BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 16.01.2018

Changement de perspective EUR/USD: nous n'anticipons plus d'appréciation du dollar

Guy ERTZ

Nous modifions notre objectif à 3 mois et n’attendons plus d’appréciation du dollar. Nous prévoyons dorénavant un mouvement latéral autour de 1,22 de l’EUR/USD dans les 3 prochains mois.

Changement de perspective– 1.22 à 3 et 12 mois

L’appréciation de l’euro semble désormais auto-entretenue et une forte demande structurelle sous-jacente semble supporter la devise dorénavant. Ceci est le cas face au dollar mais également contre la majorité des autres devises. Des niveaux techniques importants ont en effet été cassés.

La faiblesse du dollar est en contradiction avec les fondamentaux tels que les différentiels de taux d’intérêts et de rendements obligataires qui ont été des facteurs explicatifs de l’évolution de l’EUR/USD ces dernières années. Il y a toutefois des périodes telles que 2004-2006 où la monnaie a évolué dans la direction opposée à ce que les différentiels de taux suggéraient et nous pensons que c’est le cas actuellement. Nous pensons que la large exposition en devise étrangère des investisseurs européens, qui ont été de gros acheteurs d’obligations étrangères ces trois dernières années, est probablement un facteur explicatif. On peut également argumenter que les valorisations des actifs US sont plus élevées que celles des actifs européens. Cela pourrait soutenir les flux en faveur de l’euro.

Sur le front politique, le vote de la réforme de taxe aux Etats-Unis a été une nouvelle positive tandis que des signes d’améliorations dans la formation d’un gouvernement en Allemagne étaient perceptibles. Les élections italiennes en mars restent un facteur de risque. A court-terme, nous ne nous attendons pas à ce que la politique soit un facteur clé.
 

Dans l'ensemble, la visibilité est exceptionnellement faible quant-aux futurs déterminants du taux de change.

A court-terme, cela suggère qu’une appréciation substantielle du dollar est peu probable malgré l’argument du différentiel de taux. Nous nous attendons ainsi à voir l’EUR/USD stable autour de 1,22 à horizons 3 et 12 mois.

A moyen terme, le principal moteur reste la parité de pouvoir d'achat (PPA). Elle mesure le taux de change qui égalise le prix d'un panier représentatif de biens lorsqu'il est calculé en dollars. La juste valeur estimée à long terme d'un euro (la parité de pouvoir d'achat) fournie par l'OCDE est d'environ 1,28 (sur la base de l'Allemagne). Nous ne nous attendons pas à ce qu'un tel niveau soit atteint au cours des prochains mois, mais plutôt à un horizon de plusieurs années. Nous nous attendons à ce que l'EUR/USD se stabilise autour des niveaux actuels au cours de l'année à venir. Nous visons maintenant 1,22 contre 1,20 auparavant.

Sur le même sujet