Perception du risque
#Entrepreneurs — 20.03.2020

Perception du risque

Avec des perceptions de risque contrastées, les Entrepreneurs Elite poursuivent des stratégies d’investissement différentes.

La confiance accordée à l’immobilier par certains Entrepreneurs Elite souligne la différence de perception du risque parmi les chefs d’entreprise les plus aisés du monde, selon la nouvelle « Étude Entrepreneurs » 2020 de BNP Paribas Wealth Management.

perception du risque

Parmi les Entrepreneurs Elite, la perception du risque lié aux investissements diffère grandement selon l’âge et la localisation géographique, d’après l’Étude Entrepreneurs 2020 de BNP Paribas Wealth Management.  

Ce rapport, qui interroge 1 132 chefs d’entreprise de 19 pays, offre une vision détaillée de la manière dont les Entrepreneurs Elite ajustent leur stratégie d’investissement en réponse à une incertitude accrue des marchés.

Ensemble, les personnes interrogées possèdent une fortune cumulée de 18,2 milliards de dollars, et plus de la moitié de ces Entrepreneurs Elite considèrent l’immobilier comme une classe d’actifs relativement peu risquée. Les Boomerpreneurs, entrepreneurs de plus de 55 ans, sont ceux qui se fient le plus à la pierre et consacrent 14 % de leur portefeuille à l’immobilier.

En Asie, la confiance dans les investissements « en béton » est particulièrement forte, les entrepreneurs plaçant 12 % de leur fortune dans l’immobilier et 15 % dans les actions. On trouve un point de vue opposé en Europe, où les entrepreneurs sont quatre fois plus susceptibles que ceux d'Asie de percevoir l’immobilier comme étant très risqué, notamment aux Pays-Bas (39%), au Luxembourg (31%), en Suisse (27%), en Allemagne (26%) et en Italie (26%).

"L’immobilier crée effectivement de la richesse, et il peut être tentant de le considérer comme une classe d'actifs parfaite, offrant à la fois des revenus croissants et une appréciation du capital. Mais les marchés immobiliers suivent toujours des cycles et peuvent subir des chocs négatifs importants"

Garth Bregman

Responsable des solutions d'investissement (Asie-Pacifique)

BNP Paribas Wealth Management

L’IMMOBILIER, UN INVESTISSEMENT JUGÉ PEU RISQUÉ

Dans l’ensemble, 85 % des personnes interrogées sont convaincues que leurs investissements dans l’immobilier ne sont pas « très risqués », même s’il s’agit d’une classe d’actifs illiquides, une estimation qui s’élève à 95 % parmi les entrepreneurs asiatiques.

La croissance économique mondiale de 2019 est la plus basse de la décennie et une autre année difficile est prévue en 2020. Dans ce contexte, un fossé générationnel apparaît clairement dans la perception du risque parmi les Entrepreneurs Elite.

"Les conditions financières pour l'immobilier sont très favorables en ce moment, mais c'est un malentendu de dire qu'il n'y a pas (ou peu) de risques parce que, bien sûr, il y en a. Les gens sous-estiment la nature cyclique de l'immobilier. Pensez à la crise financière mondiale - c'est un cycle très long, et tôt ou tard ce risque reviendra"

Florent Bronès

Responsable de la stratégie d'investissement

BNP Paribas Wealth Management

Non seulement les Boomerpreneurs sont davantage à l’aise avec l’investissement dans l’immobilier, mais ils font également confiance aux revenus fixes : près de 60 % d’entre eux considèrent que les obligations ne sont pas si risquées. Une proportion similaire de Millennipreneurs, définis par le rapport comme des entrepreneurs de moins de 35 ans, affichent la même position envers les obligations.

Cependant, les Boomerpreneurs sont beaucoup moins sûrs de la stabilité de leurs propres entreprises (40 %) que les Millennipreneurs (31 %). Plus généralement, les Boomerpreneurs ont tendance à privilégier plus facilement les investissements traditionnels et restent sceptiques face à des classes d’actifs relativement plus récentes, comme le capital investissement, les investissements de type « angel » et les fonds spéculatifs, contrairement aux Entrepreneurs Elite plus jeunes.

Fait intéressant, ces deux types d’entrepreneurs pensent que les actions comportent un risque plus grand que les investissements de type « angel », bien que ces derniers impliquent d’investir dans des entreprises relativement novices, tandis que la réputation des sociétés cotées est beaucoup plus établie.

INVESTIR DANS SA PROPRE ENTREPRISE

Les Ultrapreneurs se définissent comme des Entrepreneurs Elite possédant des actifs disponibles d’au moins 25 millions de dollars. Ils se distinguent par leur tendance à consacrer une proportion beaucoup plus grande de leur fortune à leur propre entreprise : 27 % contre 19 % en moyenne dans l’étude, un phénomène que la direction de BNP Paribas attribue à une incertitude économique accrue. Les Ultrapreneurs asiatiques semblent ressentir ce contexte de manière plus aiguë ; les entrepreneurs chinois placent ainsi 35 % de leur fortune dans leur propre entreprise.

Les fluctuations actuelles ont également une influence déterminante sur la perception des risques : dans l’ensemble, 43 % des Entrepreneurs Elite sont préoccupés par la volatilité des devises. Ce chiffre monte à plus de 50 % en Chine, à Hong Kong, à Singapour et en Grande-Bretagne.

« Certaines personnes apprécient la certitude. C’est particulièrement vrai pour les entrepreneurs qui ont besoin de liquidités pour gérer des demandes potentielles de la part de leurs entreprises. Tout le reste ajoute à l’incertitude. »

Anton Wong

Responsable Key Client Group (Asie Pacifique)

BNP Paribas Wealth Management