BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 19.05.2017

Le Brésil tremble

Edouard Desbonnets

Crise au Brésil, quel impact sur les marchés ?

Ce qui s’est passé

Un an après la destitution de l’ancienne Présidente Rousseff, l’actuel Président du Brésil, Temer, est suspecté d’être impliqué dans un scandale politique. Le journal O Globo a révélé hier qu’il détenait la preuve que Temer avait autorisé le paiement de pots-de-vin pour faire taire un ancien politicien actuellement incarcéré suite à l’énorme scandale Petrobras.

Les partis d’opposition se sont empressés de demander la destitution du chef de l’Etat. Temer a rejeté ces allégations et a refusé de démissionner.
 

Réaction des marchés

Les marchés brésiliens ont été sévèrement touchés. Le Bovespa, l’indice principal des actions a plongé de 8,8%. La devise brésilienne a dévissé de 7,8% contre l’euro et contre le dollar. L’obligation à 10 ans a quant à elle perdu 3,8%. Malgré la nature locale de ce scandale, le sentiment général s’est détérioré et d’autres pays d’Amérique Latine ont été touchés, dans une moindre mesure.
 

Analyse

Cette crise arrive alors que le Brésil est en train de mettre en œuvre des réformes structurelles sur la réglementation du travail et sur le système de sécurité sociale notamment. Il est difficile pour le moment de mesurer la menace que porte ce scandale politique sur la capacité du pays à continuer à se réformer.

Il y a deux semaines, nous étions devenus positifs sur les obligations émergentes en devise locale. Les gains accumulés depuis ont été effacés en une seule journée étant donné que le Brésil représente 10% de l’indice de référence. Cependant, notre vue fondamentale sur la classe d’actif n’a pas changé. L’indice de référence est diversifié et la contagion vers d’autres pays émergents devrait être contenue et temporaire.

En ce qui concerne les actions brésiliennes, nous maintenons notre avis négatif. Nous restons en attente de plus de croissance et d’un climat politique plus favorable. Même après sa chute d’hier, le marché brésilien reste cher sur la base d’un PER (cours/bénéfice) de 11,5 (contre 10,9 pour sa moyenne à 5 ans).