BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 26.01.2018

Les actions de valeur (VALUE) tirent enfin leur épingle du jeu

Roger KELLER

Série sur les thèmes d'investissement 2018: Thème lié au cycle avancé #4
 

Une fenêtre d’opportunité de surperformance s’ouvre pour les actions de valeur (actions faiblement valorisées). Celles-ci vont capitaliser sur une croissance synchrone de l’économie mondiale et une remontée graduelle des pressions inflationnistes. Ces tendances pro-cycliques alimenteront une hausse des rendements obligataires, à laquelle les actions de valeur sont très corrélées. La décote des actions de valeur devrait se réduire au cours des prochains trimestres.

Une approche différente et diversifiante des marchés actions

L’investissement dans les marchés actions s’opère soit par sélection de valeurs, de marchés, de secteurs ou de styles. Généralement, ces différentes approches cohabitent et permettent de construire une exposition aux actions diversifiée, avec une excellente relation entre le risque et la performance.

Un marché haussier particulier

Les études empiriques démontrent que sur le long terme les actions de valeur (actions peu chères) ont tendance à délivrer une performance supérieure à celle des valeurs de croissance (sociétés avec dynamique bénéficiaire supérieure à la moyenne). C’est essentiellement le reflet d’une surestimation quasiment systématique des perspectives de croissance des bénéfices pour les valeurs de croissance alors que celles des sociétés de valeur sont sous-estimées.

Depuis le début de la hausse des marchés en mars 2009, les actions de valeur ont contre performé. La raison principale en est que la reprise économique mondiale s’est révélée très anémique et a nécessité des soins intensifs de la part des autorités, surtout monétaires, pour perdurer.

Les rendements obligataires ont par conséquent évolué dans une tendance baissière et les investisseurs dans les marchés actions ont privilégié la visibilité sur la marche des affaires et le rendement du dividende à des positions pro-cycliques. Dans les premiers mois de 2018, la poursuite de la croissance mondiale devrait permettre à la confiance et l’appétit des investisseurs pour les actions de valeur de s’affermir. Ces actions de valeur devraient enfin délivrer une performance supérieure aux valeurs de croissance durant quelques trimestres.

Une période de surperformance s’ouvre

Le caractère synchrone de la croissance mondiale et sa base large, qui comprend une bonne orientation de la consommation, des dépenses d’investissement des entreprises, du commerce international et des stimuli fiscaux dans certains pays, autorisent d’être confiants sur la dynamique bénéficiaire des résultats des sociétés. Une bonne conjoncture couplée avec une remontée graduelle des pressions inflationnistes incitera à une hausse des rendements obligataires. Nous la voyons modérée mais suffisante pour que les actions de valeur se positionnent avantageusement en progressant plus rapidement que les valeurs de croissance, grâce à un retour de l’appétit des investisseurs pour des sociétés plus cycliques.

Des valorisations très attrayantes

Si le ratio prix sur la valeur comptable se retrouve dans sa moyenne historique pour les actions de valeur, il est au-dessus de sa moyenne pour les valeurs de croissance. Il en découle une décote hautement attrayante pour les premières, proche de 55% contre une moyenne à long terme de 47%. Cette décote est appelée à se réduire au gré de la remontée des rendements obligataires.

Dans un contexte de poursuite de la croissance, d’intensification des tensions inflationnistes et de remontée des rendements obligataires, le temps est venu pour les actions faiblement valorisées de délivrer des performances supérieures à la moyenne.

RISQUES PRINCIPAUX

A l’instar de tout investissement dans les marchés actions,  le risque de perte en capital est présent si la tendance générale des bourses devait s’inverser.

Au-delà de ce risque, le risque principal est lié à l’orientation de la conjoncture. Dans l’hypothèse où elle devait se détériorer, la confiance des investisseurs ne pourrait  poursuivre son amélioration et ceux-ci ne sortiraient dès lors pas de leur zone de confort avec les valeurs de croissance. Les titres de valeur continueraient par conséquent à délivrer des performances inférieures aux valeurs de croissance.

 

 

Retrouvez nos 10 Thèmes d'investissement.


Retrouvez notre stratégie d'investissement sur notre app Voice of Wealth, disponible sur l'App Store et Google Play.

Ne manquez pas nos prochains articles sur les autres thèmes d'investissement pour 2018, à retrouver ici sur notre site.

Sur le même sujet