Le virus de la volatilité