BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 13.06.2019

Perspectives mensuelles sur les devises

Guy Ertz

Les politiques des banques centrales et l'incertitude politique devraient être les principaux moteurs de l'évolution des devises.

BNP Paribas Currency

Dollar américain (USD)

La paire EURUSD a oscillé dans une fourchette très étroite en mai, fluctuant autour de 1,12. L’escalade autour des tensions commerciales a fait la une des journaux. En tant que monnaie refuge, le dollar américain devrait continuer à bénéficier des préoccupations liées au commerce et à la croissance mondiale. En outre, la zone euro souffre d'une incertitude politique à mesure que la probabilité d'un Brexit sans accord a augmenté. Le dollar devrait se maintenir autour des niveaux actuels à court terme étant donné notre hypothèse d'une période d'incertitude plus longue. Nous voyons maintenant l'EURUSD se négocier autour de 1,12 au lieu de 1,14 (euro plus faible) au cours des 3 prochains mois. Au cours de l'année à venir, nous prévoyons toujours un affaiblissement du dollar par rapport aux niveaux actuels : (1) probabilité croissante d'une baisse des taux américains d'ici fin 2019, (2) augmentation du déficit américain et de la dette par rapport au PIB et (3) surévaluation du dollar. En outre, la possibilité de droits de douane américains sur les voitures européennes est toujours en suspens, même si l'escalade récente des tensions sino-américaines devrait retarder une telle menace. Nous maintenons notre objectif EURUSD à 1,18 pour l'horizon d'un an.
 

La livre sterling (GBP)

La livre sterling s'est affaiblie en mai et a cassé 0,88 en raison de l'aggravation du contexte politique au Royaume-Uni. Alors que le « Brexit parti » a remporté les élections européennes et que Theresa May a annoncé sa démission en mai, le risque à la baisse réside dans la probabilité d'un nouveau chef de gouvernement plus agressif face à l’Europe. Cela augmente la probabilité d'un Brexit dur. Sur le plan macroéconomique, l'orientation de la politique monétaire reste prudente et les mouvements des taux d'intérêt dépendent du Brexit. Nous considérons toujours un Brexit avec accord comme le scénario le plus probable, avec plusieurs voies pour y parvenir. Nous pensons cependant que cela risque d'arriver plus tard que prévu. Nous pensons que l'EURGBP devrait se maintenir autour des niveaux actuels à 0,88 (valeur de 1 euro) sur un horizon de 3 et 12 mois.
 

La devise japonaise (JPY)

En tant qu'actif refuge, le yen japonais s'est avéré être la meilleure performance par rapport au dollar américain en mai, dans un contexte de forte aversion au risque et de prévisions de croissance mondiale déprimées. Le scénario le plus probable est que les tensions commerciales seront durables jusqu'à fin 2019. Par conséquent, le yen devrait bénéficier de son statut de valeur refuge et rester stable. Nous continuons de voir le USDJPY se négocier autour de 110 à un horizon 3 mois. Les tensions commerciales persistantes attendues devraient peser sur l'économie japonaise, le Japon étant fortement intégré dans la chaîne d'approvisionnement asiatique en composants de haute technologie. Sur le plan monétaire, aucune modification du taux directeur n'est prévue avant la fin de 2020, car la banque centrale dispose d'une marge de manœuvre limitée et l'inflation devrait rester faible. Nous pensons que la baisse des sorties nettes de capitaux en portefeuille devrait constituer un autre soutien au yen, sous l'effet du ralentissement de la dynamique américaine d'ici la fin de l'année. Nous continuons de voir un yen plus fort et nous maintenons notre objectif USDJPY à 106 sur un horizon de 12 mois.
 

La couronne suédoise (SEK)

La couronne suédoise a continué de baisser et a perdu plus de 5 % contre l'euro cette année. Toutefois, la tendance s'est inversée plus récemment. L'inflation du mois d'avril est sortie au-dessus de la cible de la banque centrale. Cette hausse a probablement été alimentée par la faiblesse de la monnaie. Bien que l'économie semble avoir atteint un sommet, les facteurs économiques fondamentaux demeurent solides. Comme nous pensons que l'incertitude politique et commerciale ne s'estompera pas dans les semaines à venir, nous ne nous attendons pas à ce que la SEK s'apprécie à court terme, nous voyons donc maintenant l’EURSEK se négocier autour de 10,70 (valeur de 1 euro) plutôt que 10,20 à un horizon de 3 mois. La dernière réunion de la banque centrale a marqué un virage vers une orientation plus prudente. Par conséquent, nous ne prévoyons pas de hausse de taux avant la fin de l'année. Les inquiétudes concernant la croissance mondiale, en particulier dans la zone euro, ont augmenté depuis l'escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine. Tandis que nous continuons à voir une certaine hausse de la monnaie, nous pensons que la SEK se renforcera moins que prévu. Nous avons révisé à la baisse notre objectif sur 12 mois pour l'EURSEK à 10,20 (9,80 avant).
 

La couronne norvégienne (NOK)

La couronne norvégienne a chuté en raison d'une nouvelle aversion pour le risque. Toutefois, la monnaie s'est raffermie depuis la mi-mai alors que les prix du pétrole ont chuté. Le 9 mai, la banque norvégienne a relevé ses taux dans un contexte d'inflation élevée. Nous pensons que la banque centrale remettra probablement les taux à la hausse lors de la prochaine réunion du comité en juin. Cela devrait procurer un certain avantage à la NOK, car l'écart de rendement des obligations s'élargirait. Toutefois, ce renforcement pourrait être limité étant donné que le mouvement est largement anticipé. L'EURNOK se situe donc autour de 9,60 au lieu de 9,40 au cours des 3 prochains mois.  Nous nous attendons à ce que la banque centrale maintienne sa position plus ferme d'ici l'an prochain. Les marchés semblent avoir déjà fixé des taux plus élevés, ce qui réduira probablement l'impact sur la devise. Bien que l'économie nationale demeure vigoureuse, un affaiblissement de l'économie mondiale pourrait limiter le potentiel d'appréciation de la NOK. Nous voyons l'EURNOK se négocier autour de 9,40 au lieu de 9,10 (moins de hausse pour le NOK) sur un horizon de 12 mois.

 

 

BNP paribas Currency