Perspectives mensuelles sur les devises
#Articles — 11.03.2022

Perspectives mensuelles sur les devises

Guy Ertz, Chief Investment Advisor

city

Résumé

  1. Les banques centrales sont confrontées à un dilemme : Une inflation élevée persistera plus longtemps, tandis que la croissance sera plus faible en raison de la récente augmentation des incertitudes et des craintes de perte de pouvoir d'achat. La zone euro, qui importe environ 40 % de son gaz en provenance de Russie, est plus vulnérable que d'autres régions. Dans ce contexte, nous ajustons notre objectif 3 mois EURUSD à 1,06 à partir de 1,12.
  2. Les devises liées aux matières premières (CAD, NOK, AUD, BRL) devraient bien se comporter sur les horizons de 3 et 12 mois, en raison de la perturbation de l'offre de pétrole, de gaz et de blé. Nous ajustons notre objectif à 5 pour l'USDBRL sur notre horizon de 3 et 12 mois.
  3. Depuis le milieu du mois, le franc suisse et le yen, deux devises fortes sûres, se sont appréciés. Le franc suisse a même temporairement rompu la parité euro. Compte tenu de l'incertitude, la vigueur du franc pourrait durer plus longtemps. Nous révisons notre objectif de 3 mois pour le franc suisse à 1,03 à partir de 1,06.
  4. La Banque de Suède a annoncé qu'elle ne relèverait pas ses taux avant 2024. Nous abaissons notre objectif à 10,7 pour notre horizon de 3 et 12 mois, suggérant une légère appréciation du SEK par rapport aux niveaux actuels.
  5. Le CNY pourrait rester fort dans un contexte de forte incertitude et de sanctions américaines contre la Russie. Nous révisons donc notre objectif 3 mois à 6,35 à partir de 6,5.
  6. L'incertitude mondiale et les révisions à la baisse de la croissance américaine vont pénaliser les exportations mexicaines. Nous révisons notre objectif de 3 mois pour le USDMXN (valeur d'un dollar) à 20,5 de 19,7.

 

VUE USD >>CIBLE 12M VS EUR: 1.12

Le dollar devrait rester fort

L'euro s'est fortement déprécié ces dernières semaines en raison de la forte hausse de l'aversion au risque et de la fuite vers les devises refuges. L'EURUSD est passé en dessous de 1,09 (valeur d'un euro), un nouveau point bas depuis avril 2020. La vigueur du franc suisse a également été observée, tandis que le yen a quelque peu sous-performé.

La zone euro est l'une des régions les plus vulnérables en raison de sa forte dépendance aux matières premières énergétiques russes. Les anticipations du marché se sont quelque peu redressées en ce qui concerne l'évolution attendue des taux d'intérêt aux États-Unis par rapport à la zone euro. En d'autres termes, l'écart entre les taux US et EUR à 2 ans a de nouveau augmenté. Cela reste très favorable au dollar par rapport à l'euro.

Lors de sa réunion de mars, la BCE a déclaré que sa principale priorité était de lutter contre l'inflation élevée qui présente des risques importants à la hausse à court et moyen terme. La BCE a indiqué sa volonté de normaliser sa politique et, par conséquent, la banque centrale cessera d'acheter des obligations au cours du troisième trimestre. Une première hausse de taux est attendue plus tard dans l'année.

L'environnement de fortes incertitudes et de vulnérabilité pour la zone euro devrait durer à court terme. Il est donc moins probable que l'EURUSD atteigne notre objectif de 3 mois précédent de 1,12. Nous modifions ainsi notre objectif à 1,06.

Sur l'horizon 12 mois, nous conservons l'objectif de 1,12 car nous anticipons une normalisation progressive avec la BCE qui devrait encore relever ses taux une première fois en décembre et une hausse totale de 1 % des taux d'intérêt jusqu'à fin 2023.

VUE GBP >> CIBLE 12M VS EUR: 0.82

Nouvelle hausse des taux attendue en mars

Début février, la livre sterling a connu une forte volatilité après les réunions de la Banque d'Angleterre (BoE) et de la BCE. Depuis le début de l'invasion russe, la livre sterling se déplace vers 0,83 (valeur d'un euro).

