BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 19.04.2018

La devise brésilienne va-t-elle poursuivre sa baisse ?

Guy ERTZ

La faiblesse devrait être temporaire. Nous prévoyons 3.10 à 12 mois compte tenu des bonnes perspectives économiques et de réformes structurelles.

La devise brésilienne (real ou BRL) s'est dépréciée depuis le 1er mars par rapport au dollar américain, passant de 3,24 à environ 3,40 (valeur d'un dollar américain) ces derniers jours. Les derniers mouvements ont probablement été motivés par l'incertitude croissante concernant les élections d'octobre prochain.
 

Les facteurs macroéconomiques tels que les taux d'intérêt et les projections de croissance ont été quelque peu relégués au second plan ces derniers mois, les élections approchant à grands pas. Le fait que l'ancien président Lula est maintenant emprisonné et pourrait ne pas être candidat a largement augmenté la part des électeurs indécis au profit du parti de centre-droit PSL et des partis de centre-gauche REDE et PDT. Cependant, le résultat final est encore très incertain. De récentes accusations de corruption ont vu les électeurs manifester leur mécontentement. Cela pourrait jouer en faveur de candidats moins connus. De plus, Lula, bien que probablement inéligible et emprisonné, pourrait commencer à faire campagne pour son parti. 
 

En ce qui concerne la croissance et l'inflation, nous nous attendons à ce que l'économie brésilienne croisse de 3 % cette année, grâce au dynamisme des exportations et de la demande de matières premières. Après avoir atteint un sommet de 11 % au début de 2016, l'inflation est tombée à un point bas historique d'environ 2,7 %. Ce chiffre est inférieur à la fourchette cible de la banque centrale. La baisse de l'inflation a permis à la banque centrale de réduire les taux d'intérêt, ce qui devrait être un facteur positif clé pour la consommation et les investissements dans les trimestres à venir. Comme l'a signalé Moody's le mois dernier, la faiblesse de l'inflation et des taux d'intérêt a également un impact positif sur les comptes budgétaires et sur la dynamique de la dette. Les perspectives à moyen terme pourraient également s'améliorer, car nous nous attendons à ce que le prochain gouvernement poursuive les réformes nécessaires (en particulier en ce qui concerne les retraites) afin de soutenir l'assainissement budgétaire. Nous soulignons néanmoins que les réformes ont été repoussées à plusieurs reprises et qu'il faut s'attaquer à la dette publique croissante ainsi qu'au déficit budgétaire important et persistant. Une amélioration dans ce domaine sera nécessaire pour offrir un soutien structurel à la devise brésilienne.
 

À court terme, nous voyons l'incertitude politique à l'approche des élections générales maintenir le BRL autour de 3.25 sur un horizon 3 de mois. A moyen-terme, la devise devrait s’apprécier vers 3.10 à 12 mois. En effet, les perspectives macroéconomiques sont positives et nous nous attendons à ce que le prochain gouvernement fasse avancer les réformes, ce qui devraient améliorer les finances publiques et, soutenir la croissance potentielle.