Dénicher des pépites
#Articles — 01.12.2021

Dénicher des pépites

THÈME 4

Investment Theme 2 | BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

Les sociétés à petite capitalisation sont des sociétés dont la capitalisation boursière ne dépasse pas 5 milliards de dollars ou d’euros, voire moins dans certaines classifications d'indices.

Les études montrent qu’elles affichent une surperformance à long terme, notamment en période de forte reprise économique comme celle que nous traversons actuellement.

Les petites entreprises sont agiles et opèrent sur des marchés de niche où la concurrence est moins féroce.

Les grandes entreprises recherchent souvent, dans un marché haussier qui arrive à maturité, de nouvelles opportunités de croissance externe, y compris l'acquisition avec une prime de petites entreprises.

Un contexte idéal pour les petites capitalisations

Nous estimons que les portefeuilles d'actions bien diversifiés devraient inclure une exposition aux petites et moyennes capitalisations. Les études montrent que les petites capitalisations ont tendance à surperformer les grandes capitalisations sur le long terme.

Cela s’explique en partie par la nature même de l'entreprise. Les petites entreprises sont généralement moins complexes, souvent plus innovantes, et capables de s'adapter aux changements de manière flexible. Beaucoup d’entre elles dominent leur secteur, ce qui leur confère un avantage concurrentiel et un pouvoir tarifaire.

La surperformance à long terme des petites capitalisations est également liée à la structure des marchés de capitaux. Les sociétés à faible capitalisation boursière sont peu couvertes par les analystes financiers, voire pas du tout. De plus elles ne peuvent généralement pas être incluses dans la grande majorité des fonds indiciels/ETFs en raison de la faible disponibilité de leur flottant  et de leur liquidité. 

Récolter la prime d'illiquidité : les gérants actifs ont donc de bonnes chances de dénicher des pépites pour leurs portefeuilles dans cette catégorie de capitalisation boursière. Les liquidités restreintes des petites et moyennes capitalisations permettent également aux investisseurs patients suivant la stratégie « buy and hold » de bénéficier d'une prime de liquidité, comme le soulignent Ibbotson et Chen (2007) dans leur article « La liquidité comme style d'investissement ».

Pourquoi investir maintenant ?

Les petites et moyennes capitalisations sont très sensibles à la croissance économique. La reprise économique devrait se poursuivre en 2022 et l’impact négatif des perturbations de la chaîne d'approvisionnement devrait s'estomper. L’environnement est donc favorable aux petites entreprises aux États-Unis, et plus encore en Europe, la reprise étant, en comparaison, plus lente sur cette région. Ce segment d’entreprises est plus fortement exposé aux secteurs cycliques : les secteurs de l'industrie, de la finance, de la consommation discrétionnaire, des matériaux et de l'énergie représentent plus de 55 % de l'indice MSCI World Small Cap, contre seulement 43 % de l'indice MSCI World.

Deux tendances de plus long-terme devraient soutenir les plus petites entreprises. La transition vers une économie à faible teneur en carbone et l'accélération de la numérisation nécessitent des investissements considérables. Les sociétés du secteur de l’industrie et des ressources de base, ainsi que les sociétés technologiques très innovantes, devraient bénéficier de cette tendance. La reconstruction des chaînes d'approvisionnement et la délocalisation à proximité de la production (« nearshoring ») devraient débloquer des investissements conséquents dans les années à venir. Enfin, nous nous attendons à une intensification des activités de fusions-acquisitions. Les grandes entreprises ont tendance à acquérir des petites sociétés afin d'accéder à leur technologie et à leurs innovations. Cela leur permet de payer une prime sur le cours actuel de l'action de la société ciblée, prime qui est captée par l'investisseur en petites capitalisations.

Régions à privilégier et idées d'investissement

  • Régions privilégiées : États-Unis, Europe et pays nordiques
  • Risques : ralentissement de la croissance économique, nouvelles perturbations de la chaîne d'approvisionnement, resserrement des banques centrales

Comment investir ?

  • Obligations : fonds de dette privée pour une exposition à la dette d'entreprise à haut rendement non notée de sociétés généralement plus petites
  • Autres participations non publiques : fonds de croissance de capital-investissement, fonds LBO de capital-investissement
  • Actions : exposition aux petites/moyennes capitalisations américaines / européennes / britanniques / asiatiques par l’intermédiaire de fonds et d’ETFs

Sur quelles régions se concentrer ?

Comme mentionné ci-dessus, les petites et moyennes capitalisations américaines se négocient à des niveaux de valorisation attrayants par rapport aux grandes capitalisations. Nous prévoyons une poursuite de la reprise économique aux États-Unis et les petites capitalisations américaines devraient donc offrir une belle exposition (beta elevé) à cette reprise.

En Europe, les petites capitalisations sont plus chères que les moyennes et grandes capitalisations. En revanche, la dynamique cyclique devrait être plus favorable aux petites capitalisations, la reprise étant moins mature sur le Vieux Continent. La faiblesse du dollar pourrait être un facteur de soutien supplémentaire. Enfin, il ne faut pas oublier les investissements supplémentaires importants qui devraient résulter de toute modification de la politique budgétaire.

Nous apprécions les petites capitalisations des pays nordiques car elles sont la « locomotive » européenne de l'innovation numérique. La transformation numérique est bien avancée et les dépenses d'investissement augmentent sur une plus grande échelle, elles offrent une bonne exposition à ces deux thèmes.

Quels sont les risques et comment investir ?

Quels sont les risques ?

Les petites capitalisations pâtiront inévitablement d’une éventuelle poursuite des perturbations de la chaîne d'approvisionnement ou d’un durcissement excessif de la politique monétaire des banques centrales. En raison de leur faible liquidité et de leur forte sensibilité à la croissance par rapport aux grandes capitalisations, les retraits sont généralement plus importants sur leur segment.

Comment investir ?

Comme indiqué, l'univers des petites et des moyennes capitalisations est peu suivi. Les gérants de fonds actifs peuvent donc générer une surperformance s'ils effectuent correctement leur travail de recherche.

Les entreprises non cotées offrent des opportunités intéressantes. Le capital-investissement (Private Equity) permet aux investisseurs d’accéder à des sociétés de croissance non cotées, à un stade précoce de leur développement, qu'il s'agisse de startups ou de sociétés qui choisissent de ne pas être cotées en bourse, mais qui disposent d’un portefeuille de produits solides.

Dans le contexte actuel, la dette privée ne doit pas être oubliée. Les petites entreprises évitent les coûts liés aux notations de crédit et à l’émission d’obligations. Une autre solution consiste à faire appel au marché de la dette privée pour le financement. Nous pensons que ce marché offre des primes attrayantes sous la forme d'emprunteurs de petite taille non notés affichant des bilans sains et des flux de trésorerie solides.