Le Royaume-Uni est affecté par la forte inflation des prix de l'énergie en raison de la part relativement importante de l'énergie importée. L'inflation devrait initialement atteindre 7,25 % en avril, mais les perspectives pourraient être revues à la hausse. L'économie britannique est moins exposée à la Russie que la zone euro, ce qui sera un facteur de soutien à l'appréciation de la livre sterling.

La Banque d'Angleterre a relevé ses taux de 25 pb lors de sa réunion de février. Lors de la prochaine réunion du mois de mars, une nouvelle hausse des taux de 25 pb est attendue, suivie de 2 de plus au cours de l'année. La BCE devrait être plus prudente.

L'enquête sur les entreprises au Royaume-Uni (PMI composite) est ressortie à 59,9 bien au-dessus des 54,2 de janvier en raison de la diminution du nombre de cas Omicron, de bons carnets de commandes et de bons chiffres économiques sur le front de l'emploi.

Nous restons convaincus que la moindre incidence du conflit militaire sur l'économie britannique et la politique monétaire plus restrictive seront des facteurs favorables à la livre sterling. Nous maintenons nos objectifs à 3 et 12 mois à 0,82, suggérant un potentiel d'appréciation du GBP.

VUE CHF  >> CIBLE 12M VS EUR: 1.08

Proche des niveaux records

Le franc suisse s'est fortement apprécié depuis le début du conflit et a dépassé le niveau de parité (EURCHF). Il est proche d'un plus haut sur 7 ans. La monnaie suisse joue ainsi son rôle d'actif « refuge ».

La Suisse a connu une croissance économique de 3,7 % en 2021, après une baisse de 2,4 % en 2020. La performance économique reste bonne en ce début d'année avec une enquête d'activité (PMI composite) à 62 (au-dessus de 50, cela suggère une expansion). Cela est dû à la levée des restrictions sanitaires et à la vigueur du marché du travail avec un taux de chômage de seulement 2,4 %. Toutefois, cela ne suffira pas pour que la Banque nationale suisse relève ses taux. En effet, la banque centrale souligne régulièrement qu'elle considère que le franc suisse est fortement valorisé. L'inflation reste gérable. La banque suisse devrait ainsi maintenir son taux repo à -0,75 % lors de sa réunion du 24 mars. De plus, le marché prévoit une hausse d'environ 0,15 % d'ici la fin de l'année de la banque centrale suisse, ce qui représente un autre risque baissier pour le CHF si elle ne se réalise pas.

A plus long terme, nous restons prudents sur le franc suisse. La devise helvétique s’éloigne de près de 50 % de sa parité de pouvoir d'achat (proche de 1,50) et une baisse progressive de l'aversion au risque pourrait peser sur la devise.

Nous modifions notre objectif 3 mois à 1,03 et maintenons notre objectif 12 mois à 1,08.

VUE JPY >> CIBLE 12M VS USD: 114

Moins d’appréciation attendue

L'USDJPY oscille désormais autour de 115. Le niveau élevé de l'écart de taux d'intérêt avec le dollar maintient la demande en yen faible.

Lors de sa réunion de janvier, la Banque du Japon a souligné la reprise économique pour 2022 et la hausse des perspectives d'inflation. Temporairement, la Banque du Japon a indiqué que l'inflation pourrait atteindre 2 %. Toutefois, elle ne modifiera pas sa politique tant que la hausse structurelle des prix ne dépassera pas 2 %, ce qui suggère la poursuite de sa politique ultra-accommodante. La Fed devrait encore relever ses taux plusieurs fois au cours des prochains mois.

La Banque du Japon a lancé une offre en février pour acheter un montant illimité de dette japonaise à 10 ans à 0,25 %. L'objectif était d'indiquer que la banque resterait ultra-accommodante et que les investisseurs avaient tort de croire que la Banque du Japon pourrait suivre le mouvement plus restrictif des autres banques centrales. Les différences de politique monétaire par rapport aux États-Unis rendent difficile l'appréciation du yen.

