Perspectives mensuelles sur les devises
#Articles — 09.06.2021

Perspectives mensuelles sur les devises

Guy Ertz, Chief Investment Advisor

city

Résumé

  1. Plusieurs pays européens ont de nouveau levé les mesures de confinement en mai. Le Royaume-Uni a rouvert ses locaux intérieurs car aucun décès lié au Covid n'a été enregistré le 10 mai, la première fois en 14 mois. De nombreux gouvernements feront de même dans les semaines à venir, un signe très positif pour l'économie mondiale, en particulier la zone euro.
  2. L'économie américaine se redresse bien, tout comme l'inflation. Les autorités sont convaincues qu‘elle est transitoire, mais ces niveaux élevés ont conduit à la volatilité des marchés étrangers. L'EURUSD a dépassé le niveau de 1,20 et devrait continuer à le faire à mesure que l'écart de croissance avec les États-Unis se réduit. Maintien de l’objectif à 12 mois à 1.25 : Nous avons ajusté notre objectif de 3 mois à 1,25 (contre 1,25).
  3. Le variant indien de la Covid-19 est une source de risque baissier à court terme : Les taux d'infection ont toutefois diminué dans le monde entier mais semblent avoir atteint un pic en Inde. Selon nous, les devises refuges telles que le CHF et le JPY devraient s'affaiblir au cours de l'année.
  4. Le CNY a de nouveau surperformé les attentes.  Nous avons revu nos objectifs et observé une évolution neutre depuis (objectif 6,40). L'AUD et le NZD restent bien soutenus par les échanges commerciaux et un contexte économique mondial positif. Le CAD est la meilleure performance cette année, grâce à une forte croissance et à la normalisation du BoC.

Vision sur l’USD >> OBJECTIF 12M VS EUR: 1.25

Nouveau repli généralisé du dollar

Les États-Unis ont pris un bon départ en termes de reprise économique, mais les déficits commerciaux et de la balance courante se creusent. Ils pourraient assister à d'importantes sorties de capitaux de la part des investisseurs étrangers car le différentiel de PMI entre les US et l'Europe évolue en faveur de l'ancien continent et les valorisations des actions américaines sont plus chères. Cet environnement a ravivé la faiblesse du dollar.

Malgré une forte croissance américaine et une hausse des rendements nominaux, les rendements réels américains ont continué de baisser par rapport à leurs partenaires commerciaux. Ce n'est pas une surprise car l'inflation a atteint 4,2 % annuels en avril, son plus haut niveau depuis 2008. On s'attendait à une hausse de l'inflation, mais les investisseurs ont encore été surpris par son ampleur. Bien que nous ne voyions toujours pas de réduction des achats d'actifs et de hausse des taux d'intérêt à court terme dans la mesure où diverses mesures en faveur de l'emploi suggèrent un certain relâchement, un dépassement durable de l'objectif d'inflation pourrait contraindre la Fed à réagir plus tôt que prévu. Leurs commentaires restent assez conciliants et le niveau élevé de l'inflation est dû à des facteurs transitoires.

Enfin, les campagnes de vaccination ont également bien avancées en Europe. On parle de passeports de vaccination pour permettre les voyages transfrontaliers, ce qui devrait aider les pays de la zone euro à réduire l'écart de croissance du PIB avec les États-Unis au T2 et peut-être à dépasser les États-Unis au T3. Les nouvelles mesures de relance prises par le fonds pour la relance économique devraient également soutenir l'euro.

Par conséquent, nous ajustons notre objectif EURUSD à 1,25 (contre 1,20) pour les 3 prochains mois et conservons 1,25 (valeur d'un euro) pour les 12 prochains mois, respectivement. Cela suggère une nouvelle hausse pour l'euro.

Vision sur le GBP >> OBJECTIF 12M VS EUR: 0.84

Nouvelles positives intégrées : Potentiel de hausse limité

La plupart des facteurs positifs qui supportent la livre sterling sont intégrés dans les cours, mais il existe encore des raisons de penser que la devise pourrait encore s'apprécier. Les actions sous-évaluées ont tendance à faire mieux dans un contexte de faiblesse du dollar. Compte tenu de leur forte pondération dans les indices actions britanniques, cela devrait entraîner des entrées de capitaux sur le marché actions britannique. En outre, la livre sterling est assez sensible aux secteurs actions mondiaux qui ont le plus souffert de la pandémie. Leur réouverture devrait soutenir la livre sterling.

