BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 03.12.2018

Ho ! Ho ! Ho ! : Le père Noël va-t-il nous livrer une hausse sur les marchés ?

Prashant BHAYANI

Le président Trump et le président Xi sont arrivés à une trêve commerciale lors des réunions du G20 du week-end dernier.

market movements

Les points positifs de la réunion Trump-Xi

Le président Trump et le président Xi sont arrivés à une trêve commerciale lors des réunions du G20 du week-end dernier.

Les États-Unis ont reporté de trois mois les droits de douane supplémentaires, sur 200 milliard $ de marchandises supplémentaires. Les tarifs actuels resteront donc à 10% au lieu des 25% prévus. Alors que la Chine a accepté de reprendre ses achats de produits agricoles, énergétiques et industriels, les autres questions relatives à la propriété intellectuelle (IP) sont des tensions à long terme qui se règleront probablement sur de nombreuses années.

“On peut dire que qu’aucun des deux camps n'a cédé grand-chose, la Chine avait proposé d'importer des biens supplémentaires plus tôt dans l'année avant l'adoption des nouveaux tarifs douaniers. Par conséquent, ces avancées, malgré les droits de douane existants constituent une légère concession. Les États-Unis sont gagnants à court terme étant donné l'impact négatif sur les exportations agricoles, et les perturbations de la chaîne d'approvisionnement des entreprises technologiques américaines liées à la hausse des droits de douane. Bien sûr, les États-Unis conservent aussi la possibilité de relever à nouveau les tarifs l'année prochaine.

Prashant BHAYANI

CHIEF INVESTMENT OFFICER ASIA  

Toutefois, la trêve permet d'éviter une crise commerciale, ce qui laisse une marge de manœuvre et intervient au même moment que la croissance chinoise ralentit tandis que la croissance américaine atteint son point culminant. En effet, nous pensons que les deux parties ont quelque chose à perdre. En termes de croissance pure ou de PIB, l'atténuation des tensions commerciales devrait bénéficier davantage à la Chine et aux pays de la chaîne d'approvisionnement qu'aux États-Unis.

L’aboutissement principal de cette négociation réside dans le fait que la Chine a accepté de faire des progrès dans des domaines qui préoccupent les États-Unis et d'autres nations, tels que :

(1) la réduction des obstacles non tarifaires, y compris les règles relatives aux coentreprises qui permettent le transfert de technologie ;

(2) le respect de la propriété intellectuelle, et la sécurité informatique

(3) la réduction de l'excédent commercial par la hausse des importations.

 

Il est clair que les questions de propriété intellectuelle ne disparaissent pas, mais cela ouvre la voie au dialogue. Il est important de noter que le mois dernier, le président Xi s'est engagé à renforcer la protection de la propriété intellectuelle et à augmenter les amendes pour abus. Aussi, il s'est engagé à réformer les entreprises d'État (SOE) dans le cadre des directives de l'Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE).  Compte tenu de l'ambition de la Chine en matière de technologie, le renforcement de la protection de la propriété intellectuelle, la réforme des SOE, et la réduction du transfert de technologie, sont dans l'intérêt à long terme de la Chine si elle veut exporter des technologies stratégiques et progresser dans la chaîne de valeur. Cela devrait rendre l'économie chinoise plus compétitive, mais aussi permettre aux entreprises étrangères d'accéder à des conditions de concurrence plus équitables. Il y a donc des raisons d'être optimiste quant à l’avancée du contentieux. Les États-Unis et d'autres partenaires commerciaux seront en attente d’éléments concrets concernant la progression de ces importantes réformes chinoises.

Tremplin de la récente hausse des marchés émergents et asiatique

La reprise des marchés action dans les pays émergents et en Asie observée depuis la fin du mois d’octobre 2018 a été initiée par :

(1)  Un rapport risque/rendement attrayant,

(2)  Les devises émergentes au plus bas par rapport au Dollar.

(3)  La posture conciliante de la Fed,

(4)  La trêve commerciale

(5)  Un pessimisme excessif

De nombreux acteurs du marché se sont montrés trop pessimistes à l'égard des actions des marchés émergents/asiatiques à la fin du mois d'octobre. Un certain nombre d’entre eux ont doublé leurs opinions pessimistes, certains sont restés silencieux, et d’autres manquaient de convictions pour considérer le sell-off comme une opportunité tactique. Nous avons divergé pour deux raisons 

(1) Les devises émergentes étaient au plus bas et sous-évaluées – un tremplin clé pour les actions émergentes et les obligations en devise locale.

(2) Les valorisations des actions ont déjà intégré un pessimisme excessif sur le rythme de hausse des taux de la Fed, le ralentissement de la croissance et les tensions commerciale

Depuis la fin du mois d'octobre de cette année, l'indice Hang Seng a progressé d'environ 10%, et nous avons également revu à la hausse les actions indonésiennes et sud-coréennes à un niveau positif, en hausse de respectivement 12% et 8% environ en dollars en seulement quelques semaines. Les actions des marchés émergents ont également commencé à surperformer les marchés développés. Par ailleurs, les devises émergentes se sont stabilisées et/ou appréciées depuis la mi-septembre 2018. 

Même si nous attendons toujours une hausse de la volatilité à moyen terme, la hausse actuelle des marchés action pourrait s’accélérer en fin d’année. Toutefois ? une performance positive est souvent observée lorsque le marché interprète les mauvaises nouvelles comme étant moins négatives, comme le montre l’évolution récente. Le Père Noël se montrera-t-il généreux ou les marchés n’ont-ils pas été assez sages cette année ?