Focus Actions Mars 2021
#Articles — 12.03.2021

Focus Actions Mars 2021

Edmund Shing Global Chief Investment Officer, Alain Gerard, Senior Investment Advisor, Equities

city

Résumé

1.La hausse des rendements obligataires ne devrait pas faire baisser les actions : Tant que la hausse des rendements obligataires s'accompagne d'une forte croissance nominale, le fort moteur de la croissance l’emporte généralement et les actions gagnent.

2.Les rendements obligataires seront plafonnés : En tout état de cause, la Réserve fédérale ne laissera pas les taux à 10 ans augmenter trop loin, compte tenu des difficultés croissantes de refinancement pour le Trésor américain. De plus, la hausse des rendements obligataires américains va attirer les investisseurs étrangers vers les bons du Trésor.

3.Hausse des anticipations d'inflation en faveur des Small Caps, Cyclical Value : L'exposition aux petites et moyennes capitalisations continue de surperformer, bénéficiant d'indices PMI élevés, de relèvements de croissance et de gains de rentabilité grâce à la hausse des prix.

4.Relèvement des banques, dégradation des services aux collectivités : La pentification de la courbe des taux et la perspective du retour des dividendes dopent les Banques, tandis que les Utilities souffrent de leur forte sensibilité obligataire.

5.Privilégier les secteurs liés aux matières premières pour bénéficier d'un nouveau super cycle des matières premières. Nous privilégions les valeurs minières diversifiées au niveau mondial dans les secteurs de l'indice STOXX Europe Basic Resources, des matériaux de base américains et des équipements miniers (biens industriels).

6.Nous restons positifs sur les actions en tant que classe d'actifs, mais restons attentifs aux risques croissants de correction.

Vue sur les actions internationales

Une inflation faible mais en hausse est positive pour les actions.

Ne craignons pas une hausse des rendements obligataires : Les rendements des bons du Trésor américain ont augmenté au cours du mois passé de 1,0  à 1,6 % au moment de la rédaction du présent rapport, en grande partie sous l'effet de la hausse des anticipations d'inflation.

S'il peut s'agir d'un problème pour les actions à duration très longue, comme les actions de croissance, la hausse des anticipations d'inflation est généralement positive pour les actions, si elle s'accompagne d'une hausse de la croissance nominale. C'est clairement le cas aujourd'hui.

Comme le montre le graphique ci-contre, la hausse historique des taux d'inflation américains n'est pas un frein pour les marchés actions, alors que le taux d'inflation reste dans la fourchette de 1,5 % à 4 % - en fait, les meilleurs rendements de l'indice S&P 500 sont venus lorsque l'inflation se situe dans la fourchette de 1,5 % à 2,5 %.

Cela nous conforte dans notre préférence pour l'exposition cyclique, car les valeurs cycliques devraient bénéficier le plus de la hausse des prix.

Marchés émergents, l’Europe au sommet depuis plusieurs années

Le monde hors États-Unis semble solide : Si les actions de croissance américaines ont été les plus performantes au cours des dernières années, il convient de noter que les indices MSCI Emerging Markets et STOXX Europe ont tous deux atteint de nouveaux plus hauts historiques. Il s'agit d'un signal très positif et suggère que ces marchés boursiers pourraient retrouver une partie du terrain perdu par rapport aux États-Unis ces dernières années.

La dynamique des bénéfices est positive pour les deux régions, tandis que le biais plus cyclique des marchés émergents et de l'Europe par rapport aux États-Unis les place en bonne position à un moment où les prix mondiaux à la production augmentent rapidement.

Les marchés émergents et les marchés boursiers européens ont récemment atteint de nouveaux plus hauts historiques, tirés en grande partie par les éléments plus cycliques de ces marchés boursiers. Les premiers succès obtenus par les vaccins COVID en réduisant les nouveaux taux d'infection et les hospitalisations suggèrent que les consommateurs boosteront ces régions jusqu'à la fin de 2021.

EN CONCLUSION

Les taux d'inflation faibles, quoique en hausse, ont toujours été un excellent régime pour les marchés actions, alors que la croissance économique nominale s'accélère également. Compte tenu du niveau elevé de sous-emploi dans l'économie mondiale après les confinements liées au COVID, nous pensons que les actions mondiales pourraient encore surprendre en termes de bénéfices au cours des prochains mois. 

Les résultats du T4 en ligne de mire

Des bénéfices excellents et en amélioration aux États-Unis !

Même s'il y a eu des « exceptions » positives, notamment parmi les banques (comme une baisse des provisions), les surprises en matière de bénéfices sont bien supérieures à la moyenne sur 5 ans de 6,3 : Maintenant que la grande majorité des entreprises américaines ont publié des résultats, l'indice S & P 500 a dépassé les prévisions de bénéfices de +17 % !

Les révisions à la hausse des bénéfices ont été massives dans tous les secteurs. Au niveau global, seul le secteur industriel américain paraît faible, mais il est dû à la grande perte exceptionnelle d'une grande société.

