#6 Sustainable Development Goals
Episode 2

Vie Aquatique

Episode 6/7

 

Faits et chiffres clés

quote
3billion

Plus de trois milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour subvenir à leurs besoins.

50pc

Plus de 50 % de l'oxygène que nous respirons provient des océans, qui absorbent environ 30 % du dioxyde de carbone produit par l'homme, ce qui masque les effets du réchauffement de la planète.

Nous assistons à une augmentation de 26 % de l'acidification des océans depuis le début de la révolution industrielle.

plastic bottle

La pollution marine atteint des niveaux alarmants, avec une moyenne de 13 000 litres en plastique sur chaque kilomètre carré d'océan.

90pc

Près de 90 % des stocks de poissons marins du monde sont aujourd'hui pleinement exploités, surexploités ou épuisés.

40pc

des océans du monde sont fortement touchés par les activités humaines, y compris la pollution, l’épuisement des ressources halieutiques et la disparition des habitats côtiers.

Comment le secteur financier relève-t-il ce défi ?

  • Les océans couvrent la majorité de la surface de la Terre, contiennent 97 % de l’eau de la Terre, et représentent 80 % des espaces de vie disponibles sur terre en volume. Les grands secteurs océaniques tels que le tourisme, le transport maritime, la pêche, l'aquaculture et les énergies marines renouvelables contribuent collectivement à une économie « bleue », estimée par l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à une valeur ajoutée brute mondiale de 1 500 milliards de dollars en 2010. Cette économie bleue devrait atteindre 3 000 milliards de dollars en 2030, et certaines industries océaniques devraient croître plus rapidement que l'économie mondiale.
  • Toutefois, la santé des océans est menacée, confrontée à la triple crise de la pollution, de la perte de la nature et du changement climatique, laissant les industries, les entreprises et les sources de revenus exposés. Les financements existants étant encore largement orientés vers des secteurs et des activités non viables, il est essentiel que tous les secteurs de l'économie bleue soient rapidement transférés vers des voies durables.
  • Les banques, les assureurs et les investisseurs ont un rôle majeur à jouer dans le financement de cette transition vers une économie bleue durable, contribuant ainsi à reconstruire la prospérité des océans et à restaurer la biodiversité. Grâce à leurs activités de prêt, de souscription et d'investissement, ainsi qu'à leurs relations avec leurs clients, les institutions financières jouent un rôle majeur sur la santé des océans et détiennent le pouvoir d'accélérer et d'intégrer la transformation durable des industries liées aux océans.

 

 

Comment BNP Paribas aborde-t-il cette question ?

  • Nous avons déjà fait de la protection des océans une action prioritaire pour notre entreprise. BNP Paribas a ainsi renforcé son engagement RSE en faveur de l’Objectif de développement durable de l’ONU n°14 : « Vie Aquatique ». Le mot d’ordre de notre engagement est de financer de façon responsable les activités susceptibles d’impacter les océans et de soutenir les entreprises qui innovent pour les protéger. Pour ce faire, nous soutenons nos clients dans leur transition dans quatre secteurs principaux, ainsi que les start-up et parties prenantes qui proposent des solutions innovantes. 
  • Les quatre secteurs concernés par cet accompagnement vers l’économie bleue durable sont les suivants :
    • le transport maritime ;
    • la pêche et l’aquaculture ;
    • l’extraction sous-marine de ressources naturelles et des énergies marines renouvelables ;
    • et les activités terrestres ayant un lien fort avec l’océan.

  • En particulier, nous aidons nos clients de longue date dans leur transformation écologique (1 milliard d'euros seront consacrés au transport maritime durable d'ici 2025) et contribuons aux investissements directs vers les secteurs clés de l'économie bleue grâce au nouveau fonds Blue Economy.

  • Cet accompagnement s’adresse également aux start-up innovantes via des dispositifs internes de financement, des incubateurs et des accélérateurs internes comme le WAI (We are Innovation) et externes, à l’image de la Sustainable Ocean Alliance. Nous avons par exemple soutenu les jeunes entreprises Agriloops (aquaponie durable), Geocorail (protection des littoraux) et Lactips (emballages biodégradables et hydrosolubles).

  • Cet effet d’entraînement se ressent enfin auprès des parties prenantes concernées par la protection des océans. Les ONG bien sûr, mais également nos clients et nos pairs. C’est dans cette optique que BNP Paribas a ratifié Les Principes de Poséidon, premier accord d'alignement climatique autonome et sectoriel au monde parmi les institutions financières. Le Groupe a également participé à l’élaboration du label Green Marine Europe avec Surfrider Foundation Europe, qui permet la certification volontaire environnementale de flottes de navires. Un engagement pour tous au sein du Groupe !

  • Comme pour tous les sujets de protection de l’environnement, un effort doit aussi être porté par les actions de sensibilisation et de mécénat. À cet effet, la Fondation BNP Paribas noue également des partenariats stratégiques (comme avec Coral Guardian, qui agit pour la protection des récifs coralliens, ou encore via la création de Corals Matter) et soutient de nombreux projets de recherche sur les interactions entre climat et biodiversité. Depuis 2010, huit projets de recherche sur la préservation de l’océan et la biodiversité marine ont ainsi été soutenus à hauteur de 5,63 millions d’euros et plus de 400 000 personnes ont été sensibilisées au sujet.

  • Depuis le début de cette année, le Groupe a également lancé le mouvement « Act for Ocean ». Ce programme d’engagement, mené en partenariat avec le fonds de dotation Pure Ocean, vise à soutenir l’innovation, en lien avec la biodiversité marine, et à mobiliser autour de la protection des océans.

  • BNP Paribas a également soutenu la création du documentaire récompensé « A Plastic Ocean » par le journaliste et réalisateur Craig Leeson.Blue economy : Pourquoi nous nous engageons pour la protection des océans - BNP Paribas (group.bnpparibas)

Retrouvez nos autres épisodes tout au long de l’été. Autour du thème de la durabilité, ils abordent le rôle du secteur financier dans différents Objectifs de développement durable, et vous permettent d’identifier, comment vous, en tant qu’investisseur, pouvez agir pour un avenir plus juste et plus durable.