BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 18.12.2017

Ce qu’il faut retenir des dernières réunions des Banques Centrales

Guy Ertz

La Réserve Fédérale, la BCE et la Banque d'Angleterre planifient une normalisation des politiques monétaires, mais à différents rythmes.

La Réserve fédérale : avant la réunion

Les intentions de hausse de taux de La Réserve fédérale (Fed) était claires lors de la dernière réunion. Depuis la réunion d’octobre, l’économie a continué de montrer des signes d’amélioration. En effet, les derniers rapports de l’emploi, les enquêtes auprès des entreprises et les chiffres de l’inflation, donnaient tous un signal positif.

L’incertitude principale d’avant réunion était la possibilité d’un changement dans leurs prévisions économiques (croissance, chômage et inflation), une possible augmentation des “dots” de la Fed (prévisions anonymes des membres de la Fed quant aux taux directeur), ou une augmentation plus forte qu’anticipée du taux cible.

Ce que la Réserve fédérale a décidé

La Fed est restée fidèle à elle-même en évitant de surprendre les marchés. En effet, la décision d’augmenter le taux cible de 25pb à 1,50% était parfaitement en ligne avec les attentes. Les membres de la Fed prévoient que la réforme fiscale sera bénéfique pour le PIB mais temporairement. Ils pensent que ce stimulus n’aura pas d’impact majeur sur le moyen terme, sur trois éléments : l’inflation, les attentes de croissance et le niveau cible des taux d’intérêt. En effet, aucun changement n’est à noter dans la moyenne des “dots” (prévisions des membres de la Fed) pour 2018. Ceci, suggère trois hausses de taux correspondant ainsi à notre prévision. La moyenne des attentes pour 2019 a augmenté légèrement alors que les membres plus “orthodoxes“ ont révisé leurs prévisions à la hausse.

Le changement principal pour 2020 est l’augmentation de la prévision (médiane) de 2,9% (en septembre) à 3,1% et une estimation à long terme de taux neutres à 2,75%. Ceci suggère que suite aux stimuli fiscaux et à la chute du chômage sous 4%, la Fed devrait adopter des mesures restrictives. Il est important de noter qu'il y aura un changement substantiel dans les membres du FOMC en 2018, les prévisions du comité pourraient donc être changées l‘an prochain. Nous pensons que la Fed augmentera trois fois les taux l‘an prochain mais aucune hausse en 2019, alors que la croissance économique devrait ralentir. En ce qui concerne la politique monétaire quantitative, la Fed continuera de réduire son bilan via moins de réinvestissement d’obligations arrivées à maturité. Le bilan a culminé à 4,5 billions de dollars et a entamé une diminution lente. Le processus de normalisation sera long. Nous gardons un objectif à 12 mois de 2,75% pour les obligations d'états à 10 ans américaines.

La BCE: Avant la réunion

Les développements économiques ont été très bons au cours des derniers mois. Les attentes suggéraient que le comité de politiques monétaires de la BCE serait plus confiant quant à la convergence vers son objectif d'inflation de 2%. Un sujet clé de l’annonce d’aujourd’hui était la révision des prévisions économiques et particulièrement les projections pour 2020.

La décision de la BCE

Sans grande surprise, la BCE a décidé de laisser sa politique monétaire inchangée. Le message général était toujours prudent. Elle a réitéré que les taux resteraient bas pour encore une longue période tout en gardant la possibilité de plus de stimulus si nécessaire. La banque a annoncé qu’elle n’arrêterait pas ses achats obligataires avant septembre 2018. Elle continuera également de réinvestir les revenus des obligations qui arrivent à maturité pour une plus longue période de temps. Les membres de la BCE sont plus confiants d’atteindre leur objectif d’inflation et ont annoncé une prévision de 1,7% pour 2020. Ceci reste sous leur objectif. Nous pensons que la BCE augmentera encore une fois ses achats nets avec une progression moins forte pour le dernier trimestre de 2018, avant de l’achever. La banque continuera en revanche de réinvestir les avoirs à maturité. Nous prévoyons une hausse du taux de dépôt par la BCE au T2 2019 à -0,20% de -0,40% actuellement et une hausse à 0% vers la fin 2019 en augmentant le taux de refinancement à 0,25%. Nous gardons un objectif 12 mois de 1% pour les obligations gouvernementales 10 ans allemandes.

La Banque d’Angleterre (BoE) : Avant la réunion

L’accord entre Royaume-Unis et UE sur trois points clefs du Brexit (droits des citoyens, le règlement financier, et la question de la frontière irlandaise) a surpris positivement. Il est en revanche important de noter que cet accord reporte la décision quant à la frontière et qu’il subsiste certaines incertitudes. Le risque d’un « hard Brexit » a ainsi été drastiquement réduit. Nous avons vu une réaction positive des marchés, ce qui suggère que les indicateurs de confiance de commerces et de consommateurs pourraient suivre le mois prochain. C’est pourquoi les différents acteurs de marché étaient enthousiastes quant à l’annonce possible par la BoE d’un changement dans les politiques futurs.

La décision de la BoE

La BoE a décidé de laisser sa politique monétaire inchangée. Le vote était unanime. Le Gouverneur Carney a utilisé un ton plus positif sur les risques alors que le risque d’un « hard Brexit ». Les indicateurs de confiance des entreprises et des consommateurs devraient s’améliorer si de nouveaux éléments perturbateurs n’apparaissent pas. Nous pensons toujours que la BoE n’est pas pressée de resserrer sa politique dans les mois à venir.  Le comité attendra probablement d’avoir plus de certitude sur l’accélération de la croissance des salaires.

Réactions de marchés

Bien que ces réunions étaient très attendues, les annonces n’ont pas eu d’impacts majeur sur les marchés. Les rendements américains sont proches du niveau avant l’annonce. Le dollar s’est affaibli face à l’euro malgré un léger rebond aujourd’hui. En Europe, les rendements sont remontés légèrement  après l’annonce de la BCE. L’inverse s’est produit au R-U. Les mouvements entre livre, euro et dollar, ont été limités. Enfin, les marchés actions n’ont pas enregistrés de changement significatif de tendance.