pensons que la plupart des hausses de taux sont derrière nous, car il n’y a pas d'accélération de l'inflation et la croissance économique devrait ralentir en 2019. Nous maintenons nos prévisions : la Fed devrait relever ses taux une fois en décembre 2018 et deux fois au cours de l’année 2019. Par conséquent, nous n'avons pas modifié notre objectif de 3,25 % à 12 mois pour les rendements du Trésor US à 10 ans, mais nous nous attendons à un dépassement ces prochains mois.

Nous avons conservé un positionnement neutre sur les actions américaines et sur les actions mondiales du secteur de la technologie, pour une période de temps, du fait que la hausse du marché s’est poursuivie et que ces valeurs ont fait l’objet d’un sur-achat à court terme avec des valorisations relativement élevées. Il s’agit d’une correction indispensable pour apaiser cette «surchauffe». 

Nous nous attendons à ce que la volatilité se poursuive dans les prochaines semaines ou les prochains mois, tant que des risques à digérer subsistent. Toutefois, la hausse des bourses sur le moyen terme n’est pas terminée. Trois raisons fondamentales inchangées fondent notre optimisme : la hausse des profits des entreprises en 2018 et 2019, les faibles hausses des taux attendues et, enfin, les valorisations modérées des bourses. Le marché américain est cher par rapport aux standards historiques mais sa valorisation est moins tendue qu’il y a un an grâce à la hausse des profits. Rien à ce jour ne remet en cause ces trois arguments lourds.