Les perspectives économiques restent bonnes : Les restrictions ont encore été assouplies le 17 mai, ce qui permet désormais l’accès aux sites intérieurs. Le taux de chômage est revenu de manière inattendue à 4,8 % sur trois mois jusqu'en mars. L'IPC a atteint 1,5 % interannuel en avril, contre 0,7 % en mars, et l'indice des prix de l'immobilier s'est établi à +10,2 % interannuel, soit le rythme de croissance le plus rapide depuis août 2007.

Sur le plan politique, le SNP n'a pas obtenu la majorité au parlement écossais, ce qui a des implications limitées pour l'indépendance. La question pour les mois et les années à venir sera de savoir quelle est l'approche du gouvernement britannique, puisqu'il est habilité à autoriser un référendum écossais légal.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs EURGBP (valeur d'un euro) à 0,85 et 0,84 pour les 3 et 12 prochains mois. Cela suggère un potentiel de hausse supplémentaire pour le GBP.

Vision sur le CHF >> OBJECTIF 12 M VS EUR : 1,16

Le CHF va s'affaiblir au cours de l'été

Le franc suisse est en baisse de 1,4 % par rapport à l'euro en 2021, mais il a en fait augmenté le mois dernier malgré les campagnes de vaccination positives et les différents plans de réouverture à travers l'Europe. Il reste très valorisé selon le président de la Banque nationale suisse (BNS) qui a récemment réitéré l'absolue nécessité de maintenir des taux d'intérêt négatifs (-0,75 %, le plus bas du monde). Selon le consensus, l'inflation ne devrait pas représenter un risque considérable en Suisse. Par conséquent, la BNS ne devrait pas modifier rapidement le cadre actuel de la politique monétaire. Le calendrier de cette évolution dépendra du développement mondial, de la vigueur de la reprise économique et de l'évolution des taux d'intérêt à l'étranger.

L'objectif sous-jacent est d'éviter l'appréciation du franc suisse afin de lutter contre la déflation et de protéger l'économie suisse dépendante des exportations. Même si nous pensons qu'il pourrait y avoir un rebond de la paire EURCHF au cours de l'été, grâce à une demande contenue et à un stimulus différé de la part du fonds de relance, tout renforcement majeur du CHF devrait donc être suivi d'une augmentation des interventions sur les devises.

Par conséquent, nous ajustons nos objectifs EURCHF (valeur d'un euro) à 1,14 (de 1,11) sur un horizon de 3 mois et à 1,16 sur un horizon de 12 mois (de 1,14). Cela suggère une appréciation de l'euro.

Vision sur le JPY >> Objectif 12m vs USD: 111

Toujours sous pression, mais une baisse limitée maintenant

L'USDJPY s'est consolidé autour de 109 depuis fin avril. Alors que les rendements obligataires américains recommencent à augmenter et que les rendements japonais restent bien ancrés, la paire devrait rester soutenue et progresser davantage au cours des douze prochains mois.

En effet, la devise devrait rester sous pression au cours des prochains mois en raison de la baisse de la demande de devises refuges dans un contexte de reprise de la croissance mondiale et de regain d'appétit pour le risque. La Banque du Japon devrait rester accommodante plus longtemps que la Fed. La Banque a très peu de marge de manœuvre en termes de normalisation au-delà de sa récente révision de stratégie, de sorte qu'elle ne devrait pas modifier sa position dans un avenir proche.

Néanmoins, le yen se négocie avec une forte décote par rapport à son taux de change PPP et les rendements réels sont plus élevés au Japon que dans les autres grandes économies, en raison des pressions déflationnistes internes. Nous pensons que la baisse du yen devrait être limitée.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs USDJPY à 3 et 12 mois à 111. Cela suggère une légère appréciation de l'USD par rapport au JPY.

