#Articles — 17.01.2022

Perspectives mensuelles sur les devises

Guy Ertz, Chief Investment Advisor

city

Résumé

  1. L'inflation américaine est restée élevée en décembre, atteignant 7 %. Lors de sa réunion du 15 décembre, la banque centrale américaine (Fed) a annoncé la fin de son programme d'achats d'obligations lié à la pandémie. Ces annonces étaient anticipées par le marché et l'indice dollar américain (DXY) a été relativement stable en décembre. Lors des minutes de janvier, la Fed s’est montrée plus agressive dans sa lutte contre l’inflation et nous anticipons désormais 4 hausses de taux en 2022 dont une première en mars 2022.
  2. L'EURUSD a fluctué autour de 1,13 récemment. Nous considérons la moyenne mobile à 200 jours (1,14) comme une forte résistance et le niveau de 1,12 comme un support clé. Nous maintenons notre objectif 3 et 12 mois à 1,12.
  3. Le CHF, le GBP et la NOK se sont appréciés par rapport à l'EUR au cours du mois écoulé alors que la SEK était stable. La Banque d'Angleterre et la Banque centrale de Norvège ont relevé leurs taux directeurs. La Banque centrale suédoise et suisse restent accommodantes. La BCE reste sous pression en raison des taux d'inflation élevés en zone euro. L'inflation à 12 mois a atteint 5 % en décembre en zone euro.
  4. Les devises plus risquées (GBP et AUD) se sont appréciées face au dollar. En effet, le variant Omicron ne devrait pas mettre en danger la reprise économique. En tant que devise refuge, le Yen japonais s'est déprécié.

  Vision sur l’USD  >> OBJECTIF 12M VS EUR: 1,12

Le dollar reste fort

L'EURUSD s’est stabilisé autour de 1,13 (valeur d’un  euro) en décembre. Nous considérons la moyenne mobile à 200 jours autour de 1,14 comme une forte résistance et le niveau de 1,12 comme un support clé.

L'inflation américaine est restée élevée en décembre, atteignant 7 %. Lors de sa réunion de décembre, la Fed a annoncé la fin de son programme d'achats liés à la pandémie. Pendant son meeting de janvier, la Fed a annoncé que le marché du travail était tendu et que l'inflation était très préoccupante, sous-entendant une politique monétaire plus agressive qu'anticipée. Nous attendons désormais une première hausse de taux dès mars puis trois autres en 2022 et quatre en 2023. La réduction du bilan devrait être annoncée en juillet et mis en place dès août. La forte inflation en zone euro en décembre à 5 % (en glissement annuel) augmente la pression sur la BCE. Elle a annoncé la fin du PEPP pour mars et le compensera partiellement par une augmentation de l'APP pour 6 mois. Nous prévoyons une première hausse des taux de la BCE de 10 points de base en juin 2023.

Les restrictions de mobilité en Europe affecteront la croissance économique et réduiront la probabilité d'un rattrapage de la dynamique économique par rapport aux États-Unis. Cela est cohérent avec un dollar fort.

Nous maintenons inchangées nos perspectives à 3 mois et 12 mois à 1,12.

Vision sur le GBP  >> OBJECTIF 12M VS EUR: 0,84

Appréciation du GBP en décembre

Le GBP s'est apprécié face à l'euro en décembre dans le contexte d'une hausse de 15 pb du taux directeur par la Banque d'Angleterre (Bank of England, BoE). 67 % des analystes tablaient sur un taux directeur inchangé à   0,1 %. Le GBP a atteint notre objectif de 0,84 et est proche de son plus haut niveau depuis deux ans.

Le taux d'inflation de novembre a atteint 5,1 % et devrait culminer autour de 6 % à la fin du premier trimestre 2022 porté principalement par les prix de l'énergie. Le taux directeur de la BoE s'établit désormais à 0,25 % et nous prévoyons une nouvelle séquence de hausses tout au long de 2022 et 2023. La prochaine hausse pourrait intervenir dès février si les pressions inflationnistes restent aussi fortes.

L’enquête d’opinion (PMI) dans le secteur des services est ressorti à 53,6 en décembre. C’est un plus bas en dix mois et probablement lié au manque de personnel et aux incertitudes liées au variant Omicron. Les chefs d'entreprise notent que les ventes à l'exportation sont fortement affectées par les restrictions liées à la pandémie. Le PIB britannique reste inférieur de 1,5 % à celui d'avant pandémie.