L'indice de confiance des entreprises japonais (PMI composite) est passé de 49,9 en janvier à 45,8 en février. Les prix de production ont augmenté pour le 15ème mois consécutif et de nombreuses entreprises n'ont pas pu répercuter la hausse des prix et ont donc vu leurs marges baisser. Le Japon assouplit ses restrictions à la mobilité, qui étaient encore particulièrement drastiques, ce qui devrait contribuer à relancer l'économie.

Nous maintenons nos objectifs USDJPY à 3 mois et 12 mois à 114 (valeur d'un dollar). Cela suggère une légère appréciation du JPY par rapport aux niveaux actuels.

  

VUE SEK >> CIBLE 12M VS EUR: 10.00

Moins de potential d’appréciation

La SEK s'est dépréciée en février de près de 2 % face à l'EUR après des décisions monétaires accommodantes de la banque centrale suédoise (Riksbank).

Malgré la montée des inquiétudes liées à l'inflation, la Riksbank a estimé que cela était temporaire. Elle a indiqué qu'elle ne prévoyait pas de remonter les taux avant 2024. La Riskbank a également déclaré que la réduction du bilan ne commencerait pas cette année. La hausse de l'inflation est principalement due à la hausse des prix des carburants et de l'électricité.  La Riksbank a déclaré que les hausses de taux n'étaient donc pas la bonne réponse. La banque centrale va probablement reconsidérer son avis lors des prochaines réunions, et c'est pourquoi nous ne prévoyons pas de dépréciation substantielle de la couronne suédoise.

L'économie suédoise a commencé à se redresser grâce à l'assouplissement des restrictions en matière de mobilité. Après une croissance de 5,2 % en 2021, elle devrait atteindre 3,6 % en 2022 et 2 % en 2023. La politique accommodante s'explique également par le taux de chômage qui a atteint 8,8 % en 2021 et devrait rester supérieur à 7,5 % en 2022. La Riksbank restera probablement à la traîne des autres banques centrales en ce qui concerne la normalisation de la politique monétaire.

Nous prévoyons désormais une moindre appréciation de la SEK. Nous visons 10,7 pour nos objectifs 3 mois et 12 mois. Cela suggère une SEK plutôt stable.

VUE NOK >> CIBLE 12M VS EUR: 9.6

Renforcement futur

La couronne norvégienne s'est appréciée en février de près de 2,7 % et est redevenue inférieure à 10 après la forte hausse des prix du pétrole.

La Banque centrale (Norges Bank) prévoit un taux d'intérêt de 1,75 % d'ici fin 2024. Lors du dernier comité, la Norges Bank a indiqué qu'une hausse des taux était probable en mars. Historiquement, le resserrement monétaire en Norvège a généré une appréciation de la couronne.  Nous prévoyons que l'écart de taux avec la BCE se traduira par une nouvelle appréciation de la NOK. De plus, la devise devrait rester soutenue par le prix élevé du pétrole (Brent) en 2022.

Le pétrole représente 60 % des exportations norvégiennes et la forte demande ainsi que les prix élevés devraient entraîner un renforcement de la couronne norvégienne.

Les taux d'intérêt devraient augmenter plus rapidement que dans la plupart des autres pays développés. Cela devrait soutenir le potentiel d'appréciation de la couronne norvégienne. 

Nous maintenons notre objectif 3 mois EURNOK (valeur d'un euro) à 9,75 et notre objectif 12 mois à 9,60. Cela suggère une appréciation de la NOK.

VUE AUD >> CIBLE 12M VS USD: 0.73

Proche de nos objectifs

Le dollar australien s'est apprécié en février, se rapprochant de notre objectif à 3 et 12 mois de 0,73. En tant qu'exportateur net d'énergie, la hausse des prix des matières premières amplifiée par le conflit russo-ukrainien a été favorable au dollar australien. De plus, l'économie australienne  a des liens limités avec la Russie.

