Elections allemandes – Prochaines étapes
#Articles — 27.09.2021

ELECTIONS ALLEMANDES – PROCHAINES ETAPES

Investment Theme 2 | BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

Résumé

  • ·Les élections ont abouti à une victoire étroite des sociaux-démocrates (SPD), tandis que les démocrates-chrétiens (CDU/CSU) ont subi leur pire résultat dans l'histoire de la République fédérale.
  • L'extrême gauche (Die Linke) et l'extrême droite (AfD) ont perdu du terrain, les électeurs se rapprochant du centre.
  • Ce résultat réduit les options réalistes de coalition à deux possibilités : Une coalition « traffic light » dirigée par le SPD avec les Verts et les libéraux (FDP), et une coalition de la CDU/CSU, des Verts et des libéraux (« Jamaïque »).
  • Peu importe la coalition, elle devrait permettre une politique budgétaire allemande plus favorable à la croissance.
  • La coalition avec la gauche, les verts et le SPD n'est plus possible. Cela a soutenu la réaction positive des marchés financiers compte tenu des opinions plus extrêmes du parti de gauche.
  • Le consensus général sur la nécessité d'investissements publics (infrastructures et dépenses vertes) suggère une augmentation de l'offre obligataire l'année prochaine et une hausse des rendements obligataires allemands. Les futures politiques budgétaires expansionnistes dans la zone euro soutiennent notre opinion favorable pour les actions européennes.

Les résultats des élections

Hier soir, nous avons vu une victoire étroite des sociaux-démocrates du SPD (25,7 %), suivie des démocrates-chrétiens du CDU/CSU (24,1 %). Les Verts (14,8 %) ont conservé leur avance par rapport au FDP (11,5 %). Pour le SPD et les Verts, il s'agit d'une progression importante par rapport aux dernières élections de 2017 (voir graphique). Pour les démocrates-chrétiens, c'est le pire résultat de l'histoire de la République fédérale et une chute brutale par rapport à 2017. Il est également intéressant de voir que l'extrême-gauche (Die Linke) et l'extrême-droite (AfD) ont perdu du terrain.

Coalitions possibles

La coalition entre la gauche, les verts et le SPD n’est plus possible. Les marchés financiers ont considéré cela comme une bonne nouvelle, la gauche défendant des mesures jugées extrêmes (liées à l’OTAN et à l’UE, la fiscalité et le logement). Cette potentielle alliance qui ne verra pas le jour aurait été un outil de négociation clé pour le SPD et les Verts afin de convaincre les libéraux de participer à une coalition dirigée par le SPD (coalition « traffic light »).

Les deux coalitions les plus probables sont le « traffic light » (SPD-Verts et FDP) et une coalition CDU/CSU-Verts et SPD (« Jamaïque »). D'autres coalitions impliquant à la fois le CDU/CSU et le SPD ainsi qu’un autre parti sont possibles, mais semblent beaucoup moins probables (voir graphique).

La constitution d'une coalition sera complexe et prendra un certain temps. Le nouveau gouvernement devrait être en place avant Noël. La France assumera la présidence tournante du Conseil de l'UE le 1er janvier 2022 et il sera ainsi nécessaire que l’Allemagne dispose d’un gouvernement stable à ce moment-là. Angela Merkel restera probablement chancelière jusqu'à ce que le nouveau gouvernement soit en place. Selon nous, de nouvelles élections sont peu probables.

Impact sur les perspectives de marchés

Dans les deux possibles coalitions évoquées, nous pensons que la politique budgétaire allemande sera plus accommodante et plus favorable à la croissance notamment à travers des investissements verts (décarbonisation) et l’investissement dans des infrastructures physiques et numériques. Un scénario de gouvernement dirigé par le SPD serait un peu plus favorable à des politiques budgétaires expansionnistes et à des règles budgétaires moins restrictives dans la zone euro.

Le large consensus sur la nécessité d'investissements publics et de dépenses vertes, ainsi que sur la possibilité de réductions d'impôts, laisse entrevoir une offre obligataire élevée l'année prochaine et une hausse des rendements obligataires allemands.  

Nous restons convaincus que les actions de la zone euro devraient surperformer les actions américaines pour l’année à venir. Une formation plus précoce d'un gouvernement en Allemagne renforcerait ce point de vue.