Dans l’espoir des stimuli budgétaires américains
#Articles — 13.10.2020

Dans l'espoir des stimulis budgétaires américains

Xavier Timmermans Senior Investment Strategist, PRB

Wall Street a enregistré sa plus forte hausse hebdomadaire depuis juillet dans l’espoir d’une adoption rapide de stimuli budgétaires.

Investment theme 7 | BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

Sur la semaine, le S&P 500 a progressé de 3,8% et le Stoxx Europe 600 de 2,1%.

 

Les négociations ont repris

Le tweet du président Trump annonçant la rupture des négociations sur les mesures de relance semble bien oublié. Les discussions entre Démocrates et Républicains sont reparties et portent même sur un montant plus important que le montant maximum que Donald Trump avait fixé précédemment.

 

Une victoire des Démocrates ne semble pas effrayer les actions

A trois semaines des élections présidentielles, tout peut encore changer et les sondages peuvent se tromper lourdement. Mais il est intéressant d’observer que, lorsque l’avance du candidat démocrate Joe Biden s’est sensiblement accentuée après le premier débat télévisé entre les deux rivaux, la réaction des actions américaines a été globalement positive.

 

La perspective d’une victoire nette réduit l’incertitude d’un scénario de contestation des résultats et de longues procédures juridiques. En outre, elle permettrait l’adoption rapide de stimuli budgétaires supplémentaires ce qui compenserait les effets négatifs de la hausse du taux de l’impôt des sociétés de 21% à 28%. Des relations moins conflictuelles avec la Chine seraient également un plus pour les marchés.  

 

Il en va différemment pour les obligations

Pour les obligations par contre, un raz de marée démocrate serait beaucoup moins favorable du fait de l’augmentation des déficits et de la dette publique. Les rendements à 10 ans des obligations du Trésor américains sont ainsi remontés à 0,77% et le dollar s’est affaibli. Cette accentuation de la pente de la courbe des taux américaine est favorable aux valeurs financières.

 

L’or reprend vigueur

Après avoir atteint un plus haut au cours de la journée du 7 août à 2075 USD, le prix de l’once d’or a corrigé jusque 1850 USD. Depuis quelques jours, l’or s’est redressé au-dessus de 1925 USD.

 

La faiblesse du dollar et les commentaires répétés du président de la Fed disant que cette dernière pourrait tolérer un certain temps une inflation supérieure à 2% renforcent l’attrait pour le métal précieux.

 

Au menu cette semaine

Vendredi, nous saurons si les ventes au détail aux États-Unis continuent de croître. Après avoir plongé durant les premiers mois de l’année alors que le coronavirus se propageait dans le pays, elles ont atteint un niveau record en juin.  Ces chiffres devraient permettre d’estimer la résilience des consommateurs américains. C’est important car leurs dépenses comptent pour 2/3 de l’activité économique.  La résurgence du coronavirus et la fin en juillet de l’allocation de chômage additionnelle de 600 USD pourraient peser négativement.

 

Toute l’attention restera sur les mesures de support gouvernementales américaines. Les espoirs du marché sont grands comme en témoignent la hausse des actions des petites et moyennes entreprises et celles de secteurs moins à la mode comme ceux des matériaux et de l’industrie. Le fait qu’un plus grand nombre de valeurs participent à la hausse est encourageant.      

 

La semaine écoulée a montré des progrès dans la bonne direction mais toutes les incertitudes n’ont pas disparu : pourra-t-on gérer la seconde vague du coronavirus sans trop de dégâts économiques ? Quid de l’après-Brexit ?