Le différentiel de taux d'intérêt plus élevé semble largement reflété dans le cours actuel du GBP. L'EURGBP devrait rester stable autour de 0,84. La Banque centrale Européenne pourrait devenir moins accommodante en raison d'une forte inflation et cela devrait limiter l’appréciation du GBP face à l’euro.

Nous tablons sur un EURGBP à 0,84 (valeur d'un euro) d'ici fin 2021 (mouvement latéral). Concernant le GBPUSD, nos objectifs à 3 et 12 mois sont à 1,33. Cela suggère une légère dépréciation du GBP.

Vision sur le CHF  >> OBJECTIF 12M VS EUR: 1,08

La vigueur récente du CHF devrait rester temporaire

Le franc suisse s'est apprécié en décembre et il est repassé sous les 1,04 (valeur d'un euro) pour la première fois depuis janvier 2015.

En effet, plusieurs économies de la zone euro seront fortement impactées par le variant Omicron. Dans ce contexte, les bons fondamentaux de l'économie suisse sont rassurants et le CHF s’est ainsi apprécié. Par ailleurs, l'économie suisse continue d'afficher une dynamique forte. Le taux d'inflation pour 2021 devrait se situer autour de 1,1 %, bien en deçà des autres pays industrialisés. L’indice de confiance PMI dans le secteur manufacturier a atteint 62,7 en décembre en raison d'un fort emploi. Les délais de livraison ont continué de diminuer.

Nous restons toutefois pessimistes sur le franc suisse pour deux raisons essentielles. L'économie devrait se normaliser en 2022 en zone euro et les services devraient retrouver leur dynamique. Ensuite, la Banque nationale suisse (BNS) n'a donné aucune indication de hausse future des taux et reste donc la banque centrale avec le taux le plus négatif, à -0,75 %. La BNS a rappelé qu'elle considérait le CHF comme « très valorisé ». Elle restera probablement vigilante et pourrait intervenir en cas d'appréciation trop forte. En effet, les exportations représentent plus de 65 % du PIB.

Nous maintenons notre objectif EURCHF à 3 mois à 1,06 et notre objectif 12 mois à 1,08. Nous voyons donc un potentiel d'appréciation de l'euro.

Vision sur le JPY  >> OBJECTIF 12M VS USD: 111

Le yen a continué de baisser

Le JPY s'est déprécié de près de 2 % en décembre, en raison de la politique monétaire ultra accommodante de la Banque du Japon qui contraste avec la politique de plus en plus restrictive des autorités américaines.

Tant que l'objectif d'inflation de 2 % n'aura pas été atteint, la Banque du Japon maintiendra les taux à leurs niveaux actuels ou à des niveaux inférieurs. En glissement annuel, l'inflation a atteint 0,5 %. Elle pourrait s'accélérer à court terme du fait des prix de l'énergie. Lors de sa réunion de décembre, la Banque du Japon a annoncé la fin des mesures d'urgence concernant l'achat d'obligations d'entreprises à la fin mars 2022. Elle continuera toutefois d'apporter son soutien aux petites entreprises jusqu’en septembre prochain.

Le PMI Composite de décembre a atteint 51,8 contre 53,3 en novembre suggérant des perspectives économiques plus faibles. Les entreprises ont évoqué un ralentissement de la croissance des carnets de commandes, des pénuries coté fournisseurs et l'incertitude liée à la pandémie. Les points rassurants sont la forte demande et les créations d'emplois. Le ministre des Finances a rappelé que le yen a besoin de stabilité et que le faible niveau actuel menaçait le coût des importations.

Le JPY pourrait rebondir en 2022. L'incertitude et la volatilité ne diminueraient toutefois que progressivement. En outre, la normalisation du commerce mondial devrait profiter aux exportations japonaises. Nous maintenons nos objectifs sur l'USDJPY à 3 et 12 mois à 111 (valeur d'un dollar). Cela suggère une certaine appréciation du yen par rapport aux niveaux actuels.

Vision sur la SEK  >> OBJECTIF 12M VS EUR: 10,00

Potentiel limité pour la SEK

La SEK s'est légèrement dépréciée en décembre car la Banque centrale (Riksbank) devrait rester accommodante pendant encore longtemps. La couronne suédoise est donc l'une des devises du G10 les moins performantes en 2021.

