BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 15.06.2018

Perspectives mensuelles sur les devises

Guy Ertz

Le récent retour du dollar devrait être temporaire. Pour les investisseurs basés en euro, les devises suédoises et norvégiennes sont attractives.

Dollar contre euro

Le dollar s'est apprécié face à la plupart des autres grandes devises en mai, passant de 1,20 contre l’euro à 1,155 dans les derniers jours de mai, avant de se stabiliser aux alentours de 1,18 au début du mois de juin. Cette nette appréciation est le résultat de deux principaux facteurs. Premièrement, la dynamique économique reste bien en place aux États-Unis tandis que d'autres pays ont vu leurs économies croitre à un rythme plus modéré au cours des derniers mois. Deuxièmement, la Réserve fédérale reste encline à relever les taux d’intérêts tandis que la plupart des autres pays développés n'ont pas vu leurs banques centrales relever les taux d’intérêts. Nous pensons que la faiblesse  en Europe devrait être temporaire. Néanmoins, l'euro est peu susceptible de largement s’apprécier avant que les données économiques ne s’améliorent. En conséquence, nous avons revu notre prévision sur l’EUR/USD à 1,19 dans 3 mois (valeur d’un euro). Au cours de l'année à venir, nous prévoyons l'EUR/USD à 1,22. Nous pensons que l'écart de rendement entre l'Europe et les États-Unis, bien qu'important, diminuera au fil du temps et ne suffira pas à contrebalancer l’effet des grandes banques centrales (notamment la BCE) durcissant leurs politiques monétaires. De plus, nous notons les différentes vulnérabilités structurelles auquel fait face l'USD (notamment la hausse du déficit public).

La livre sterling

Depuis le début du mois de mai, la livre sterling a oscillé principalement dans la fourchette de 0,77-0,88 par rapport à l'euro. La dynamique économique demeure relativement faible par rapport aux autres pays du G7, tandis que les perspectives sont assombries par le manque de clarté quant à ce que au Brexit. En effet, si les entreprises s'attendent à ce que la sortie de l’Union Européenne fasse baisser les ventes, les exportations et l'investissement dans l'ensemble, l'absence de consensus au sein du gouvernement et des parties politiques devraient maintenir l'incertitude à un niveau élevé. Nous voyons trois facteurs principaux lorsque nous nous penchons sur la livre sterling. Premièrement l'économie, qui devrait être relativement faible mais peu susceptible d'entraîner une forte variation du sterling, car ce résultat est bien anticipé. Ensuite, il y a la banque centrale. C'est un facteur de surprise qui devrait ajouter de la volatilité en fonction de la communication de la Banque d'Angleterre. Enfin, le Brexit représente le facteur de risque. Si les négociations ont quelque peu progressé, le chemin à parcourir avant de quitter l'UE est encore long et sera probablement fastidieux. Nous nous attendons à un EUR/GBP autour de 0.88 dans 23 et 12 mois étant donné notre scénario central d’un Brexit « doux ». 

Couronne suédoise et de la couronne norvégienne

La couronne suédoise (SEK) et la couronne norvégienne (NOK) se sont appréciées par rapport à l'euro depuis le 1er mai. La forte croissance économique du premier trimestre, associée à une meilleure inflation en Norvège, a fait passer l'EUR/NOK de 9,70 à 9,50 (valeur de 1 EUR). En Suède, le contexte d'inflation a également été meilleur que prévu et a soutenu la couronne, sans compter que la banque centrale a laissé la porte ouverte à une hausse de taux avant la fin de l'année. Comme nous nous attendons à ce que les deux économies nordiques continuent de bien performer en 2018 et que l'inflation devrait poursuivre sa tendance haussière, nous voyons de solides arguments pour que la Norges Bank (banque centrale de Norvège) et la Riksbank (banque centrale de Suède) deviennent plus encline à relever les taux. Cela devrait alimenter les monnaies via des rendements obligataires plus élevés et réduire la prudence des investisseurs à l'égard des deux monnaies. Nous ciblons l’EUR/NOK à 9,40 dans 3 mois et à 9,10 dans 12 mois et nous voyons l’EUR/SEK atteindre 9,80 dans 3 mois et 9,30 dans 12 mois.

Source: BNP Paribas Wealth Management