BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 21.09.2016

La Banque du Japon a-t-elle répondu aux questions des investisseurs ? Nous allons voir !

Guy Ertz

La BoJ a prouvé qu'elle était créative

La BoJ a gardé ses taux inchangés, abandonné l’objectif de maturité moyenne sur les obligations souveraines et a introduit à la place un contrôle de la courbe des taux. Les actions des banques japonaises ont rebondi. Les banques européennes également, sur des rumeurs que la BCE puisse aussi cibler la courbe des taux. Les effets sur le yen devraient rester limités à court terme. Les projections de la Fed ce soir pourraient générer un mouvement plus important (dépréciation du yen contre dollar).
 

Avant la réunion de la Banque du Japon

Le Japon se bat contre une croissance faible et une inflation atone alors que paradoxalement, sa devise est forte, ce qui nuit à la compétitivité de ses entreprises. La Banque du Japon (BoJ) a essayé d’endiguer cette dynamique en mettant en place une politique monétaire non conventionnelle en plus des mesures plus classiques. Cette politique n’a pas encore porté ses fruits, l’inflation est encore à des niveaux déprimés et le yen reste fort.

La combinaison de baisses des taux, avec l’introduction de taux négatifs, et du Quantitative and Qualitative Easing (Quantitatif : le montant du programme, cible ou fourchette, et Qualitatif : type d’actifs avec maturités ciblées), a eu des effets significatifs. Cela a poussé les taux sur toutes les maturités vers des plus bas historiques, les taux sont désormais négatifs sur les maturités comprises entre deux et quinze ans et proches de zéro sur les maturités plus longues. Cette politique n’est cependant pas sans dommages collatéraux. Les taux négatifs et la courbe des taux plate pénalisent le secteur financier, mettant les fonds de pension et les investisseurs de long terme sous pression.

Récemment, les taux ont fortement rebondis suite à des inquiétudes sur l’efficacité de la politique de la banque centrale. Le taux deux ans a gagné 0,10% depuis le point bas, le 10 ans s’est adjugé 0,20% et le 30 ans 0,45% !

La BoJ détient actuellement 40% de la dette souveraine nationale, et bientôt 60% si elle poursuit ses achats au rythme actuel. Elle possède également près de 65% du total des ETF’s Japonais.
 

La décision de la BoJ
 

Après avoir été la première banque à introduire un programme d’assouplissement quantitative en 2001, la BoJ nous a démontré aujourd’hui qu’elle sait être créative pour répondre aux problématiques.

Concernant le volet non-conventionnel de sa politique (QQE), elle a abandonné la cible de maturité moyenne et a introduit un contrôle de la courbe des taux. Cela signifie qu’elle maintient son programme de rachat d’obligations souveraines, mais l’objectif annuel de 80 trillions de yen pourra fluctuer à court terme afin de contrôler les taux obligataires. La BoJ souhaite conserver le taux de rendement à 10 ans autour de 0%. Elle maintiendra sa politique tant que l’inflation ne se sera pas stabilisée au-dessus de 2%.

Concernant la politique de taux, la BoJ maintient son taux de dépôt à -0,1%. Ce taux négatif s’applique sur une partie des réserves excédentaires détenues par les banques et placées auprès de la banque centrale.

Nous pensons que la BoJ prépare actuellement le terrain en cas de future appréciation du yen. En contrôlant la courbe des taux, elle pourrait entretenir une certaine pentification afin de limiter les effets néfastes sur les banques. Si le yen venait à s’apprécier dans le futur, elle pourrait alors abaisser son taux directeur sans trop impacter le système financier.
 

Les premières réactions sur les marchés:
 

La BoJ prend en fait le contrôle du marché de la dette souveraine grâce à son QQE associé à un contrôle de la courbe de taux. Les taux japonais ont monté, à l’image du taux 10 ans qui affiche une hausse de 5 bps à -0,02%.

Le yen s’est affaibli face au dollar de près de 1.0% à 102,73, et de 0.80% contre l’euro à 114,19. La décision de la Fed plus tard dans la journée aura probablement plus d’impact sur les taux de change, en particulier si elle décide de remonter ses taux (ce qui n’est pas notre scénario, nous privilégions le meeting de Décembre). Nous maintenons notre prévision à 3 mois sur l’USD/JPY à 105 et à 112 dans 12 mois.

Les actions japonaises ont repris du terrain, tirées par le secteur bancaire (Topix banks Index) qui s’adjuge 7%. Les banques européennes ont ouvert en hausse ce matin sur fond de spéculations sur le fait que la BCE pourrait adopter une politique similaire de contrôle de la courbe des taux.