Le chiffre d'inflation de novembre était de 3,6 % en glissement annuel, soit le niveau le plus élevé en 28 ans. Elle a été principalement tirée par les prix de l'électricité et du carburant. Le gouvernement a réintroduit des mesures de restriction de mobilité et a étendu le soutien aux entreprises.

Le 24 novembre, la Banque centrale a annoncé qu'elle laisserait probablement le taux directeur inchangé en 2022. En effet, le taux de chômage est encore supérieur à 8 % et la politique budgétaire pourrait être nécessaire pour relancer l'économie. Les décideurs politiques ont également annoncé qu'ils pourraient réduire légèrement la taille du bilan à partir de 2023. Toutefois, l'inflation devrait être supérieure à la cible en 2022 et ceci pourrait pousser la banque centrale à être un peu moins accommodante. La Riksbank et la BCE devraient resserrer leur politique à peu près au même moment. Dans ce contexte, nous n'anticipons pas de hausse du différentiel de taux d’intérêt avec l'euro et l'EURSEK devrait rester proche de 10.

Nous maintenons nos objectifs EURSEK à 10,00 sur les 3 et 12 prochains mois (valeur d'un euro). Cela suggère une appréciation marginale de la SEK.

Vision sur la NOK  >>  OBJECTIF 12M VS EUR: 9,6

Poursuite du renforcement à terme

En décembre, la NOK s'est appréciée de plus de 3,5 %. Ceci a été probablement lié à la hausse du taux directeur de 0,25 %.

Le taux d'inflation a atteint 5,1 % en novembre en glissement annuel. L'inflation des prix de l'électricité, des biens importés et des salaires devrait rester élevée dans les prochains mois. Le pays a renoué avec le plein emploi avec moins de 2,5 % de chômeurs. Ceci est une autre condition pour une politique restrictive. Une troisième hausse de taux est attendue en mars et deux autres en 2022.

L'enquête d’opinion PMI dans le secteur manufacturier de décembre est resté élevé à 58. Ceci est toutefois une forte baisse par rapport au niveau de 63,7 de novembre. Cette baisse reflète des retards dans la production et la distribution de biens mais suggère malgré tout une expansion grâce à une forte demande. Au dernier trimestre 2021, l'excédent commercial a établi un nouveau record tiré par les prix du gaz.

La prévision de taux directeur à moyen terme de la Norges Bank est de 1,75 % et ce niveau devrait être atteint dans les prochaines années. Nous prévoyons que le différentiel de taux d’intérêt avec la BCE se traduira par une appréciation de la couronne norvégienne.

Nous maintenons notre objectif EURNOK 3 mois (valeur d'un euro) à 9,75 et notre objectif 12 mois à 9,60. Cela suggère une appréciation de la NOK.

Vision sur l’AUD >> Objectif 12m vs USD: 0,73

Potentiel de hausse limité pour l’AUD

Le dollar australien s'est apprécié en décembre. En effet, le variant Omicron devrait avoir un effet négatif moins important que prévu sur l'économie. La devise australienne a connu beaucoup de volatilité ces derniers temps. Elle a cassé un support clé à 0,7 récemment avant de se redresser et de se rapprocher de notre objectif à 0,72 (valeur d’un euro).

La Reserve Bank of Australia devrait continuer d'acheter des obligations au moins jusqu'à mi-2022. Elle a rappelé sa volonté de poursuivre une politique monétaire très favorable car l'inflation est inférieure à celle des autres pays, avec un taux à 12 mois de seulement 2,1 % en décembre, et avec pour objectif de parvenir au plein emploi. Aucune hausse des taux n'est attendue avant 2024.

Le soutien monétaire et budgétaire annoncé en Chine devrait soutenir les exportations australiennes. La demande asiatique de charbon et de fer devrait rester soutenue dans les prochains mois. La normalisation attendue du commerce mondial pourrait être un soutien supplémentaire.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs d'AUDUSD à 3 et 12 mois à 0,73 (valeur d'un AUD). Cela implique un potentiel d'appréciation limité pour l'AUD au cours de l'année à venir.

