BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 04.05.2018

Réserve fédérale américaine: le diable est dans les détails

Edouard Desbonnets

La Fed a laissé ses taux inchangés. Nous anticipons encore trois hausses de taux cette année.

Les membres de la Réserve fédérale américaine se réunissent huit fois par an afin de décider de la politique monétaire à mener. Seules quatre réunions sont suivies d’une conférence de presse, celles de mars, juin, septembre et décembre, ce qui leurs donnent une saveur plus particulière.

Les conclusions de la réunion du 2 mai n'ont donc été rendues publiques que par un communiqué de presse, ce qui n’incite généralement pas la Fed à prendre des décisions majeures puisqu’elle n’a pas l’opportunité de les expliquer ensuite au marché. Cette réunion n’aura pas échappé à cette règle, dans le sens où la politique monétaire est restée inchangée. Les membres de la Fed ont décidé à l’unanimité de garder la fourchette des taux directeurs à  1.50%-1.75%.

Ceci dit, deux éléments sont intéressants à noter.

L'inflation se rapproche de la cible

La Fed se montre beaucoup plus confiante sur la trajectoire de l’inflation. Elle ne dit plus qu’elle va surveiller de près l’évolution des prix.  Elle voit maintenant l’inflation sur une base annualisée se rapprocher de sa cible de 2%, aussi bien pour l’inflation globale que pour l’inflation hors prix alimentaires et énergie. Pour la première fois, le comité parle de cible d’inflation « symétrique ». Ainsi la Fed sous-entend qu’elle pourra tolérer une inflation un peu au-dessus de sa cible.

L'économie américaine est solide

La Fed juge que l’économie reste solide, notamment l’investissement, et que le marché de l’emploi est dynamique. En revanche, la consommation a montré des signes de ralentissement au premier trimestre.

Perspective sur l'évolution des taux

Les dernières données de marché montrent que depuis plusieurs mois l’inflation accélère, portée par la hausse des prix du pétrole, la faiblesse du dollar, les craintes de guerres commerciales et les augmentations de salaires. Ainsi, l’indice PCE (Personal Consumption Expenditure) que suit tout particulièrement la Fed montre que l’inflation globale a touché les 2,0% en mars et que l’inflation hors prix alimentaires et énergie a grimpé à 1,9%. Le marché anticipe dès lors une augmentation des taux de 25 points de base en juin, et prévoit une seconde hausse des taux avant la fin de l’année, ce qui est conforme aux prévisions que la Fed a délivré en mars.

Notre opinion

Nous pensons que la Fed pourrait aller plus loin et procéder à trois hausses de taux d’ici la fin de l’année: en juin, en septembre et en décembre. Cela nous semble plus cohérent avec les données macroéconomiques et l’analyse des discours et des projections individuelles des membres de la Fed. En effet, les prévisions que la Fed délivre trimestriellement sont faites par des membres votants et des membres non votants. Or cette année, il apparait que les membres votants sont plus enclins à monter les taux que les membres non votants. Les taux des Fed funds pourraient donc être portés à 2.25%-2,50% en décembre. Pour la suite, nous n’anticipons qu’une seule hausse de taux en 2019 car l’activité économique devrait ralentir. Le taux de fin de cycle serait donc 2,75%. Quant à la Fed, elle anticipe trois hausses de taux en 2019 et deux en 2020 donc un taux fin 2020 à 3,375% mais un taux de plus long terme qui tombe à 2,875%.