#ISR — 25.09.2019

Intérêt croissant pour les investissements durables

Garth Bregman

Les investisseurs intègrent de plus en plus les critères ESG dans leurs processus d'investissement, les études montrant que ces piliers ont un impact mesurable sur la performance financière.

Garth Bregman

Lors la récente présentation de nos perspectives à la mi-2019 (en anglais) à Singapour au début du mois de juillet, nos clients ont soulevé des questions sur les thèmes ayant le plus grand intérêt à leurs yeux et se sont prononcés lors d’un vote.

Parmi les questions posées, deux se sont détachées du lot, notamment la manière de se lancer dans les investissements à impact et les investissements durables. Ces questions symbolisent parfaitement l’intérêt croissant pour les
investissements durables à Singapour et en Asie plus largement, quoiqu’à plus petite échelle.

Les attentes et les préférences des clients varient considérablement et cela explique la nécessité de créer toute une gamme de solutions d’investissement. Nous avons ainsi constaté que plus ils sont au fait des solutions disponibles, plus leurs préférences évoluent lorsqu’ils explorent les possibilités offertes par les investissements durables.

À partir des premières conversations avec des clients, nous nous sommes rapidement rendus à l’évidence que la terminologie et les nombreuses abréviations anglaises pouvaient engendrer une certaine confusion, dont voici quelques exemples :

  • ESG (environnemental, social et de gouvernance)

  • SRI (voulait à l’origine dire « Socially Responsible Investing » (investissements socialement responsables) mais est maintenant également utilisé pour « Sustainable and Responsible Investing » (investissements durables et responsables))

  • Sélection négative, triple bilan, sélection positive, « Best in Class », investissement à impact

  • PIR (Principes pour l’investissement responsable des Nations Unies) 

  • ODD (Objectifs de développement durable des Nations Unies)

    POINT DE DÉPART

    Parmi les termes présentés ci-dessus, ESG est le point de départ le plus pertinent puisqu’il définit les trois piliers de la durabilité.

    Ce terme a été utilisé, pour la première fois, en 2005 et incarne le changement de l’ère du temps, même si l’histoire des investissements durables remonte bien plus loin dans le temps.

  • En 2006, dans son documentaire intitulé « une vérité qui dérange », Al Gore évoquait la prise de conscience croissante envers l’Environnement, le « E » dans ESG, et a largement contribué à l’attention portée de plus en plus par les investisseurs du monde entier à l’impact environnemental de leurs investissements, surtout en matière de pollution et de réchauffement de la planète.

  • L’effondrement d’Enron en 2001 puis celui de WorldCom en 2002, ainsi que la vague de gouvernance d’entreprise désastreuse révélée par la crise financière mondiale de 2008, ont mis en évidence la raison pour laquelle une bonne gouvernance d’entreprise, à savoir le « G » dans ESG, doit être de plus en plus prise en compte et a incité les investisseurs à porter une attention accrue à cette question.

  • Le « S » dans « ESG », pour social, est axé sur des enjeux tels que la diversité des salariés, les droits de l’homme, la protection des consommateurs et le bien-être animal, des enjeux auxquels les investisseurs sont devenus de plus en plus sensibles ces 20 dernières années.

    Les études successives ont ainsi montré que les approches adoptées par les entreprises face aux piliers ESG ont des répercussions quantifiables sur leurs performances financières et cette démonstration a donc incité les investisseurs à intégrer de plus en plus des critères ESG dans leurs processus d’investissement.

    Faire ce qui est juste ne suffit plus, il faut maintenant également générer des rendements élevés.

    En Asie, ce sont généralement les investisseurs institutionnels qui prennent l’initiative, et non les particuliers.

    Temasek a par exemple totalement intégré une analyse de critères ESG dans ses processus d’investissement et est un ardent défenseur du développement économique et social durable.

    Certains particuliers et certaines family offices figurent également aux côtés de ces investisseurs institutionnels, et nous avons même vu des investisseurs privés militer activement auprès de leurs gestionnaires d’actifs pour qu’ils créent des services en ce sens.