Vision sur la SEK >> Objectif 12m vs EUR: 10.00

SEK stable, avec une certaine marge d'appréciation

Avec une reprise progressive en Suède et des PMI encourageants avec un PMI manufacturier à 66,4 et un PMI services à 71,7. La Riksbank est plutôt accommodante et la devise ne devrait pas bénéficier d'un grand soutien de sa part. Selon nous, les tensions inflationnistes sont faibles, mais de vastes mesures économiques ont soutenu l'économie. Il faudra du temps pour que l'inflation se stabilise à l'objectif de la Riksbank. Les chiffres du chômage devraient rester supérieurs aux niveaux antérieurs à la Covid19 jusqu'au début de 2022. Par conséquent, le 27 avril, la Riksbank a maintenu son orientation expansionniste et le taux des pensions à 0 %. Ce niveau devrait rester « dans les années à venir » et une nouvelle baisse des taux est peu probable, mais la Riksbank réagirait en cas de détérioration des perspectives d'inflation.

Enfin, l'économie dispose d'un petit secteur des services par rapport aux autres grandes économies limitant la hausse liée à la réouverture. Néanmoins, l'amélioration de la croissance mondiale devrait doper la croissance des exportations au S2 2021. Cela nous semble positif pour la SEK.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs EURSEK à 10,00 sur les 3 et 12 prochains mois (valeur d'un euro). Cela suggère une appréciation marginale du SEK.

Vision sur la NOK >>Objectif 12m vs EUR:  9.60

Contexte favorable et première hausse des taux cette année

En mai, la NOK n'a pas bien performé. Toutefois, les pertes sont temporaires et les principaux moteurs restent positifs dans un avenir proche. Les actifs risqués, y compris les actions mondiales et les prix du pétrole, devraient rester soutenus au cours des prochains mois, aidés par la rigidité asymétrique des banques centrales et l'amélioration des données macroéconomiques. L'indice PMI manufacturier à 58,5 en mai montre un sentiment manufacturier stable depuis la fin du T1. Avec les progrès de la vaccination dans l'UE, la majorité de la population adulte peut être vaccinée à la fin de l'été. Les évolutions internes, notamment le resserrement probable de la banque Norges au S2 2021 (à déterminer en septembre ou en décembre), et leurs ventes de devises pourraient également soutenir la NOK au fil du temps.

Par conséquent, la hausse de l'EURNOK semble exagérée par rapport à l'évolution des prix du pétrole et des actions mondiales selon BNPP STEER. La croix dépasse actuellement la reprise des prix du pétrole.

Par conséquent, nous maintenons notre objectif 3 mois EURNOK (valeur d'un euro) à 9,80 et notre objectif 12 mois à 9,60. Cela suggère une appréciation de la NOK.

Vision sur l’AUD >> Objectif 12m vs USD: 0.80

Données positives mais la politique reste stable

Le dollar australien a bénéficié du thème de la reflation mondiale et de la persistance du risque sur le sentiment. Nous nous attendons à ce que le nouvel environnement de faiblesse du dollar continue de soutenir l'AUD, mais à un rythme beaucoup plus lent compte tenu des gains importants déjà réalisés. Les perspectives économiques du pays sont encourageantes, la Banque de réserve australienne tablant sur une croissance du PIB de 4,75 % en 2021, grâce à la bonne gestion de la crise du coronavirus. Compte tenu de la sensibilité du dollar australien aux prix des matières premières, en particulier des métaux de base, et aux actions mondiales, nous pensons que le dollar australien restera bien soutenu. Les tensions avec la Chine restent un risque baissier compte tenu de l'importance de la Chine pour les exportations australiennes.

Côté monétaire, le RBA reste accommodant. Lors de sa réunion du 1er juin, le Conseil a décidé de maintenir les cadres politiques actuels. Les progrès en matière de réduction du chômage ont été plus rapides que prévu, le taux de chômage étant tombé à 5,5% en avril. Une baisse du taux de chômage à environ 5% est attendue d'ici la fin de cette année. Malgré la forte reprise de l'économie et de l'emploi, l'inflation et les tensions salariales sont modérées.

Par conséquent, nous maintenons notre objectif d'AUDUSD 3 mois à 0,78. Notre objectif à 12 mois reste à 0,80 (valeur d'un AUD). Cela implique un nouveau potentiel d'appréciation modéré pour l'AUD.

Vision sur le NZD >> Objectif 12m vs USD: 0.75

Hausse de l'inflation : Pas suffisant pour changer de position

L'économie néo-zélandaise a bénéficié d'une reprise en V après sa récession provoquée par la pandémie grâce à une gestion solide de la pandémie également. Les autorités ont indiqué que la confiance dans les perspectives augmentait à mesure que le déploiement de vaccins contre la covid-19 dans le monde stimule la reprise après la pandémie. Ils restent prudents car il n'est pas possible d'exclure un éventuel recul, mais les risques les plus extrêmes sont désormais « hors de la table ».

