BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 25.07.2017

Opportunités d'investissement entre remontée des rendements et poursuite de la croissance

Guy Ertz

Soyez opportuniste dans vos placements en actions !

Dopés par la vigueur des indicateurs avancés composites, les niveaux historiquement élevés des surprises économiques et le retour des révisions de bénéfices en territoire positif pour la première fois depuis 2011, les marchés boursiers ont enregistré de solides gains durant le premier semestre. Mais ces moteurs sont en train de s'essouffler. Combiné à des valorisations relativement tendues, cela devrait peser sur les actions au cours des prochains mois. Nous pensons que la majorité des gains attendus pour cette année ont déjà été réalisés.

Grâce à l'abondance des liquidités, aux conditions monétaires accommodantes et au positionnement prudent des investisseurs après des années de flux massifs dans les obligations, mais aucun flux en net dans les actions, les risques de baisse restent limités. D'autant plus que les fondamentaux de l'économie mondiale sont sains. De manière générale, nous nous attendons à une période de consolidation, avec un retour possible dans les environs de la moyenne mobile sur 200 jours, avant le début d'une nouvelle phase de dynamique positive plus tard dans l'année.

À moyen terme, les perspectives sont bonnes, étant donné le potentiel d'accroissement des bénéfices en 2018 et le retour d'une expansion des multiples, elle-même alimentée par les flux en provenance d'autres actifs.

Dans de telles conditions, les investisseurs devraient :

  • prendre une partie de leurs bénéfices sur certains secteurs ou actions non cycliques ayant déjà beaucoup progressé ;
  • être plus attentifs aux prix d'achat ;
  • tirer profit de la volatilité ou, dit autrement, se montrer opportunistes !

 

Demande intérieure dans l'UE : un incontournable 

•       Une croissance supérieure à la moyenne grâce à la demande intérieure

La zone euro tourne enfin à plein régime ! Et pour une fois, c'est la demande intérieure qui joue le rôle de principal moteur de la croissance, en particulier la consommation. Une situation qui est d'ailleurs partie pour durer étant donné les bonnes prévisions concernant le marché du travail et les salaires. Les étrangers sont de retour !

•       Solides bénéfices par action en vue

La légère amélioration des ventes et des marges a un impact significatif sur les bénéfices, en raison du niveau élevé des coûts fixes. Ce solide levier opérationnel devrait, selon nous, permettre une croissance supérieure à la moyenne des bénéfices. En outre, les valeurs financières devraient profiter d'effets de base très positifs. Les rachats d'actions devraient aussi soutenir les bénéfices.

•       Secteurs les plus prometteurs

Pour profiter le plus possible des vents favorables qui soufflent actuellement sur l'économie de la zone euro, nous conseillons d'investir dans les financières, le secteur des médias, les sociétés qui bénéficient des investissements en infrastructure, les services commerciaux, les télécommunications et la distribution alimentaire.

•       Vers un démantèlement progressif du programme d'assouplissement de la BCE

Nous pensons que la première hausse de taux n'aura lieu qu'au second semestre de 2018. La BCE conservera donc une posture accommodante.

 

Le bon moment pour l'énergie

•       Retour à la case départ

En novembre, avant que l'OPEP n'annonce la réduction de sa production (la première depuis 2008), le cours de l'or noir avait clôturé autour de 46 USD le baril. Il est de nouveau retombé à ce niveau, malgré la récente prolongation de l'accord pour neuf mois supplémentaires. Les principales raisons de ce recul sont la reprise de la production en Libye et au Nigeria, l'essor du pétrole de schiste aux États-Unis et les nouvelles hausses du stockage flottant.

•       Le rééquilibrage aura lieu, mais il faudra du temps

Il faudra du temps pour que les stocks renouent avec leur moyenne à 5 ans, mais la demande devrait augmenter, les pays qui ont signé l'accord de réduction de production devraient respecter leurs engagements et la production aux États-Unis devrait ralentir avec la diminution des mises en service de nouveaux gisements due à l'inflation des coûts. Avec le temps, le cours du Brent devrait repartir à la hausse et évoluer dans la partie supérieure de la fourchette située entre 50 et 60 USD.

•       Positif sur les actions du secteur énergétique

La discipline dans les dépenses en capital et l'augmentation prévue du cours du pétrole amélioreront considérablement la génération des flux de trésorerie disponibles. Cela aura un effet positif sur les dividendes, dont les rendements font déjà partie des plus attrayants du marché. Les évaluations sont déjà relativement intéressantes.

 

 Accent sur la croissance séculaire

•       L'effet de rareté

Depuis la crise financière mondiale, la croissance est restée anémique et elle devrait rester inférieure à la moyenne qui avait été enregistrée entre 1987 et 2007, en raison de facteurs tels que l'endettement excessif, la démographie et les évolutions des modes de vie. Les secteurs ou thèmes capables d'afficher une croissance des bénéfices supérieure à la moyenne doivent avoir une position privilégiée dans les portefeuilles et méritent une prime significative par rapport au reste du marché.

•       Croissance séculaire dans les soins de santé

Les soins de santé sont l'exemple typique d'un secteur affichant une croissance séculaire. Cela s'explique par le vieillissement de la population, tant dans les pays industrialisés que dans les pays émergents, et par le haut degré d'innovation, qui entraîne des barrières à l'entrée élevées. Les dividendes sont élevés et durables.

•       Croissance séculaire dans le secteur des technologies

La faiblesse de la croissance a pour effet de limiter le pouvoir de fixation des prix et pousse les entreprises à améliorer leur compétitivité via l'automatisation, le recours à l'intelligence artificielle, le cloud... Après les solides rendements récemment enregistrés, il convient d'être attentif aux prix d'achat.

•       Autres opportunités en termes de croissance séculaire

Au-delà des secteurs, plusieurs thèmes présentent aussi une croissance structurelle tels que l'eau, dont la demande dépasse l'offre alors que plusieurs pays entrent dans une phase de développement plus avancée, la sécurité, en particulier la cybersécurité, la consommation dans les pays émergents, alors que les revenus des ménages augmentent et l'efficacité énergétique.

Cette thematique est issue de nos HIGH CONVICTIONS de Mars-Avril 2017