BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 20.04.2017

Actions : Et si demain tout allait mieux en Europe?

Guillaume Duchesne

Les marchés boursiers sont nerveux, mais l’Europe bénéficie d’atouts.

Les marchés boursiers mondiaux sont plutôt hésitants depuis un mois. Les facteurs de risque sont bien connus par les investisseurs : valorisations tendues, marchés surachetés et inquiétudes géopolitiques croissantes. Par ailleurs, la vague populiste tend à fragiliser les marchés ces derniers jours. Toutefois, fait inhabituel, l’Europe performe mieux que les Etats-Unis. Les actions européennes ont gagné 2% en un mois contre une performance légèrement négative pour les américaines.

Des atouts certains

L’Europe a longtemps été une zone mal-aimée par les investisseurs mondiaux, souvent échaudés par sa croissance économique anémique et ses problèmes de gouvernance. Et pourtant, malgré la nervosité tangible des marchés mondiaux, les investisseurs ne se détournent pas complètement des actions européennes pour le moment. Que se passe-t-il?  L’Europe bénéficie en effet de plusieurs atouts :

  1. Les indicateurs avancés européens soulignent une amélioration notable des conditions économiques.

  2. Les perspectives bénéficiaires des entreprises européennes sont révisées à la hausse. Pour 2017, le marché s’attend à une croissance bénéficiaire de 15% en Europe contre 10% aux Etats-Unis. Les entreprises européennes profiteront de la hausse de leurs revenus grâce à la meilleure conjoncture et, dans ces conditions, d’un fort effet de levier opérationnel.

  3. La politique monétaire de la zone euro reste accommodante pour le moment. Les effets d’entrainement de la dynamique de croissance sur l’emploi et l’évolution des prix sont visibles, mais ne sont pas assez forts pour que la Banque centrale européenne envisage d’amoindrir son soutien.

  4. Les valorisations boursières restent raisonnables en comparaison des Etats-Unis. Les valeurs européennes s’échangent à 15 fois leurs bénéfices, bien en-dessous de leur moyenne de long-terme.

 

Evidemment, les investisseurs pourront pleinement mesurer la portée de ces atouts dès que le risque politique sera réduit. Si une plus grande stabilité politique et un projet européen mieux coordonné sont confirmés après les échéances électorales majeures de 2017, les investisseurs, notamment étrangers, pourraient s’intéresser de nouveau aux actions européennes. Au niveau actuel de valorisation, l’effet positif pourrait être important.

 

CONSENSUS DES BENEFICES PAR ACTION (BPA) - Indice Europée Stoxx 600

L’Europe a souvent souffert de fortes révisions à la baisse des perspectives bénéficiaires. Pour la première fois depuis plusieurs années, celles-ci sont révisées à la hausse.

Dans un tel scénario, quels sont les secteurs susceptibles de surperformer ?

Avec la reprise économique, deux thématiques pourraient théoriquement retrouver les faveurs des investisseurs : la consommation et l’investissement. Certains secteurs fortement dépendants de la demande domestique de la zone euro – grande distribution, média, loisirs – n’ont pas profité du récent rally boursier. Par effet ricochet, le secteur bancaire pourrait également bénéficier de la meilleure conjoncture et de la hausse des taux d’intérêt réels. La thématique de l’investissement, en revanche, au travers des valeurs du secteur de l’industrie, a déjà tiré parti du changement de rhétorique de l’administration américaine (baisse des impôts et plan d’infrastructure), de la hausse des matières premières et de la faiblesse de l’euro. Le secteur s’échange aujourd’hui à des niveaux de valorisation relativement élevés. 

En conclusion, au-delà des élections à venir, l’Europe offre des atouts importants que les investisseurs pourront saisir avec une certaine sélectivité .

Retrouvez les secteurs d’activité les plus sensibles aux aléas politiques.