Agitation du marché déclenchée par le COVID: Questions/Réponses
#Articles — 17.03.2020

Agitation du marché déclenchée par le COVID : questions/réponses

Prashant BHAYANI, Chief Investment Officer Asia & Grace TAM, Chief Investment Advisor Hong Kong & Dannel LOW, Investment Specialist

BNP Paribas Wealth Management

1. La Fed est-elle à court de munitions après avoir abaissé son taux d'intérêt à un niveau proche de zéro ?

Les options potentielles de la Fed si les conditions financières continuent de se resserrer sont :

• S'engager dans un QE (quantative easing) à durée indéterminée (il s'agit en ce moment d'un QE à durée déterminée de 700 Md $) ;

• Rechercher l'autorité légale pour acheter une gamme plus large de titres/d'actifs ;

• Relancer certains outils de prêt mis en place pendant la crise financière mondiale de 2008 pour aider les institutions financières et les emprunteurs sur les principaux marchés du crédit, par exemple Term Auction Facility (TAF), Commercial Paper Funding Facility (CPFF), Term Asset back Securities Loan Facility (TALF), etc.

 

2. Quels sont les points communs/différences avec la crise financière mondiale (GFC) en 2008 ?

• En termes d '« arrêt brutal » de l'activité économique et financière en raison de chocs, c'est similaire. Au cours du GFC, la faillite de Lehman a créé un risque de contrepartie si énorme et a eu pour conséquence de geler les prêts/opérations. Le « coup d'arrêt brutal » actuel est davantage lié aux flux de trésorerie d'exploitation liés aux mesures agressives de quarantaine pour l'épidémie de COVID.

• Les banques américaines ont été l'épicentre de la GFC, tandis que la principale préoccupation est désormais le niveau historiquement élevé de la dette des entreprises non financières américaines par rapport au PIB. L'arrêt de la croissance des revenus dû aux mesures de santé publique pourrait constituer un risque majeur pour le secteur non financier américain.

• Au cours du GFC, le gouvernement américain a renfloué les banques en lançant le Troubled Asset Relief Programme (TARP), qui a acquis 700 Md $ d'actifs toxiques. La Federal Deposit Insurance Corporation a également garanti des dépôts jusqu'à 250 000 $ par déposant. Une sorte de garantie gouvernementale pour les émissions non financières des entreprises pourrait être nécessaire si une crise du crédit devait se produire.  

 

3. Que faut-il de plus de la part des décideurs pour restaurer la confiance ?

• Comme vu par le passé, plus vite les responsables politiques adopteront une approche « quoi qu’il en coute », plus vite la panique s'apaisera.

• Sur le plan monétaire, en dehors de la Fed, de la BCE et de la BoJ, davantage de banques centrales à l'échelle mondiale se préparent désormais au QE. En voici quelques exemples avec les banques centrales d'Australie, de Nouvelle-Zélande et de Corée du Sud. Par ailleurs, une sorte de garantie de crédit par l'Etat, similaire à une garantie globale pendant la crise bancaire (comme évoqué au T2).   

• Sur le plan budgétaire, on s'attend à ce que le plan de relance budgétaire de l’ordre de 2-3 % du PIB soit plus efficace que la politique monétaire pour contribuer à relancer la croissance économique. La politique budgétaire de la Chine depuis l'épidémie de COVID avoisine les 1,2 trillions de yuans (environ 1,2 % du PIB). On peut s'attendre à davantage de mesures de relance, ce qui fera grimper le chiffre de l’ordre de 2 % du PIB. Aux États-Unis, en plus des mesures gouvernementales dédiées à la santé, nous pensons que le Congrès pourrait fournir jusqu'à 400-600 milliards de dollars de relance budgétaire (2-3 % du PIB) d'ici l'été.

 

4. Quels sont les catalyseurs potentiels pour inverser la spirale baissière du marché ?

Le nombre de cas d'infection commence à diminuer - Avec davantage de mesures de quarantaine et de distanciation sociale en Europe et aux Etats-Unis, le taux d'infection devrait atteindre un pic dans les semaines à venir. Toutefois, dans l'immédiat, les chiffres devraient s'aggraver aux Etats-Unis et en Europe (hors Italie) avant de s'améliorer. Cela devrait se traduire par un niveau élevé d'incertitude pour les investisseurs et par conséquent, la volatilité du marché devrait rester élevée. 

Des réponses coordonnées et crédibles en matière de politique de santé - De toute évidence, l'annonce d'un vaccin COVID-19 disponible beaucoup plus rapidement que prévu changerait la donne. Des engagements coordonnés des gouvernements pour adopter des stratégies plus énergiques et crédibles afin de minimiser les risques pour la santé sont nécessaires et auraient également des effets positifs.

• le « quoi qu’il en coute » pour stimuler la politique monétaire et budgétaire (comme mentionné au T3) ;

 

5. Pourquoi certains actifs refuges tels que l'or n'ont-ils pas récemment performé ?

Certains des actifs refuges traditionnels, notamment l'or, n'ont pas été performants comme ils auraient dû l'être. Cela signifie que la capitulation (vente massive et précipitée à tout prix) se produit avec des ventes forcées pour couvrir les appels de marge. Les investisseurs se sont précipités pour prendre des bénéfices sur l'or après un très fort rebond depuis un an afin de répondre à leur demande de liquidités. La même chose s'était produite en 2008 lors du GFC. Une fois la capitulation faite, nous pensons que l'or va à nouveau monter. De plus, les banques centrales ont continué d'accumuler du métal jaune, ce qui indique un solide soutien à son statut de valeur refuge.