Le défi d'un monde de rendements négatifs
#Articles — 14.12.2020

Performance absolue à faible volatilité : le défi d'un monde de rendements négatifs

THEME 2

Investment Theme 2 | BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

Dans un monde de répression financière persistante, dominé par des rendements nuls sur les liquidités et des rendements négatifs sur de plus en plus d'obligations souveraines, il est toujours très difficile pour les investisseurs de trouver des solutions de rendement positives et peu risquées.

Pour les clients peu disposés à remonter davantage le long de la courbe de risque, nous pensons qu'un moyen intéressant de diversifier les liquidités non rémunératrices consiste à investir dans des investissements alternatifs à faible volatilité et rémunérateurs.

NOS RECOMMANDATIONS

Voici quelques solutions d'investissement à faible volatilité et à rendement positif :

1.Fonds UCITS alternatifs privilégiant les stratégies Global Macro, Long/Short Equity, Event-Driven et Relative Value.

2.Fonds d'obligations à rendement absolu.

3.Produits structurés.

 

Les confinements successifs ont conduit à une épargne par défaut.

La restriction des dépenses des ménages dans les biens de consommation non essentiels, les voyages, et les divertissements en dehors de la maison, ont induit une explosion de l’épargne des ménages dans le monde. Les foyers allemands détenaient déjà plus de 40% du total de leurs actifs financiers en dépôts en espèces avant les confinements de 2020. Au moment où nous écrivons ces lignes, la valeur de la dette à rendement négatif dans le monde a atteint un niveau record de plus de 17 mille milliards de dollar (voir graphique), selon les indices obligataires Bloomberg Barclays, Ce chiffre a fortement augmenté au cours des derniers mois. Les investisseurs sont donc confrontés aujourd'hui à un problème plus urgent : savoir redéployer les liquidités pour générer un rendement positif, tout en maintenant un profil de risque faible.

Dans la mesure où les investissements traditionnels en liquidités et en obligations n'offrent plus aucun rendement aux investisseurs, nous recherchons des sources alternatives de rendements moins risquées à moyen terme :

    1.les stratégies OPCVM alternatives, qui peuvent être classées en quatre groupes principaux : i) Long/Short Equity ; ii) Relative Value, iii) Event-Driven, et iv) Global Macro. Un certain nombre de fonds OPCVM alternatifs sont gérés avec un niveau de risque conforme à celui des fonds obligataires et présentent souvent une faible corrélation avec les tendances générales du marché. Nous identifions des opportunités dans ces quatre stratégies :

  • Long/Short Equity : le contexte actuel d'innovations disruptrices et de changements structurels, amplifié par la crise du Covid-19 (le télétravail, le commerce électronique, la dématérialisation, la démondialisation) suggère un environnement Schumpetérien de « destruction créatrice » et donc un monde de gagnants et de perdants polarisés. Être « long » ou « short » sur un investissement contribue à limiter la sensibilité du portefeuille à une baisse générale des marchés actions, ou à une hausse des taux d'intérêt, limitant ainsi les risques.
  • Valeur relative : les gérants se concentrent sur les anomalies de valorisation des actifs, les anomalies de spreads (écarts de rendement) ainsi que sur une réversion moyenne des cours. La crise finira par créer clairement des gagnants et des perdants, même si la plupart des entreprises ont été en mesure d'émettre des obligations pour répondre aux besoins de financement à court terme. L'arbitrage d'obligations convertibles est dans une phase idéale, avec des émissions record après la crise et une forte volatilité des actions.
  • Event-Driven : ces stratégies prennent des positions couvertes sur des objectifs de Fusion & Acquisition pour bénéficier de la différence entre les prix de marché et de l'offre. 

Les perturbations, les réformes fiscales américaines et les thèmes de consolidation sectorielle offrent de nombreuses opportunités. L’activité sur le marché des capitaux (introductions en bourse, émissions secondaires, etc.) offre également des opportunités rémunératrices à ces gérants. La dette « distressed » est un autre domaine intéressant pour les fonds Event-Driven à l'heure actuelle.

  • Global Macro : les gérants bénéficient des fluctuations importantes des cours et de la volatilité des grands marchés macroéconomiques, y compris les devises, les taux d'intérêt, les indices d'actions et les matières premières. Ils peuvent protéger un portefeuille en cas de grave récession économique.

    2. Fonds obligataires à rendement absolu

Ces fonds ont recours à une stratégie flexible en investissant principalement dans des produits de taux à court terme, ou en gérant activement la duration (sensibilité à l'évolution des taux d'intérêt). Ces fonds peuvent améliorer la performance en s'exposant à la volatilité d'autres classes d'actifs, telles que les actions.

   3. Les produits structurés sont conçus pour utiliser des instruments sophistiqués (futures, options ou credit default swaps) auxquels les investisseurs individuels ont généralement un accès limité. Ces instruments permettent d'optimiser le rendement ou de limiter les pertes tout en réduisant la sensibilité à la hausse des taux ou à la baisse du cours de l'action. Nous recommandons d'investir dans des produits défensifs à court terme (généralement entre 1 et 3 ans). Autrement dit, il est préférable de se concentrer sur des produits d'investissement offrant au moins une certaine protection du capital investi. Les actifs sous-jacents peuvent inclure du pétrole, de l'or, des indices boursiers ou des taux d'intérêt. 

PRINCIPAUX RISQUES

Les risques de cette thématique sont principalement liés aux coûts d'opportunité dans l’hypothèse où le mouvement haussier des actifs risqués se poursuit.

Les risques inhérents aux solutions d'investissement proposées peuvent également être dus à une hausse soudaine des taux d'intérêt, au défaut d'un émetteur, à une liquidité réduite en cas de tensions sur les marchés, et aux fluctuations des taux de change. Il faut chercher à limiter ces risques en investissant dans des fonds d'OPCVM alternatifs, des fonds d'obligations à rendement absolu et des produits structurés.