#Articles — 23.06.2022

Thème du mois L'eau: une ressource rare

Stephan Kemper, Investment Strategist

city

Messages clés

  1. La hausse incessante de la demande associée à un approvisionnement de plus en plus irrégulier et aléatoire font de l'eau l'une des ressources les plus précieuses du monde.
  2. Les conflits liés à l'eau s'intensifient à l'échelle mondiale. L'eau est donc un élément essentiel de notre thème d'investissement « Sécurité alimentaire »
  3. Infrastructures : des investissements considérables sont nécessaires pour construire et entretenir des infrastructures plus efficaces et durables.
  4. Efficacité : l'utilisation de l'eau doit devenir plus efficace, notamment dans des domaines tels que l'agriculture.
  5. Investir sur ce thème par l’intermédiaire de fonds et d’ETF dédiés, soit avec une approche large, soit en se concentrant sur un secteur spécifique du thème.


La Terre étant appelée la planète bleue, nous pourrions penser que l'eau est disponible en abondance. Malheureusement, cela n'est vrai qu'en théorie. 97,5 % de l'eau à travers le monde est de l'eau salée qui ne peut pas être consommée ou être utilisée pour l'agriculture. Seuls les 2,5 % restants sont adaptés à l'alimentation humaine. La plupart de ces réservoirs sont toutefois stockés dans les glaciers ou aux pôles de la Terre et ne sont donc pas non plus accessibles. En fait, seulement 0,3 % de l'eau sur terre est de l’eau douce utilisable.

La croissance démographique et le développement économique entraînent une forte augmentation de la demande en eau. Outre sa consommation directe, l'eau est un intrant fondamental pour la culture des aliments et la productivité économique en général. La hausse de la richesse mondiale modifie les modes de consommation d'eau. Des milliards de personnes supplémentaires s'attendent à prendre des douches régulières et à consommer plus d’aliments gourmands en eau.

Ils veulent s'habiller avec des vêtements dont la création fait largement appel à l'eau, et utiliser de l'électricité dont la production dépend de l'eau pour le refroidissement. Du côté de l'offre, le changement climatique et la modification des régimes météorologiques rendent la distribution des pluies moins prévisible, comme en témoigne l'intensification des inondations et des sécheresses dévastatrices à travers le monde.

En fait, l'accès à l'eau potable est en train de devenir un véritable défi mondial. Ces sujets représentent des enjeux de développement durable pour tous les pays. Ils ont donc été explicitement inclus dans deux des Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies. L'objectif 6 est consacré à l'accès à l'eau et l'objectif 12 est lié à la transition vers une économie circulaire. 

Accentuation du stress hydrique

La sécurité alimentaire sans eau est impossible

L'eau est un élément essentiel pour garantir la capacité de production alimentaire et nourrir les populations. Par le biais du canal de la sécurité alimentaire, nous considérons donc la sécurité de l'eau comme une composante essentielle de notre thème d'investissement plus large lié à la sécurité.

Aujourd'hui déjà, plusieurs régions de la zone EMEA et d’Asie sont confrontées à des risques élevés, voire extrêmement élevés, d’assèchement des nappes phréatiques, comme le montre une étude du groupe de réflexion World Resource Institute. À l'échelle mondiale, 771 millions de personnes ne disposent pas d’un service de base d’approvisionnement en eau potable. Cela a de graves conséquences. La diminution de la disponibilité en eau dans un contexte d’augmentation de la demande est de plus en plus une source de conflits à travers le monde. Selon les chiffres de l'Institut du Pacifique, le nombre de conflits a triplé entre 2009 et 2019, par rapport à la décennie précédente. Bien que tous ces conflits ne débouchent pas sur des affrontements militaires, le nombre de morts augmente.  Rien que l'année dernière, au moins 41 personnes ont été tuées et plus de 200 blessées dans un violent conflit frontalier entre les deux anciennes républiques soviétiques du Tadjikistan et du Kirghizistan, au sujet de l'accès aux ressources en eau dans la région.

Le stress hydrique, mesuré comme le rapport entre les prélèvements et l'approvisionnement, devrait augmenter à travers le monde jusqu'en 2040. Il devrait même, dans certaines régions, atteindre des niveaux extrêmement élevés (80 % ou plus). D'ici 2050, la consommation totale d'eau devrait augmenter de 15 % par rapport aux niveaux actuels pour desservir environ 9 milliards de personnes dans le monde. Le potentiel de conflits augmente donc lui aussi. Une action immédiate est nécessaire pour relever ces défis.

La résolution de ces problèmes nécessitera d'importants investissements en capital dans les nouvelles technologies et les nouveaux services, ainsi qu'un soutien politique accru de la part des régulateurs et des gouvernements. Il faudra, avant tout, construire et entretenir des infrastructures appropriées. Selon « l’American Society of Civil Engineers », les infrastructures de l'eau américaines n’obtiennent qu'une note « C-», les pertes d'eau étant un problème universel parmi les compagnies des eaux américaines. Selon les estimations, la perte d'eau moyenne est de 16 %, les taux de perte d'eau des systèmes individuels dépassant même les 30%. Il est estimé qu'un investissement cumulé de plus de 1 000 milliards de dollars sera nécessaire pour porter le système d'approvisionnement en eau des États-Unis à un niveau durable et pour le maintenir dans cet état. La situation est encore pire en Europe. La valeur moyenne des pertes de distribution d'eau dans le système de canalisations européen est de 23%.

L’utilisation de l’eau doit également être améliorée. Les activités agricoles représentent, selon les estimations, 70 % de la consommation annuelle d'eau à l’échelle internationale et peuvent donc le plus contribuer à améliorer la situation. L'éventail des possibilités est large. Des formes d'agriculture plus efficaces, comme l'agriculture verticale, peuvent réduire la consommation d'eau de 50 % pour un niveau de production donné. Dans l'agriculture traditionnelle, un arrosage amélioré grâce à des systèmes d'irrigation intelligents est un autre moyen de conserver l'eau. Une autre approche pourrait consister à remplacer les aliments gourmands en eau, tels que la viande, par des sources alternatives de protéines. Ce marché devrait, à lui seul, générer jusqu’à 72  milliards de dollars de chiffre d'affaires à l’échelle internationale d'ici 2025.

L'eau - une approche défensive en matière d'investissement ESG

Une préférence pour une faible volatilité et des dividendes plus élevés

En termes de composition du portefeuille, investir dans l'eau en tant que thème peut offrir certains avantages aux investisseurs. Par rapport aux thèmes ESG plus axés sur la croissance et donc plus volatils, comme la transition énergétique, l'eau offre une approche à faible volatilité et orientée vers la valeur. La plupart des indices liés à l'eau incluent un nombre importants de sociétés de services aux collectivités, qui offrent souvent des rendements en dividendes attrayants et sont moins influencées par le cycle économique. Le thème offre donc une opportunité d'investissement associant des facteurs désirables en période d'incertitude.

Ces caractéristiques ont permis au thème d'enregistrer une surperformance d’environ 70 % au cours de la dernière décennie. L'eau pourrait donc être utilisée pour obtenir une exposition plus défensive au thème de l'investissement ESG.