BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 07.12.2015

Un meeting de l'OPEP décevant

Guy Ertz

L’OPEP a choisi de maintenir son niveau de production actuel au risque de peser sur les prix à court terme.

Depuis un an, les prix du pétrole ont fortement chutés, suite à la décision de l’OPEP de ne pas limiter sa production. A l’issue de sa dernière réunion l’OPEP a choisi de maintenir son niveau de production actuel. A court terme cette décision devrait peser sur les prix. A long terme nous attendons une augmentation de la demande et une baisse de la production, chez certains producteurs qui subissent de trop grosses pertes, ce qui devrait faire remonter les prix.


La situation avant la réunion de l’OPEP


Il y a un an, l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole  a provoqué une forte chute des prix du brut quand elle a décidé de maintenir sa production et de continuer d’alimenter  un marché déjà en excédent afin de forcer les producteurs à coûts élevés à réduire leurs opérations. L’Arabie Saoudite, le plus gros producteur de l’organisation et l’architecte  de la politique actuelle est restée opposée à une réduction de la production tant que les gros producteurs qui ne font pas partie de l’organisation, comme la Russie et le Mexique ne coopèrent pas.


Le communiqué de l’OPEP


Après une réunion difficile à Vienne qui devait durer quatre heures mais qui en a pris sept,  l’OPEP a écarté l’idée de limiter la production pour contrôler les prix. Le communiqué officiel ne reprend tout simplement plus d’objectif de production.

L’organisation déclare qu’elle va continuer de pomper autant qu’à présent, soit environ 31,5 millions de barils par jour. L’OPEP attendra le mois de juin pour décider d’un nouvel objectif.

L’excédent d’offre devrait se maintenir en 2016. L’Iran, qui a été limitée pendant des années par les sanctions liées à son programme nucléaire, a l’intention d’accroître sa production de 3,3 millions de barils par jour actuellement à 4 millions en fin d’année 2016.


Les réactions du marché


Les prix du brut ont baissé de 3,5% sur la nouvelle, le WTI se traitant à 40,2 $/b et le Brent à 43,5 $/b. La réunion de l’OPEP ne change rien à la situation actuelle. L’excédent d’offre de brut s’élève jusqu’à 2 millions de barils par jour sur une production totale estimée de 95 millions de barils par jour.

On ne peut exclure que les prix de pétrole baissent temporairement encore plus bas car les stocks au niveau mondial atteignent des niveaux record. Mais nous nous attendons à ce que producteurs de pétrole de schiste américains continuent de réduire leur production car a ce niveau de prix, ils sont non seulement en pertes mais subissent des cash flows négatifs.  Comme la demande devrait croître 1,3 mb/j en 2016, nous maintenons pour l’année prochaine notre bande de fluctuation de 45-55 $/b pour le WTI et 50-60 $/b pour le Brent.