BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 11.02.2019

Bourses Mondiales : Une Vue Neutre à Court Terme

Roger Keller

Les bourses atteignent une zone de résistance importante. Une poursuite de la hausse nécessite une amélioration des fondamentaux. Cela prendra un peu de temps, rendant les marchés vulnérables à des accès de faiblesse. Nous adoptons dès lors une opinion neutre à court terme tout en gardant une vue favorable à moyen terme. La hiérarchie de préférences de marchés reste inchangée.

Bourses Mondiales | BNP Paribas Wealth Management

Récupération de la moitié de la baisse enregistrée en 2018

Trois facteurs ont alimenté la remontée des bourses, à nos yeux : la confirmation que le maintien à la tête de la Réserve fédérale américaine de Jerome Powell n’était pas menacé, la perspective de la tenue de discussions commerciales entre les Etats-Unis et la Chine au mois de janvier et de leur poursuite en février et finalement le ton très conciliant de Jerome Powell à l’issue de la dernière réunion de la Fed. Ce ton plus conciliant se retrouve auprès d’autres banques centrales telles que la Banque centrale européenne et la Banque du Japon

Cette remontée des bourses s’est produite sur un fond de poursuite de la détérioration de la conjoncture mondiale et de révisions à la baisse marquées des attentes de croissance des bénéfices. Par exemple, selon FactSet, les estimations de croissance des résultats au premier trimestre 2019 par rapport à la même période de l’année précédente en ce qui concerne le Standard & Poor’s s’élevaient à 6,7% au 30 septembre. Elles n’étaient plus que de 3,3% au 31 décembre et une baisse de 0,8% est dorénavant anticipée. Le premier trimestre représenterait un point bas dans la dynamique bénéficiaire. Sur l’ensemble de l’année le consensus anticipe une progression des bénéfices de 5,3%

Maintenant, les bourses se retrouvent à la croisée des chemins. Elles avaient progressé dans des volumes relativement faibles, signe d’une hausse sans conviction. Elles se heurtent à une résistance majeure, la moyenne mobile à 200 jours, dont la pente est baissière

Nous adoptons une opinion neutre à court terme

Pour poursuivre leur ascension, les bourses ont besoin du soutien des fondamentaux. Ceux-ci – que ce soit les données économiques ou l’orientation des révisions de bénéfices - auront besoin de temps pour se stabiliser et amorcer un changement de direction. C’est ce que laisse entrevoir par exemple le sondage de confiance des PDG aux Etats-Unis, qui est un bon indicateur avancé des indices PMI, indicateurs avancés parmi les plus suivis. Entretemps, l’environnement politique demeure incertain. Dans ce contexte d’absence de moteurs dans le futur proche pour alimenter une poursuite de la hausse et compte tenu de l’ampleur des incertitudes et du potentiel de hausse limité des bourses au cours de 2019, nous adoptons une opinion neutre à court terme

Consolidation ou test du point bas de décembre dernier 

Nous retenons plutôt l’hypothèse d’une consolidation. Divers indicateurs militent dans ce sens, dont l’indice de confiance des investisseurs de State Street. Il se retrouve plus bas qu’au début de 2009, lorsque le marché haussier actuel avait commencé, et plus bas qu’à la fin de 2012, avant une remontée de 15% des bourses dans les 12 mois qui ont suivis

Cette prédisposition à retenir plutôt une consolidation qu’un retour vers le point bas de décembre n’empêche pas d’adopter un message de neutralité à court terme en raison d’une relation risque-potentiel défavorable. Le potentiel pour 2019 avait initialement été estimé comme limité. Il a été amélioré par un commencement d’année en situation de survente prononcée. En ce qui concerne les risques, ils sont clairement élevés. Non seulement la conjoncture est très fragile mais les incertitudes de nature politique en accroissent la fragilité. Une levée de ces incertitudes peut éventuellement se transformer en risque positif pour les bourses. Nous resterons vigilants sur cette possibilité

Le passage du temps devrait permettre de clarifier la situation et de confirmer que les craintes de récession sont prématurées. Ces signes de confirmation devraient survenir vers le milieu de l’année

Une autre raison pour adopter une opinion neutre à court terme est liée à la hausse de la volatilité depuis les points bas qu’elle avait atteints en 2017, entre autres grâce aux effets positifs des programmes d’assouplissement monétaires des banques centrales. Cette hausse de la volatilité est normale en phase mature du cycle économique. C’est un développement classique lorsque le mix croissance-inflation se détériore, autrement dit lorsque la croissance fléchit et l’inflation hors alimentation et énergie se tend (très faiblement dans le cycle actuel). Une hausse de la volatilité et un potentiel de progression des bourses peu élevé en 2019 nécessitent des adaptations d’opinion plus fréquentes

Opinion positive à moyen terme conservée

Notre vue à moyen terme demeure favorable. Notre conviction que les craintes de récession sont prématurées entraîne comme conséquence que les perspectives bénéficiaires demeurent favorables. Les profits devraient croître d’environ 4-5% au cours de l’année en moyenne au niveau mondial. Compte tenu de niveaux de valorisation en ligne avec les normes de long terme, les bourses devraient pouvoir atteindre de nouveaux points hauts dans la deuxième partie de l’année, une fois que la confiance sur le cycle économique sera revenue.

Quel impact sur nos préférences de marchés ?

Notre passage à une opinion neutre à court terme sur les bourses mondiales concerne le directionnel des marchés actions. Il n’a aucun impact sur la hiérarchie des préférences de marchés. Nous restons avec une préférence pour les marchés dits pro-cycliques (émergents, Japon et zone euro) car nous restons constructifs sur la conjoncture globale et l’orientation des résultats des entreprises à moyen terme.

 

Conclusion

Les bourses atteignent une zone de résistance importante. Une poursuite de la hausse nécessite une amélioration des fondamentaux. Cela prendra un peu de temps, rendant les marchés vulnérables à des accès de faiblesse. Nous adoptons dès lors une opinion neutre à court terme tout en gardant une vue favorable à moyen terme, grâce à notre conviction que les bénéfices vont continuer à croître en 2019. Ce potentiel de poursuite de la hausse devrait se concrétiser d’ici le milieu de l’année

 

Sur le même sujet