BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Entrepreneurs — 27.02.2019

Bâtir une entreprise et un patrimoine à transmettre

La préparation de la succession est une préoccupation majeure, même chez les Entrepreneurs Élite qui viennent de démarrer. Mais à mesure que les entreprises mûrissent, les priorités en matière de transmission évoluent radicalement.

Nous vieillissons tous. C’est une réalité universelle, touchant même les Entrepreneurs Élite, nombreux à penser à leur succession, qu’ils soient chefs du nouveau millénaire ou baby-boomers milliardaires.

Toutefois, à mesure que les entreprises mûrissent, les plans de sortie des entrepreneurs changent considérablement. C’est ce que montre l’Étude Entrepreneurs BNP Paribas 2019

Élaborée en collaboration avec Scorpio Partnership, cette étude, qui porte sur 2 763 chefs d’entreprise répartis dans 23 pays, précise les cinq grandes étapes de la vie d’une société – création, croissance, développement, consolidation et transfert –, ainsi que les opportunités et les défis propres à chacune d’entre elles.

Les entrepreneurs dont l’entreprise se trouve en phase de développement ont en moyenne 37 ans, une jeunesse qui se reflète dans leurs attentes concernant l’avenir sur le long terme de leur société. Ils sont plus de 60 % à souhaiter transmettre celle-ci à un membre de leur famille, 29 % à penser que les cadres dirigeants prendront la relève et seulement 9 % à envisager de la vendre à un tiers.

Or, les entrepreneurs dont l’entreprise est en cinquième phase, la phase finale, c’est-à-dire le transfert, ont des projets bien différents. Âgés de 61 ans en moyenne, ces dirigeants aguerris estiment que la vente à un acheteur de l’extérieur est la solution de sortie la plus probable (ils sont 41 % à prévoir une telle issue). Ils ne sont plus que 37 % à croire qu’un membre de leur famille leur succédera et 22 % à considérer que leurs cadres reprendront les commandes.

Pour ceux qui s’apprêtent à partir, les deux préoccupations majeures sont la mise en œuvre d’un plan destiné à garantir leur patrimoine et le choix du bon moment pour vendre.

Ce qui semble clair, c’est que, dans les premières étapes de la vie d’une entreprise, l’idée de transmettre cette dernière à un parent plus jeune plaît beaucoup aux entrepreneurs mais, à mesure qu’ils vieillissent et que leurs sociétés gagnent en maturité, cette perspective apparaît de moins en moins envisageable.

COMMENT PRÉPARER SON SUCCESSEUR ?

Les chefs d’entreprise tiennent beaucoup à ce que leurs successeurs acquièrent une expérience pratique dans la conduite de leurs affaires et s’immergent dans la culture de la société avant de pouvoir prétendre reprendre les rênes de celle-ci.

C’est exactement l’état d’esprit qui animait Cindy Galardi Culpepper, présidente-directrice générale du Groupe Galardi, lorsqu’elle a décidé de préparer son fils, âgé de 29 ans, à prendre la direction de l’entreprise familiale de restauration.

« Il a commencé à travailler à 13 ans dans les cuisines de nos restaurants. Au fil des ans, il a exercé diverses fonctions. Son père l’a fait travailler dans le service marketing un été ; l’été suivant, il a fait un stage auprès d’un courtier en Bourse, pour se familiariser avec les questions financières et d’investissement. Il a été nommé président notamment parce qu’il avait travaillé dans tous les services et qu’il connaissait parfaitement l’entreprise. »


Cindy Galardi Culpepper
 Présidente-directrice générale du Groupe Galardi

Elle a elle-même dû succéder à un être cher, lorsque son mari, John, le fondateur du groupe, est mort en 2013, la laissant aux commandes d’une entreprise réalisant un chiffre d’affaires annuel d’environ 290 millions de dollars US.

« Quand je suis arrivée, j’ai rencontré beaucoup de résistance, et à juste titre. Depuis vingt-sept ans, j’étais la femme du fondateur, mais les gens ne me connaissaient que pour m’avoir rencontrée lors de réceptions et ils ne me faisaient absolument pas confiance. Rétrospectivement, je pense que j’aurais dû venir observer discrètement les choses, puis gagner progressivement cette confiance que j’attendais dès le départ. »


Cindy Galardi Culpepper
 Présidente-directrice générale du Groupe Galardi

La mise en place d’une dynastie familiale continue de séduire de nombreux participants à l’étude de BNP Paribas, qui représentent un patrimoine total cumulé de 16 milliards de dollars US, puisqu’ils sont 51 % à déclarer prévoir de transmettre leur entreprise à un proche. Pourquoi ? Pour préserver la valeur financière de celle-ci et perpétuer ses valeurs fondamentales. Et également parce qu’ils croient aux capacités de la génération suivante.

Pourtant, malgré cette volonté, les chefs d’entreprise appréhendent de céder les rênes, puisqu’ils sont 53 % à déclarer que leur successeur désigné n’est pas encore prêt à prendre la barre, et 13 % à affirmer ne pas avoir encore trouvé la personne adéquate.

LA PRÉPARATION EST ESSENTIELLE

Pour apaiser leurs inquiétudes, il est essentiel de préparer les choses sur le long terme, ce dont peut témoigner Martine Reynaers, directrice générale du groupe multinational belge Reynaers Aluminium.

 

« Je fais partie de la deuxième génération. Mon père est malheureusement mort très jeune et je n’ai pas eu l’occasion de travailler avec lui. Lorsque j’ai intégré l’entreprise, nous avions déjà une équipe de direction extérieure et j’ai bien sûr beaucoup appris à ses côtés. Notre conseil d’administration comprend aujourd’hui encore aussi bien des membres de notre famille que des personnes extérieures. »

Des jeunes de la famille sont d’ores et déjà impliqués dans la structure de gouvernance de la société.

« C’est très agréable de voir à quel point ils sont intéressés par la vie de l’entreprise, ajoute Mme Reynaers. Nous faisons partie d’un réseau d’entreprises familiales, une association très active qui leur permet d’être en contact avec les autres et d’échanger leurs expériences entre membres de la prochaine génération. Ces jeunes de la famille nous incitent à veiller à notre héritage et à préserver l’esprit de l’entreprise pour les générations futures. »


Martine Reynaers
Directrice générale du groupe multinational belge Reynaers Aluminium

 

Téléchargez le rapport complet (en anglais) pour une analyse détaillée, ou l'infographie pour un aperçu rapide.

En savoir plus ∨

 

Suivez-nous sur notre page Facebook dédiée aux Entrepreneurs Elite
et sur Twitter avec #ImpactEntrepreneurs et à @BNPP_Wealth

 

Plus d'éléments-clé sur l'application “Voice of Wealth” disponible sur l'App Store et Google Play Store.