Lors de sa réunion de mars, la Reserve Bank of Australia a maintenu ses taux à 0,1 % et réitéré son intention de laisser les salaires augmenter avant de resserrer sa politique. Une première hausse des taux est attendue dans le courant de l'année en fonction des statistiques économiques. Le comité central a réaffirmé que l'Ukraine était une source majeure d'incertitude pour l'économie mondiale. Les chiffres du PIB du T4 ont progressé de 3 % grâce au retour de la demande des ménages après les confinements liés au Covid.

Le chômage est tombé à un plus bas sur 13 ans de 4,2 % et devrait tomber en dessous de 4 %. Le marché du travail tendu est un autre facteur qui va amener la banque centrale à se montrer peu à peu plus agressive.

Par conséquent, nous maintenons nos objectifs d'AUDUSD à 3 mois et 12 mois à 0,73 (valeur d'un AUD). Cela implique un mouvement latéral pour l'AUD au cours de l'année à venir.

VUE NZD >>CIBLE 12M VS  USD: 0.7

Potentiel haussier

Le dollar néo-zélandais a progressé en février de 0,65 à près de 0,69 après que la banque centrale ait relevé ses taux de 25 bp et surtout grâce à la hausse des matières premières.

Lors de la réunion de fin février, le message de la banque centrale était clair : plus de resserrement est nécessaire. Le niveau élevé de l'activité économique et la hausse des prix des matières premières engendrent de fortes tensions inflationnistes. Le taux de chômage est très faible et il existe des risques de fortes inflations salariales. Les entreprises font état de difficultés de recrutement. En outre, les prix de l'immobilier ont atteint des niveaux insoutenables. La banque centrale a ainsi relevé son taux de 25 bp, portant le repo rate à 1 %. Nous en attendons davantage au cours des prochains meetings. En outre, la banque centrale a pris la décision de commencer à réduire son bilan de 5 milliard de $ NZD par an.

La Nouvelle-Zélande est un exportateur de matières premières agricoles et bénéficiera de la récente flambée des prix due à la perturbation des chaînes d'approvisionnement en blé ukrainien.

Nous maintenons nos objectifs à 3 mois et 12 mois en NZDUSD à 0,70 (valeur d'un NZD). Cela implique un potentiel d'appréciation pour le NZD.

VUE CAD  >> CIBLE 12M VS USD: 1.25

Environnement positif

Le dollar canadien s'est légèrement apprécié au cours des dernières semaines, en particulier à la suite des commentaires de la Banque du Canada.

La banque centrale a relevé son taux directeur de 25 bp lors de sa réunion de mars, portant le taux d'intérêt  à 50 bps. Elle a indiqué que de nouvelles hausses sont attendues malgré la croissance plus faible qui résultera du conflit russo-ukrainien. Il existe un risque à la hausse pour l'inflation et la Banque du Canada devrait à nouveau relever ses taux en avril. La Banque du Canada devrait également commencer à réduire son bilan, plus tard au cours de l’année 2022. Dans l'ensemble, les politiques monétaires américaine et canadienne devraient être assez similaires en termes de hausse des taux.

En tant qu'exportateur de matières premières, le Canada bénéficie actuellement de la hausse des prix du pétrole (WTI). La crise ukrainienne pourrait toutefois entraîner une baisse de la confiance des consommateurs et avoir un impact sur la croissance. Le risque d’inflation est également à la hausse.

Le Canada a enregistré une croissance annualisée de 6,7 % au dernier trimestre, tirée par les secteurs de la construction, de la distribution et de la finance. L'inflation s'est établie à 5,1 % en janvier.

Nous maintenons notre objectif USDCAD (valeur d'un dollar) à 1,25 pour l'horizon de 3 et 12 mois. Cela suggère un potentiel haussier modéré pour le CAD au cours de l'année.

VUE CNY >> CIBLE 12M VS USD: 6.5

L’appréciation récente devrait être temporaire

L'USDCNY s'est apprécié en février et se rapproche du niveau de 6,3 (valeur d'un dollar). Dans le contexte actuel, le CNY pourrait bénéficier de l'incertitude et des sanctions russes.