L'énergie, les banques et le matériel technologique ont enregistré les meilleurs relèvements de Bpa aux États-Unis en 2021 au cours de la saison de publication (source : Exane). Les secteurs défensifs ont les révisions de bénéfices les plus faibles.

De plus en plus d'entreprises fournissent aujourd'hui des perspectives pour 2021 alors que, récemment, beaucoup n'osent pas être trop précis. Les prévisions de bénéfices sont constamment revues à la hausse.

Des résultats encourageants en Europe

Comme aux États-Unis, les sociétés financières ont jusqu'à présent affiché des bénéfices relativement plus élevés que prévu. En général, les résultats des entreprises cycliques et les révisions de leurs bénéfices sont très encourageants.

Exane et d'autres grandes sociétés d'investissement estiment que les révisions à la hausse et la reprise des bénéfices vont se poursuivre dans les secteurs cycliques. La dynamique devrait perdurer. Au contraire, les secteurs défensifs et de croissance sont actuellement confrontés à des révisions à la baisse des bénéfices.

Notre nouvelle allocation sectorielle globale (voir plus loin) intègre cette bonne nouvelle sur l'économie et les secteurs cycliques en particulier.

Le Bpa du MSCI Europe 2021 devrait à présent revenir à -4 % contre un Bpa 2019. En 2022, le BPA de l'indice MSCI Europe devrait être supérieur de 11 % à celui de 2019 (voir plus de chiffres/prévisions IBES en annexe).

EN CONCLUSION

La saison des résultats du T4 a été excellente aux États-Unis : Plus de 80 % des sociétés ont dépassé leurs attentes (il est plutôt supérieur à la moyenne de 74 %), en moyenne de +17 %. Le BNPA du T4 2020 est légèrement positif en glissement annuel, un grand succès dans le contexte de pandémie ! Le BNPA américain devrait à présent progresser de +22,6 % en glissement annuel en 2021 après une baisse de -13 % en 2020. En Europe, les surprises en termes de résultats ont été de l'ordre de +10 % en moyenne. Les résultats continuent de baisser de -14,4 % en glissement annuel. 

Thème/Secteur en Focus

Une année 2020 difficile pour les banques

Au début de 2020, la crise sanitaire de la COVID-19 a stoppé l'accélération économique des années 2017-2019. Le contexte était alors devenu très favorable aux banques, notamment américaines, aidées par une certaine dérégulation et des baisses d'impôts sous l'administration Trump.

Au-delà des facteurs de soutien évoqués ci-dessus, les secteurs bancaire et financier ont tendance à surperformer dans un contexte de reprise économique entraînant une hausse de l'inflation et une pentification de la courbe des taux.

En 2020, grâce à un énorme soutien monétaire et budgétaire partout dans le monde, la récession a été bien moins importante que prévu. Mais les banques ont souvent dû annuler leurs dividendes. La reprise est restée incertaine dans l'attente de la production en masse de vaccins COVID à mesure que de nouvelles souches encore plus virulentes se sont fait jour. Mais les vaccins semblent efficaces et la vaccination se porte bien.

Fin 2020, nous privilégions le secteur de l'assurance grâce à une meilleure visibilité des bénéfices, les bilans semblant moins risqués et les paiements de dividendes plus sûrs. 

Les banques sont de retour !

La dernière saison des résultats s'est avérée très bonne pour les banques. Elles permettent désormais des reprises de provisions. Cela s'est traduit par des bénéfices exceptionnels et des révisions à la hausse des prévisions de bénéfices. En outre, ils sont à nouveau autorisés à verser des dividendes grâce à des bilans jugés suffisamment solides.

Les courbes de taux se sont pentifiées : Le rendement des bons du Trésor à 10 ans est passé de 1 % à près de 1,6 % en l'espace de quelques semaines, et le Bund allemand à 10 ans de -0,55 % à -0,3 % tandis que les taux courts sont toujours à un plancher. Ils devraient rester sur place pendant environ deux ans, selon les attentes.

La reprise économique mondiale semble bien plus solide et durable aujourd'hui et nous relevons donc les secteurs bancaire et financier en général à un niveau positif car ils sont en retard par rapport au rebond cyclique et, surtout, ils restent bon marché en termes relatifs et absolus. 

EN CONCLUSION

La reprise économique mondiale semble bien plus solide et durable aujourd'hui et nous relevons les secteurs bancaire et financier en général à un niveau positif car ils sont en retard par rapport au rebond cyclique et, surtout, ils restent bon marché en termes relatifs et absolus.

Autres préférences thématiques

Des mid caps britanniques attractives dans le monde post-Brexit

Annonce de la feuille de route du confinement pour le Royaume-Uni : Le 22 février, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé son projet pour le Royaume-Uni de sortir progressivement de son confinement actuel, considéré par l'Université d'Oxford comme l'un des plus stricts au monde.

Il existe deux moteurs positifs évidents pour l'économie britannique : Premièrement, l'accord sur le Brexit qui a été conclu entre l'Union européenne et le Royaume-Uni a réduit le risque d'un Brexit sans accord pour l'économie britannique. Oui, la sortie de l'UE a un impact négatif sur la croissance britannique, mais loin du chaos d'une sortie sans accord.