Vision sur le NZD >> Objectif 12m vs USD: 0,7

Potentiel de hausse à moyen terme

Le Kiwi s'est apprécié en décembre avec une diminution des craintes liées à Omicron. En effet, le nombre de cas reste très limité en Nouvelle-Zélande.

La banque centrale a entamé son cycle de hausse et la devise devrait bien performer au cours de l'année à venir. Le différentiel de taux d'intérêt élevé lui donnera un avantage par rapport aux autres devises du G10. Lors de sa dernière réunion en novembre, la Banque centrale a relevé ses taux de 25 pb, constatant une vigueur suffisante de l'économie. Le taux de dépôt  est maintenant à 0,75 % et devrait remonter à 2 % l'année prochaine et 2,5 % d'ici 2023.

Avec moins de 3,5 % de chômage, le marché du travail est tendu. La hausse des prix de l'immobilier est également préoccupante. Elle a atteint 15 % en 2020 et plus de 25 % en 2021, rendant l’immobilier inaccessible à une partie de la population. Ces deux éléments plaident pour de nouvelles hausses de taux d’intérêt. Le NZD devrait également bénéficier de l'amélioration des conditions monétaires en Chine et de la normalisation du commerce mondial.

Nous maintenons nos objectifs à 3 mois et 12 mois pour le NZDUSD à 0,70 (valeur d'un NZD). Cela implique un potentiel d'appréciation modéré pour le NZD.

Vision sur le CAD >> OBJECTIF 12M VS USD: 1,25

Léger potentiel de hausse

La devise canadienne s'est appréciée fin décembre. L'USDCAD (valeur d’un dollar) s'est montré assez volatile tout au long de la fin 2021 en raison des incertitudes liées à la pandémie et aux réunions des banques centrales.

La Banque du Canada a maintenu son taux directeur inchangé en décembre comme largement prévu par les investisseurs. En outre, la Banque du Canada devrait rester accommodante jusqu’au moment où le PIB aura  retrouvé le  niveau de fin 2019. La Banque centrale anticipe un taux d'inflation proche de 2 % au second semestre 2022. Nous attendons une première hausse des taux directeurs en mars ou avril. Le soutien monétaire est moins nécessaire compte tenu du marché du travail tendu. Nous attendons deux hausses supplémentaires en 2022. La croissance économique a été forte au troisième trimestre atteignant 5,5 % grâce à la consommation et aux services.

Malgré les incertitudes des prochains mois, la demande de pétrole (WTI) devrait rester soutenue et ceci sera un autre facteur de soutien de la devise. Avec des politiques monétaires plus restrictives tant au Canada qu’aux Etats-Unis en 2022, nous n'anticipons pas de hausse significative du différentiel de taux d'intérêt. Nous anticipons trois hausses de taux de 25 pb en 2022.

Nous maintenons notre objectif USDCAD de 1,25 à horizon 3 mois et 12 mois. Cela suggère un potentiel modéré de hausse pour le CAD au cours de l'année prochaine.

Vision sur le CNY  >> OBJECTIF 12M VS USD: 6,5

Le CNY devrait quelque peu faiblir

L'USDCNY a été plus volatil que d'habitude et a cassé temporairement le niveau de 6,35 (valeur d’un dollar), un niveau qui n'avait pas été observé depuis début 2018.

L'inflation de novembre a atteint 2,3 % en glissement annuel, tirée par une forte demande des consommateurs. En décembre, l’enquête d’opinion PMI dans le secteur manufacturier a atteint 50,9, son plus haut niveau en 6 mois. Le PMI des services a également augmenté de 52,1 à 53,1.

L'année 2021 a été marquée par une réglementation plus forte dans différents secteurs, une crise immobilière et une inflation plus élevée. Plus de soutiens monétaires et budgétaires sont attendus en 2022 avec des mesures comme des conditions de financement simplifiées pour les petites et moyennes entreprises et davantage de subventions pour la recherche et dévelopement. Le parti communiste chinois a laissé entendre que la stabilité et l'inclusion de tous les acteurs économiques étaient un objectif clé.

Au cours des 9 premiers mois de 2021, les exportations ont été solides. Cela reste un pilier essentiel de la croissance chinoise.

Nous maintenons nos objectifs à 3 mois et 12 mois sur l'USDCNY à 6,50. Cela suggère un léger affaiblissement du CNY au cours de l'année prochaine.