Néanmoins, le comité de politique monétaire de la Reserve Bank of New Zealand (RBNZ) a maintenu son taux de trésorerie officiel à 0,25 % et maintenu le programme d'achat d'actifs inchangé lors de sa réunion du 26 mai. La banque centrale ne supprimera pas les mesures de relance monétaire tant qu'elle n'aura pas la certitude d'atteindre durablement les objectifs d'inflation des prix à la consommation et d'emploi. La RBNZ prévoit que l'inflation atteindra 2,6 % interannuel au T2. Compte tenu de leurs prévisions actualisées, ils pourraient commencer à relever leurs taux au second semestre 2022. En effet, le taux cash pourrait progresser à 0,49 % en septembre 2022, 0,67 % en décembre 2022 et un peu moins de 1,5 % en décembre 2023.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs à 3 mois et 12 mois en NZDUSD à 0,72 et 0,75 respectivement (valeur d'un NZD). Cela implique un potentiel d'appréciation supplémentaire.

Vision sur le CAD >> Objectif 12m vs USD: 1.22

Début du tapering, 1er relèvement des taux à l'horizon

Fin avril, la BoC a annoncé qu'elle réduisait ses achats hebdomadaires d'obligations d'État de 4 milliard de $ CA à 3 milliard de $ CA. La réouverture, la vigueur des mesures de relance budgétaire, l'amélioration des chiffres macroéconomiques mondiaux et la forte reprise de l'économie américaine soutiennent le CAD. Le taux de participation devrait lentement augmenter d'ici la fin de 2022 et la faiblesse du marché du travail devrait se terminer au S1 2022. Les chiffres devraient revenir bientôt aux niveaux d'avant la pandémie et le taux de chômage devrait atteindre des niveaux inférieurs à 6 % à la mi-2022 (niveaux du S1 2018). Par conséquent, la Banque du Canada pourrait relever ses taux directeurs à deux reprises en 2022, avec une hausse totale de 50 points de base. De plus, nous pouvons nous attendre à la fin de l'assouplissement quantitatif en septembre 2021. Mais aussi à une nouvelle réduction du rythme en juin avec 2 milliard de $ CA par semaine, puis 1 milliard de $ CA par semaine en juillet.

Enfin, compte tenu de l'importance des États-Unis pour les exportateurs canadiens, la BoC restera sensible à la vigueur du CAD. Selon nous, cela devrait limiter la hausse.

Par conséquent, nous ajustons notre objectif 3 mois à 1,22 (à partir de 1,24) et conservons notre objectif 12 mois à 1,22 pour l'USDCAD (valeur d'un dollar). Cela suggère un mouvement latéral dans la paire maintenant et à court terme.

Vision sur le CNY >> Objectif 12m vs USD: 6.40

CNY plus résilient que prévu

La devise chinoise s'est renforcée face au dollar américain en mai, mais nous anticipons désormais une évolution latérale de la paire USDCNY. La Chine a prolongé l'exemption des droits de rétorsion sur 79 produits américains jusqu'à la fin de l'année. Cette mesure montre que la Chine n'a pas l'intention d'intensifier les tensions entre les deux grandes nations. Les chiffres montrent qu'en dépit des discours politiques, le commerce entre la Chine et les États-Unis a en fait augmenté de 8,8 % en 2020. Suite à la hausse des prix des matières premières, les autorités chinoises tentent de contenir la spéculation sur les métaux de base et surtout sur le minerai de fer. Le CNY est resté résilient jusqu'à présent.

Le fait qu'il n'y ait pas de voyages à l'étranger et un ralentissement de la dynamique interne, combinés à un revirement de la demande extérieure, est très positif pour le compte courant de la Chine et le CNY. La devise pourrait être impactée négativement par l'orientation monétaire plus neutre de la Banque populaire de Chine et ses efforts pour normaliser l'endettement financier, mais nous pensons que les inquiétudes sont exagérées.

Par conséquent, nous ajustons notre objectif USDCNY 3 mois à 6,40 (auparavant 6,60) et notre objectif 12 mois à 6,40 (valeur d'un dollar). Cela suggère une certaine baisse à court terme pour le CNY, mais une paire stable sur l'année.