BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 15.01.2016

LA DEFIANCE PERSISTE DANS LES MARCHES ACTIONS MALGRE DE BONS FONDAMENTAUX

Roger Keller

Les inquiétudes liées à la Chine et au prix du pétrole pèsent toujours sur les marchés actions. Pour combien de temps ?

En bref

Les nouvelles restent clairement négatives. Cela ne reflète pas les perspectives économiques, qui demeurent raisonnablement attractives. Certains indicateurs techniques commencent à montrer que cette correction de marché est à un stade avancé. Les fondamentaux devraient tôt ou tard reprendre le dessus et ranimer les cours.

 

La Chine reste au centre des préoccupations, mais les inquiétudes liées au prix du pétrole sont également très présentes

Cette nuit, le marché actions chinois a plongé de plus de 3% à Shanghai et de près de 3% à Hong Kong. Cette baisse traduit l’impact des rapports indiquant que les banques n’accepteront désormais pour contrepartie que des actions d’entreprises du CSI 300 et que le ratio prêts/garanties passera de 50% à une fourchette comprise entre 35%-40%. En outre, la possible levée des sanctions à l’encontre de l’Iran la semaine prochaine met plus de  pressions négatives sur le prix du pétrole. Autre nouvelle d’importance, les baisses d’anticipations de profits sont plus importantes que les hausses.

 

Bien que modérées, les perspectives fondamentales restent positives

Selon les principaux indicateurs, l’économie mondiale devrait poursuivre sa croissance. Certains signes encourageants, tel que l’amélioration de l’indice de diffusion des indicateurs avancés, laissent supposer que nous avons dépassé un point de retournement. Les économies développées ont les meilleures perspectives. De fait, le chômage recule, les salaires progressent et les indices de confiance des consommateurs envoient des signaux positifs. Les perspectives pour la consommation, qui contribue pour plus de 60% au PIB, semblent donc positives. De plus, les politiques fiscales seront légèrement plus favorables cette année. Les plans de dépenses en capital sont cependant peu susceptibles d’augmenter. Si l’activité économique continue de croître, les profits devraient poursuivre leur amélioration, à moins que les marges ne soient sous pression; ce qui n’est pas notre scénario.

 

Le contexte technique s’améliore

Le pessimisme des investisseurs institutionnels et particuliers a atteint un niveau de capitulation. Des indicateurs de profondeur de marché (« breadth indicator ») envoient des signaux positifs telle que la proportion de titres inférieure à la moyenne mobile de 200 jours, qui atteint à présent des niveaux proches de ceux de 2009 ou 2011 lorsque les marchés étaient à leur plus bas niveau. D’autres indicateurs, tel que l’indicateur de volatilité VIX, ne sont cependant toujours pas à des niveaux extrêmes.

 

En résumé, nous restons positifs pour les actions en 2016

La tendance positive reposera sur la croissance de profits, même si celle-ci devrait rester inférieure à 10%. Les valorisations devraient rester stables, ce qui n’est pas surprenant à ce stade du cycle économique. Les dividendes contribueront fortement au rendement global des actions. Parmi nos principaux thèmes pour l’année 2016, nous recommandons les entreprises qui prévoient d’augmenter leurs dividendes.