BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 24.02.2017

Vous avez dit budget de risque ?

Luc Lefer

Nous savons tous ce qu'est un budget pour notre vie quotidienne, mais savons-nous ce qu'est un budget de risque dans le cadre de la gestion de notre patrimoine ?

La notion de budget intègre à la fois une dimension d'anticipation (faire face à des dépenses à venir, qu'il s'agisse de dépenses récurrentes ou d'un projet à financer) et de limite (définir un montant minimum et/ou un maximum). Cette notion peut aussi être appliquée dans le domaine de la gestion financière pour prévoir une limite au risque que l'on est prêt à prendre.

 

Quel risque?Dans le domaine de la gestion de patrimoine, le budget de risque est la limite fixée à la variation d'un ensemble d'actifs de natures différentes (actions, obligations ou l'or par exemple). En effet on peut associer à chaque type d'actif financier un niveau de risque qui peut s'exprimer avec plusieurs types d'indicateurs* qui ont en commun d'appréhender la variation d'un actif.

L'indicateur le plus communément utilisé est celui de la volatilité qui peut être défini de manière simple comme  l'amplitude des variations du cours d'un actif financier par rapport à sa moyenne sur une période donnée. Plus ces amplitudes sont fortes plus l'actif est considéré comme risqué. Et plus l'actif est risqué plus l'espérance de gain (ou de perte) est importante.

A titre d'exemple la volatilité des actions est supérieure à celle des obligations d'Etat. En effet la probabilité qu'une action perde sa valeur est plus forte qu'une obligation d'Etat dont le remboursement est pratiquement certain. Encore plus concrètement lorsqu'on dit que la volatilité d'une action est de 12%, cela veut dire que par rapport à sa moyenne historique (sur une période donnée) sa variation peut avoir une amplitude à la hausse (ou à la baisse) de 12%. Tous les actifs n'ont donc pas le même niveau de risque. (Pour reprendre l'exemple précédent les actions ont une volatilité moyenne de l'ordre de  16% tandis que les obligations d'état ont une volatilité moyenne de 1.5%. De plus ils n'évoluent pas tous de la même façon. On dira alors que deux actifs sont corrélés positivement lorsqu'ils évoluent dans le même sens (à la hausse ou la baisse) ou corrélés négativement lorsqu'ils évoluent en sens contraire.

 

Comment se définit le budget risque ?

Le budget consiste donc à  fixer un niveau de risque maximum en créant un portefeuille de plusieurs actifs :

  1. c'est d'abord une façon de prédéfinir les amplitudes du portefeuille en les estimant au préalable (sur la base d'une analyse historique -volatilité ex-post- ou d'une analyse des anticipations de marché-volatilité ex-ante ou implicite)
  2. cet encadrement structure la sélection des actifs pour s'assurer régulièrement que le budget est respecté
  3. il contribue par ailleurs à l'objectif  de réduction du risque global du portefeuille en sélectionnant des actifs de niveaux de risque différents voire négativement corrélés.

Le pilotage de ce budget de risque est le travail du gérant sous mandat. Il est responsable de gérer cette diversification d'actif avec un double objectif : la recherche d'un rendement et le respect du budget de risque.

Pour illustrer, le gérant assemble les pièces (les actifs) d'un puzzle en s'assurant de leur compatibilité (niveaux et corrélation des risques) pour obtenir le meilleur rapport rendement/risque possible. Par contre si la gestion d'un portefeuille  nécessite de la patience comme dans la réalisation d'un puzzle, elle s'avère nettement moins tranquille... En effet les niveaux de risques et les corrélations ne sont pas stables dans le temps. Des événements influent constamment sur le niveau des risques (ex. événements de marchés, de la vie de la société cotée,..).  Les risques s'accroîtront  en période de doutes ou d'absence de visibilité et inversement. En d'autres termes, les formes des pièces du puzzle bougent en permanence....

 

Le budget est-il vraiment nécessaire?

Ce n'est pas nécessaire...c'est indispensable.

D'abord la notion de risque est nécessairement associée à la notion de rendement ou de performance. Par ailleurs, pour prendre une image, peut-on imaginer conduire sans indicateurs de vitesse? C'est indispensable... Enfin la réglementation précise toujours plus le cadre du suivi des risques et de leur communication aux détenteurs de produits financiers.
 

Un grand sportif disait que « pour gagner, il faut risquer de perdre ».

Le budget de risque permet de préciser jusqu'où l'on est prêt à perdre pour... gagner.

*comme la volatilité, la VaR (Value at Risk), le maximum drawdown