Deuxièmement, le potentiel d'une forte reprise de la consommation britannique suite au succès du programme de vaccination contre la COVID-19 devrait doper les stocks nationaux. D'où notre nette préférence pour l'exposition aux actions britanniques via l'indice FTSE 250 mid cap.

Poursuite du leadership des Small/Mid Caps

Le petit est encore beau : Au cours des 3 derniers mois, nous avons continué d'observer une forte rotation au détriment de la dynamique vers les petites capitalisations et le style value, en raison de la forte progression des marchés actions.

En février, la petite taille a toujours été le facteur dominant alors qu'aux États-Unis, la dynamique s'est redressée pour rester à la deuxième place dans la course aux facteurs (à partir de novembre de l'année dernière).

Dans l'ensemble, cependant, la hausse des rendements obligataires et le rebond des anticipations d'inflation au cours des derniers mois, conjugués à un PMI manufacturier mondial très solide, sont autant de facteurs qui soutiennent la surperformance de la valeur cyclique par rapport à la croissance à plus long terme. 

EN CONCLUSION

Le succès du programme de vaccination du Royaume-Uni devrait permettre une relance progressive de l'économie britannique, relançant ainsi la consommation et réouvrant ainsi les segments Travel & Leisure, Retail et Autos. Avec une prévision de croissance économique du consensus de 5 % en moyenne sur 2021e et 2022e, l'indice UK FTSE 250 mid cap devrait en profiter le plus.

Préférences sectorielles

Le contexte est favorable aux cycliques

Les secteurs des matériaux, de l'industrie, de l'énergie et de la finance ont continué de progresser à l'échelle mondiale et restent bien orientés. Les secteurs défensifs tels que les services aux collectivités et la consommation non durable ont sous-performé en février.

Les foncières européennes ont également enregistré de mauvaises performances. Le secteur avait bien performé fin 2020, mais des doutes subsistent quant à la part de marché future et à la rentabilité des centres commerciaux traditionnels et du marché des bureaux. Nous pensons que les foncières sont bon marché et constituent une diversification attrayante.

En février, les secteurs de croissance tels que la technologie et la santé ont commencé à corriger en raison de la hausse des rendements obligataires et des craintes inflationnistes. Inversement, les industries qui devraient profiter de la fin des lockdowns (voyage, loisirs, énergie, etc.) ont eu des meilleurs performances.

Révision à la hausse des banques, valeurs défensives à la baisse

Les résultats des valeurs cycliques ont été très bons et les révisions à la hausse des bénéfices sont encore souvent constatées dans ce pays, y compris maintenant pour les banques. Par conséquent, nous restons convaincus que les cycliques continueront à surperformer dans un avenir proche.

Les résultats des banques ont été rassurants et ils vont recommencer à verser des dividendes. Elles restent relativement bon marché et en retard sur la reprise. Nous relevons donc les Banques et les Financières à +.

A l'inverse, après sa forte performance récente, les technologies européennes ont besoin d'une pause et nous les abaissons de + à =.

Nous évitons la consommation de base (chère et trop défensive) et maintenant aussi les services aux collectivités (de = à -) pour des raisons similaires. La pharmacie et la santé sont également abaissées de + à = comme trop défensives.

EN CONCLUSION

Dans la mesure où la reflation pourrait être plus forte que prévu, les craintes inflationnistes reviennent ainsi que la hausse des rendements obligataires. Les cycliques ne sont pas aussi chers mais les secteurs de croissance apparaissent plus vulnérables en raison de leur valorisation plus élevée et de leurs bonnes performances en 2020. Nous abaissons donc la pharmacie et la santé de positives à neutres ainsi que la technologie européenne (de positive à neutre). Les services aux collectivités sont abaissés de neutres à négatifs. A l'inverse, les banques sont portées de neutres à positives.

·       Certains indices boursiers ont atteint de nouveaux sommets historiques suite à des nouvelles particulièrement positives dans le cadre de la recherche de vaccins contre la Covid-19 et aussi, suite aux élections américaines dont les résultats sont jugés comme favorables aux actions. Mais ces dernières sont maintenant tiraillées entre d’une part, à court terme, la résurgence en occident de la crise sanitaire qui freine la reprise économique et, d’autre part, une année 2021 où la reprise économique pourrait s’avérer plus forte qu’attendu. 

 

·       Ce contexte maintient une forte volatilité sur les secteurs les plus exposés à cette reprise cyclique et aux voyages, notamment l’énergie, les bancaires ou les loisirs en extérieur avec toujours de grosses incertitudes quant à leurs flux de trésorerie et à leurs dividendes.

 

·       Nous préférons les secteurs cycliques et de valeur où la visibilité est bonne et/ ou qui profitent de la reprise économique plus évidente en Asie (les matériaux, les industrielles et l’assurance globalement restent en ‘+’). Certains segments dans les soins de santé ainsi que l’énergie et la technologie européennes restent aussi trop décotés. 

 

·       Inversement, nous continuons à éviter les biens de consommation de base (-) qui traditionnellement sous-performent dans un contexte de reprise.