BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Philanthropie — 06.09.2017

Un Groupe Orienté Résultats

Nathalie Sauvanet

Pour les nouvelles générations, la mesure est un élément clé de l’investissement à impact et de la philanthropie.

Mme Amisse-de Goÿs (co-fondatrice et directrice mondiale, Nexus) explique : « J’y accorde une très grande importance. Si vous voulez être efficace, vous devez observer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. » Par exemple, les principales mesures prises en compte par M. Zniber (Fondateur d’Impact Lab) pour son projet d'élevage d’escargots au Maroc incluent le nombre de femmes impliquées, l'augmentation de leurs salaires et autres avantages indirects. Il constate ainsi que la « ferme a désormais gagné suffisamment d'argent pour acheter deux machines à laver. Ces machines à laver ne leur créent pas d’emploi, mais leur permettent au moins d’avoir du temps libre pour faire autre chose. »

Un certain nombre de nouveaux outils apparaissent au profit des fondations philanthropiques. Ces derniers facilitent le suivi continu des performances du projet et le retour sur investissement social global (ROI). Parmi ces outils, on trouve IRIS, un catalogue en ligne d'indicateurs clés de performance (ICP) compilé par Global Impact Investing Network pour des projets sociaux tels qu'un établissement de soins de santé, une école, une centrale à énergie propre, une communauté de logements à prix abordables, etc. La boîte à outils des obligations à impact social présente une gamme d'outils permettant aux philanthropes de comprendre et d’évaluer les obligations à impact social rapidement et de manière rentable. Dans les cas où ces outils ne fournissent pas les mesures nécessaires, des fondations telles que la Fondation Jacobs en Suisse développent leur propre système de suivi des ICP. « Nous n'utilisons pas d'outils à impact social traditionnels, nous avons développé notre propre système », précise Mme Jacobs (présidente, membre du conseil d'administration de la Fondation Jacobs). « Nous nous sommes fixé sept objectifs stratégiques - avec 3 à 5 indicateurs clés de performance pour chaque objectif - à atteindre d'ici 2020 ».

D'autres fondations développent des applications mobiles pour permettre la surveillance à distance des ICP, comme le nombre de repas servis ou le nombre d’heures d’enseignement. Une partie du succès des sites Web tels que Kiva est qu'ils permettent aux donateurs de voir les résultats de leurs dons. Ce désir d'assurer l'efficacité du don est symbolique d'une génération qui n'est pas prête à rédiger un chèque sans savoir comment ces fonds feront la différence.

« La question est de savoir si les organisations à but non lucratif peuvent fournir davantage de données quantitatives pour montrer comment elles utilisent les sommes données », déclare Mme Gerrol (co-fondatrice et directrice mondiale, Nexus). « Si les organisations à but non lucratif parviennent à relever le défi de préciser leurs chiffres, cela incitera plus de gens à donner ».

Or, évaluer l'impact social et environnemental demeure difficile, selon Mme Cordes (vice-présidente de la Cordes Foundation). « Tout dépend de ce que vous cherchez à accomplir - il n'y a pas d’approche générale. On parle beaucoup des effets mesurables, mais il est difficile de mesurer l'impact social. Nous nous demandons toujours si un bénéficiaire est sur la voie d’une amélioration durable, et nous le vérifions, car c’est l’axe sur lequel nous travaillons. »

Il peut être souhaitable de faire preuve de prudence quant à l'utilisation de mesures d'impact dans la philanthropie. M. Aarnio-Wihuri (membre du conseil d’administration de la Jenny and Antti Wihuri Foundation), dont la fondation familiale soutient également la recherche médicale, nous fait part de son expérience : « Il y a huit ans, lorsque j'ai rejoint la fondation, je souhaitais identifier les investissements qui généraient les meilleurs résultats. Aujourd’hui, quelques années plus tard, j'ai changé d’avis. Peu importe si le projet a un impact immédiat ou spécifique parce que même si nous finançons des recherches infructueuses, ces recherches peuvent aider d'autres chercheurs à se lancer dans un projet, qui lui, peut s’avérer extraordinaire. Mais si les chercheurs ne reçoivent pas un premier financement, ils ne progresseront jamais. »

 

Plus au sujet de l’impact investing

 

Retrouvez le rapport sur la Philanthropie Individuelle 2017 de BNP Paribas Wealth Management, mené par The Economist Intelligence Unit, et qui décrypte les motivations de la génération Y.