BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Philanthropie — 14.09.2017

Sonal Sachdev Patel: Philanthropie, La Tradition Revisitée

Découvrez le portrait de Sonal Sachdev Patel, qui gère la Fondation GMSP.

“La leçon que mes parents m’ont transmise est qu’il faut être sur le terrain et à l’écoute. Le respect mutuel et le partenariat sont essentiels. Ils étaient très discrets, et ma mère estimait que de parler de ce qu'ils faisaient entachait la noblesse du geste. Je ne le vois pas ainsi - si vous parlez des problématiques, vous avez la possibilité d’impliquer d'autres personnes dans la résolution de ces problèmes.”

Ms. Sachdev Patel, Présidente de la GMSP Foundation

 

« Lorsque mes parents sont arrivés au Royaume-Uni, ils n'avaient rien. Mais ils ont toujours donné tout ce qu'ils avaient », explique Sonal Sachdev Patel. « Ce n'étaient pas de grands gestes philanthropiques, mais au sein de notre communauté, tout ce qu'ils pouvaient faire, ils le faisaient. J’ai observé cet exemple en grandissant et cela m'a inspirée. »

Née au Royaume-Uni, Mme Sachdev Patel, âgée de 37 ans, se sent toujours profondément liée aux racines indiennes de sa famille. Et son engagement envers la philanthropie fait partie de ce lien familial. Ancienne consultante en stratégie, elle gère maintenant la Fondation GMSP, créée en 2006 par ses parents, Ramesh et Pratibha Sachdev, grâce à la fortune qu’ils ont acquise via Lifestyle Care, une entreprise de soins à domicile à succès. La fondation est active en Inde, où elle se concentre sur l'investissement au profit des femmes et des jeunes filles, et au Royaume-Uni, où elle soutient les femmes noires, asiatiques et d’ethnies minoritaires victimes de la violence de genre.

Mme Sachdev Patel, qui a commencé à travailler à temps plein à la fondation il y a deux ans, n'a pas suivi un chemin philanthropique radicalement différent de celui de ses parents. Les relations avec l'Inde guident toujours leur stratégie de donation, une grande partie des fonds de la fondation étant dirigés vers le Gujarat, l'État dont la famille est originaire. Avec plus de 8 millions GBP de fonds distribués jusqu'ici, la fondation soutient les organisations qui aident les femmes et les jeunes filles.

De ses parents, Mme Sachdev Patel a appris l'humilité. Elle donne un exemple du type de soutien apporté par la fondation, en citant notamment le développement d'une application conçue pour promouvoir la santé maternelle. « Même si les femmes appréciaient cette application », dit-elle, « elles ne pouvaient pas suivre la plupart des conseils fournis car nombre d’entre elles n'avaient pas accès à l'acide folique ou à l'eau potable ». « Leurs problèmes étaient beaucoup plus basiques », affirme-t-elle. « La leçon que mes parents m’ont transmise est qu’il faut être sur le terrain et à l’écoute. Le respect mutuel et le partenariat sont essentiels », ajoute-t-elle.

Mais, même si elle considère perpétuer la tradition familiale, Mme Sachdev Patel se sert des outils numériques à sa disposition, tels que Facebook et Twitter, pour faire connaître les causes soutenues par la fondation et l’impact social généré par les fonds alloués.

En faisant connaître les causes que la famille soutient au grand public, Mme Sachdev Patel se fraye un nouveau chemin. « Ils étaient très discrets, et ma mère estimait que de parler de ce qu'ils faisaient entachait la noblesse du geste », explique-t-elle. « Je ne le vois pas ainsi - si vous parlez des problématiques, vous avez la possibilité d’impliquer d'autres personnes dans la résolution de ces problèmes ».

S’agissant de l'avenir, l'objectif de la famille est de transmettre ces valeurs aux petits-enfants en les emmenant sur le terrain en Inde et en les impliquant dans des causes sociales au Royaume-Uni. « Nous voulons qu'ils soient de bons êtres humains », dit-elle. « Nous espérons qu'ils perpétueront notre combat, même s’ils sont encore très jeunes, en tous cas nous y travaillons ».