Fin janvier, la Banque populaire de Chine a abaissé le taux prime des prêts à 1 ans de 3,8 % à 3,7 % et le taux à 5 ans de 4,65 % à 4,6 %.

L'année dernière, selon les sources du parti chinois, la croissance économique a atteint 8,1 %. Le gouvernement a annoncé des prévisions de croissance de 5,5 % pour 2022 avec une inflation de 3 %. XI Jinping a réaffirmé que la stabilité des fondamentaux économiques était la principale priorité. Le gouvernement a également indiqué que l'environnement macroéconomique restait incertain en raison d'une forte hausse des prix des matières premières.

L'enquête manufacturière chinoise de février (PMI) s'est légèrement améliorée de 50,1 à 50,2. Les petites et moyennes entreprises devraient bénéficier de la politique monétaire plus accommodante avec de nouvelles baisses de taux à venir. Les gérants logistiques ont également fait état des bonnes conditions de la demande externe.

Nous modifions notre objectif à 3 mois à 6,35, le CNY devant rester proche de ce niveau tant que l'extrême incertitude prévaudra. A 12 mois, nous conservons notre objectif de 6,5.

VUE BRL >> CIBLE 12M VS USD: 5

Changement de cibles

L'USDBRL s'est apprécié en février de 5,3 à environ 5 (valeur d'un dollar). L'USDBRL a connu une forte volatilité depuis l'invasion de l'Ukraine.

Lors de sa réunion du 2 février, la Banque centrale brésilienne a relevé ses taux d'intérêt de 150 pb à 10,75 %. Il s'agit de la huitième hausse consécutive depuis mars et cela résulte d'une inflation élevée (supérieure à 10 %). La banque centrale devrait à nouveau relever ses taux d'intérêt de 100 pb en mars. Le Brésil est un exportateur clé de matières premières et de pétrole. Le BRL devrait donc rester soutenu en 2022. Toutefois, la hausse des taux américains va progressivement réduire l'écart de rendement avec le Brésil. Les élections d'octobre sont une autre source d'incertitude pour la devise. Le déficit de la balance courante brésilienne est presque équilibré et n'exerce aucune pression à la baisse sur le BRL.

D'un point de vue macroéconomique, la croissance devrait rester atone à environ 0,5 % tandis que l'inflation restera probablement supérieure à 8 %. La devise devrait rester proche des niveaux actuels.

Nous passons de 5,5 à 5,25 nos objectifs à 3 mois et 12 mois à 5.

VUE MXN >> CIBLE 12M VS  USD: 19

Un certain potentiel haussier

Le peso mexicain s'est déprécié au cours des dernières semaines en raison d'un mouvement d'aversion au risque.

Banxico, la banque centrale du Mexique, a relevé son taux de 200 pb depuis juin à 6 %, contre un plus bas de 4 % durant la pandémie. Les tensions inflationnistes resteront élevées en raison des interruptions de la chaîne d'approvisionnement et des fortes hausses de salaires. Pour 2022, la banque centrale prévoit désormais une croissance comprise entre 1,6 % et 3,2 %, moins qu’auparavant et une inflation de 4 %.

La croissance économique s'est également ralentie au dernier trimestre 2021 en raison d'une baisse de l'activité des services et de la faiblesse de la production industrielle. La croissance américaine devrait se traduire par de fortes importations en provenance du Mexique. La volonté d'avoir des chaînes d'approvisionnement plus courtes plaide en faveur d'une plus grande intégration entre les deux pays. La forte hausse des prix du palladium, utilisé pour la conception de convertisseurs catalytiques dans les voitures, va probablement perturber le secteur automobile, qui représente plus de 20 % des exportations mexicaines. Ces incertitudes nous conduisent à revoir notre objectif 3 mois.

Nous passons de 19,7 à 20,5 pour 3 mois et maintenons à 19 pour 12 mois. Cela implique un potentiel d'appréciation du MXN par rapport aux niveaux actuels.