BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

Santé

Secteur de la santé : Une victime injustifiée

Roger Keller

Une excellente opportunité d'achat s'est ouverte

Le secteur de la santé prospère généralement en période de croissance lente - comme entre 2011 et 2015 - et est aussi un surperformant pendant les périodes de récessions ou lorsque les craintes de mauvaises périodes se répandent, comme nous l'avons vu au second semestre de 2018.

Depuis 2016, le secteur est à la traîne par rapport à l'ensemble du marché des actions en raison d'intenses débats sur les prix des médicaments, en particulier aux États-Unis, et d'une meilleure confiance des investisseurs dans les perspectives économiques, au moins jusqu'au milieu de 2018. Après la forte sous-performance enregistrée depuis le début de l'année, liée à une ruée vers les secteurs cycliques et à des craintes exagérées d'interférence politique dans le secteur aux Etats-Unis, une excellente opportunité d'achat s'est ouverte.

Un vainqueur incontestable dans les dernières étapes du cycle

La volatilité du marché et les écarts sur les obligations se situent dans la partie inférieure des fourchettes historiques respectives. Au fur et à mesure que nous approchons des derniers stades du cycle, les deux devraient augmenter graduellement. Dans le passé, ces évolutions ont été très favorables pour le secteur de la santé. En outre, nous estimons que la marge de manœuvre pour des rendements obligataires plus élevés dans un avenir prévisible est limitée, ce qui signifie que ce vent de face, classique pour le secteur, ne soufflera pas. Par conséquent, le contexte macroéconomique sera favorable. Quant aux craintes d'ingérence politique à l'approche de l'élection présidentielle américaine, elles sont non seulement prématurées mais exagérées, notamment en raison de la domination des républicains au Sénat et du manque d'enthousiasme de l'establishment démocratique.

Une meilleure dynamique des bénéfices et un portefeuille solide de nouveaux produits

De part et d'autre de l'Atlantique, la dynamique relative des bénéfices du secteur s'est nettement améliorée. Aux États-Unis, le secteur de la santé est celui dont les prévisions de croissance du chiffre d'affaires pour 2019 sont les plus fortes. Si l'on considère le pipeline de nouveaux produits, le flux d'informations est très encourageant. Les approbations de nouveaux médicaments par la FDA ont atteint leur plus haut niveau depuis 1995. L'agence estime qu'elle sera en mesure d'approuver 10 à 20 nouvelles thérapies géniques et cellulaires par an au cours des prochaines années. La démographie fait clairement progresser les perspectives de revenus, à la fois en raison du vieillissement de la société et de la nécessité de maîtriser les coûts, ce qui passe notamment par l'innovation.

Une composante solide du portefeuille

La combinaison de valorisations relatives, inférieures à leurs moyennes à long terme aux États-Unis et conformes à celles de la zone euro, avec des tendances de bénéfices solides et très visibles donne au secteur de la santé de solides atouts pour surperformer, d'autant que nous sommes en retard dans le cycle. Les dividendes sont sûrs et devraient offrir de la croissance.