La transition énergétique et le « Green Deal »
#Articles — 14.12.2020

La transition énergétique et le « Green Deal » : opportunités à long terme

THEME 9

Investment Theme 2 | BNP PARIBAS WEALTH MANAGEMENT

On est de plus en plus conscient que l’humanité et l'économie mondiale sont toutes deux étroitement liées à l'écosystème, aux émissions de CO2 et aux sources d'énergie.

La transition énergétique consiste à passer d'une production centralisée et basée sur les combustibles fossiles, qui n'avait pas à payer les externalités négatives, à un modèle énergétique propre/renouvelable et décentralisé.

Nous observons une forte demande de produits et de services dans ce domaine, tirée par les innovations, les politiques gouvernementales, les objectifs en matière de CO2 et l'évolution des préférences des consommateurs et des investisseurs en faveur de la durabilité. 

NOS RECOMMANDATIONS

Nous nous concentrons sur deux sous-thèmes :

  • Innovation technologique et équipements dans les domaines de l'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydroélectricité et piles à combustible (hydrogène).
  • Le stockage de l'énergie, les fabricants d'équipements électriques et de réseaux, les batteries et les produits chimiques/matériaux connexes.

Nous concentrerons notre attention sur les actions d'entreprises qui sont des acteurs clés dans ces domaines en utilisant également des fonds gérés par des activités ou des ETF thématiques.

 

Nous nous attendons à ce que la transition énergétique fasse une avancée majeure au cours des prochaines années.

Par « transition énergétique », nous entendons des changements structurels de la production traditionnelle centralisée et basée sur les énergies fossiles qui n'avaient pas à payer pour les externalités négatives, vers une énergie propre/renouvelable et un modèle décentralisé où l’in-novation technologique et la tarification des externalités seront les principaux moteurs. La rapidité de la transition sera portée par i) les innovations technologiques réduisant les coûts de production et de stockage des énergies renouvelables ; ii) les politiques gouvernementales (taxe carbone, subventions pour les énergies propres et investissements en infrastructures) et iii) l'évolution des préférences des consommateurs et des investisseurs (pour les investissements ESG/ISR).

Les gouvernements et leurs programmes de dépenses qui mettent l'accent sur la transition énergétique et la réduction des émissions de CO2 sont les principaux facteurs de changement des derniers temps : I) L'Europe continue d'être un leader avec le « Green Deal » et le Fonds de résilience et de relance associé ; ii) la Chine est également très ambitieuse avec des objectifs dans le « plan triennal » 2018 qui visent à accélérer le déploiement de systèmes de transport durables. Nous nous attendons à ce que d'autres mesures soient annoncées en mars, lorsque le Parti communiste chinois détaillera son 14e plan à 5 ans pour la Chine. Enfin, l'élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis ouvre la voie à des investissements en infrastructures aux États-Unis liés aux réseaux électriques, aux véhicules électriques, au stockage de batteries et à l'hydrogène renouvelable.

 

Nous nous concentrons en particulier sur deux domaines :

 

1. l’innovation et les équipements dans les domaines de l'énergie solaire, éolienne, géothermique, hydro-électricité et piles à combustible (hydrogène)

Nous ne nous attendons pas à ce qu'une seule source d'énergie renouvelable soit le leader de toutes les sources de demande, pour les raisons suivantes. Premièrement, il existe de multiples sources d'énergies renouvelables, et le rapport coût/efficacité de la production de ces énergies peut être tout à fait différent d'un pays à l'autre. Ensuite, des études récentes concluent que les voitures électriques vont probablement d'abord s'appuyer sur les technologies des batteries tandis que la nouvelle génération d'autobus et de camions est plus susceptible d'utiliser des technologies liées aux piles à combustible (hydrogène). Il est donc important pour les investisseurs d'utiliser une approche diversifiée lorsqu'ils investissent dans ce thème.

 

2. Les fabricants d'équipements de stockage, d'électricité et de réseau, y compris de batteries et de produits chimiques et matériaux connexes

L'Agence internationale de l'énergie prévoit que jusqu'à 80% de la croissance mondiale de la production d'électricité pourrait provenir de sources d'énergie renouvelables d'ici la fin de la décennie. Mais il ne s'agit pas seulement de piles plus rentables et plus respectueuses de l'environnement. Il s'agit également du stockage de l'énergie thermique, du stockage de la gravité, de l'air liquide et de l'hydrogène. Les batteries au lithium ionique jouissent d'une très grande part de marché. Il existe toutefois de nouveaux domaines d'innovation tels que les batteries à débit vanadium redox, les batteries métalliques liquides et les batteries à bas prix qui utilisent des matières premières moins chères. L'accent est mis sur la durée de vie, le stockage, la tarification rapide, la disponibilité des matières premières et les batteries respectueuses de l'environnement. Le recyclage de l'énergie dans des industries telles que l'acier est également un sujet brûlant.

De nombreuses technologies vont probablement coexister et il est essentiel de diversifier ses investissements liés au stockage de l'électricité. 

 

PRINCIPAUX RISQUES

Les solutions d'investissement liées à cette thématique sont principalement liées aux actions. En dépit de la pertinence de cette thématique et de son potentiel de rendement attractif, les solutions d'investissement resteront soumises aux mouvements des marchés actions mondiaux.

Un facteur qui devrait limiter le risque par rapport aux marchés actions mondiaux est que les entreprises liées à ce thème devraient souvent bénéficier d'une notation élevée pour les critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). Certaines études suggèrent une moindre volatilité des rendements pour de telles stratégies. Une récession mondiale pourrait sérieusement limiter la capacité des gouvernements à soutenir les transitions nécessaires. Une forte baisse des prix du pétrole et du gaz naturel pourrait ralentir la transition énergétique.