    Par chance, BNP Paribas a, depuis bien longtemps, fait le choix de proposer des solutions d’investissement de ce type aux clients de nos services de gestion de patrimoine à travers le monde et nous sommes membres d’un groupe bancaire international fermement et pleinement engagé en faveur de la durabilité et de l’impact positif.

    ANTICIPER LA DEMANDE

Nous avons anticipé la demande croissante d’ investissements durables de nos clients et disposons déjà d’une gamme complète d’offres couvrant tout l’éventail des classes d’actifs et de services.  

positive impact

Le diagramme ci-dessus présente plus largement la manière dont nos clients peuvent agir à nos côtés pour avoir un impact positif. Les investissements durables sont le noyau dur de cette gamme qui inclut également nos services en philanthropie primés à maintes reprises.

APPROCHE

INTÉGRATION DE CRITÈRES ESG

En matière d’investissements, l’« intégration de critères ESG », que l’on retrouve à l’extrémité gauche du diagramme, constitue souvent le premier point d’entrée d’un client.

C’est à ce moment précis que nous utilisons une philosophie et un processus d’investissement traditionnels, que ce soit pour conseiller des actions, des obligations ou des fonds, ou pour gérer des portefeuilles discrétionnaires, et y ajoutons des critères ESG.

Nous pourrions ainsi par exemple exclure les entreprises dont le comportement est néfaste pour l’être humain ou l’environnement ou tenir compte des risques financiers associés aux pratiques désastreuses de ces entreprises en matière d’ESG.

INVESTISSEMENTS MULTISECTORIELS RESPONSABLES

La catégorie suivante, les investissements « multisectoriels responsables », implique la mise en place d’une méthodologie transparente et clairement définie pour réaliser des analyses ESG, dont la concrétisation requiert des ressources dédiées et des investissements.

BNP Paribas a fait le choix de se doter de cette compétence depuis bien des années maintenant et nos clients sont aujourd’hui en mesure d’en tirer tous les bénéfices.

Ici, nous nous focalisons exclusivement sur les entreprises de chaque secteur qui possèdent les meilleures pratiques ESG, ce qui constitue ainsi une forme de « sélection positive » ou de « Best in Class » en matière d’ESG, et cela donne lieu à des investissements avec une empreinte plus durable que ceux qui intègrent des critères ESG.

Pour les investisseurs souhaitant se concentrer sur des problématiques spécifiques, les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies énoncent un ensemble de 17 objectifs à long terme mûrement réfléchis et faciles à comprendre.

Les ODD incluent des objectifs tels que :

·       Faim « zéro »

·       Éducation de qualité

·       Eau propre et assainissement

·       Énergie propre et d’un coût abordable

·       Villes et communautés durables

·       Consommation et production responsables

INVESTISSEMENTS THÉMATIQUES DURABLES

L’approche que nous adoptons en matière d’investissements thématiques durables et que nous proposons à nos clients s’appuie sur des ODD spécifiques ou plusieurs ODD liés.

INVESTISSEMENTS Á IMPACT

Les « investissements à impact » offrent le plus haut degré d’impact positif grâce à l’intégration de notions clés d’intention et de mesure.

Ces investissements doivent être associés à une volonté clairement définie d’avoir un impact positif spécifique dès les premières phases du processus d’investissement, généralement en rapport avec les ODD de l’ONU, et cela peut ensuite être clairement quantifié.

Ils s’adressent indubitablement aux investisseurs qui veulent que leurs investissements aient un impact direct et quantifiable.

Ce diagramme a pour objectif de résumer les différentes approches existant en matière d’investissements durables.

En réalité, les investissements durables occupent un univers à la fois vaste et en pleine croissance constitué d’une multitude de dimensions dont quelques-unes sont difficilement descriptibles dans un seul et unique diagramme.

Il est clair qu’investir de manière durable, et plus généralement le fait de consacrer son patrimoine pour avoir un impact positif, revêt une importance croissante pour un nombre de plus en plus grand de familles et de particuliers fortunés.

Il existe une myriade de manières d’investir pour avoir un impact positif et nous apprécions au plus haut point la possibilité de collaborer étroitement avec nos clients qui veulent que leur patrimoine ait un impact encore plus positif.

Cet article a été initialement publié dans le Business Times, Singapour.