Elections britanniques : majorité absolue pour Boris Johnson
#Articles — 13.12.2019

Elections britanniques : majorité absolue pour Boris Johnson

Roger Keller

Elections britanniques : majorité absolue pour Boris Johnson I BNP Paribas Wealth Management

Le résultat de l’élection générale donne une large majorité conservatrice au Parlement. Boris Johnson a obtenu selon des estimations de la BBC 362 sièges sur un total de 650. L’ampleur de la défaite des travaillistes pousse Jeremy Corbyn à annoncer qu’il ne se présentera pas aux prochaines élections. Le Parti Nationaliste écossais gagne suffisamment de terrain pour envisager de lancer un nouveau referendum sur l’indépendance de l’Ecosse.

Le gouvernement conservateur va maintenant pouvoir s’atteler à la tâche de faire ratifier la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne d’ici au 31 janvier 2020. S’ouvrira ensuite une période de transition dont l’objectif est de définir les relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Il est très probable que cette période de transition soit prolongée d’au moins un an.

La livre sterling a bondi de plus de 2% contre le dollar pour se retrouver légèrement sous le niveau de 1,35. Contre euro, la parité avoisine le niveau de 0,83. Le cours devrait maintenant se stabiliser et nous anticipons de réviser à la hausse nos objectifs de cours pour les 12 prochains mois.

Les actions britanniques recèlent encore un potentiel de progression du fait d’un escompte significatif. Les valeurs domestiques sont à privilégier mais les grandes valeurs sont également intéressantes.

 

 

Le peuple a tranché en faveur d’une sortie de l’Union européenne d’ici la fin janvier

Le mandat est clair. Avec une large majorité à l’issue de l’élection générale d’hier, Boris Johnson a obtenu le feu vert pour demander au Parlement la ratification de l’accord de sortie de l’Union européenne avant la fin de janvier 2020. S’ouvrira ensuite une période de transition dont l’objectif est de définir les relations futures entre l’Union européenne et le Royaume-Uni. Il est très probable que cette période de transition soit prolongée d’au moins un an.

Vers une reprise graduelle de l’activité économique dès le second trimestre 2020

La confiance des consommateurs est au plus bas depuis 2010 et celle des entrepreneurs est retournée vers ses plus bas de l’année. Une amélioration très graduelle du climat des affaires se profile. La reprise devrait être aidée par un stimulus fiscal et un maintien par la Banque d’Angleterre des taux d’intérêt à un niveau inchangé.

La livre sterling reflète maintenant pleinement l’anticipation d’une ratification de l’accord de divorce avec l’Union européenne

En anticipation d’une victoire de Boris Johnson, la livre sterling avait progressé depuis début octobre de 1,22 à quasiment 1,32 contre le dollar et s’est appréciée de 0,90 à moins de 0,85 dans le même laps de temps contre l’euro. A l’issue de l’élection, la devise britannique a bondi de plus de 2% contre le dollar pour se retrouver légèrement sous le niveau de 1,35. Contre euro, la parité avoisine le niveau de 0,83. Le cours devrait maintenant se stabiliser avec une position longue des investisseurs proche de ses plus hauts des 5 dernières années. Nous anticipons de réviser nos objectifs de cours à la hausse pour les 12 prochains mois.

Potentiel de revalorisation des actions britanniques

L’éloignement du risque d’un Brexit sans accord a alimenté une remontée des cours boursiers depuis 2 mois, surtout des valeurs domestiques qui sont beaucoup moins affectées par la remontée de la livre. Il reste encore un bon potentiel de revalorisation pour les actions britanniques qui, avec un poids avoisinant les 5% du marché mondial des actions en sont la troisième plus grosse capitalisation. Les valeurs domestiques restent celles à privilégier, ayant été les plus exposées aux incertitudes du Brexit et par conséquent les mieux placées pour bénéficier de la reprise économique. L’indice des grandes valeurs, le FTSE100, recèle néanmoins aussi un bon potentiel de revalorisation, grâce à un redressement attendu de la conjoncture mondiale en 2020. La livre sterling ne devrait plus constituer une contrainte maintenant qu’elle a bien progressé et qu’elle devrait se stabiliser.

 

Roger Keller

Chief Investment Advisor
BNP Paribas Wealth Management