BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 19.06.2018

Marchés actions : rien ne présage la fin de la tendance haussière actuelle du marché

Roger Keller

Les marchés actions sont principalement conditionnés par deux facteurs : Les bénéfices et les valorisations. Les bénéfices devraient être les principaux éléments moteurs. A court terme, la route restera probablement irrégulière.

Le risque d'un été chaud et volatile

La période de publication des résultats étant passée, les investisseurs vont se tourner vers les données macroéconomiques pour trouver des catalyseurs potentiels. Étant donné que les indicateurs économiques confirment que la croissance devrait se modérer et que l'inflation est en hausse, une dynamique positive est peu probable dans les mois à venir. En outre, les tensions à la hausse sur les taux obligataires et une tendance à un moindre assouplissement monétaire représentent des obstacles. Dans le même temps, de nombreuses incertitudes politiques abondent et plusieurs d'entre elles sont grandes (en particulier les tensions commerciales mondiales). Par conséquent, la volatilité devrait se maintenir pendant un certain temps.

Les fondamentaux à moyen terme restent solides

La croissance économique mondiale s'est généralisée. En outre, il n'y a aucun signe d'excès économiques susceptibles de se traduire par une récession. Des indicateurs, par exemple la courbe des taux, confirment qu'il est trop tôt pour s'inquiéter d'une telle éventualité. En vérité, la visibilité est bonne et les consensus des estimations de bénéfices ont été révisées à la hausse (de 1,5 % pour l'indice MSCI AC World au cours des 12 prochains mois). La conséquence est une croissance attendue des bénéfices de 11,9%, ce qui est très appréciable à ce stade du cycle. Cette perspective positive en termes de bénéfices est la principale raison de croire que les marchés seront plus élevés à moyen terme.

Les valorisations devraient rester stables

Les valorisations ne sont pas une contrainte. Ils sont soit conforme aux moyennes à long terme (entre un cours/bénéfices de 15x et un ratio cours/valeur comptable de 2,2), ou avec un rendement du dividende attrayant de 2,4 % et d'une prime de risque importante, même si cette dernière bénéficie d'obligations onéreuses. En raison de la hausse attendue des rendements obligataires, les valorisations n'ont que peu de chances de se développer. En d'autres termes, les perspectives des actions à douze mois sont étroitement alignées aux taux de croissance des revenus, qui met encore en avant l'attractivité des actions.

Un environnement de "bottom fishing"

Nous sommes directionnellement positifs au cours des 6 à 12 prochains mois grâce à la tendance haussière des bénéfices. Dans le même temps, nous nous attendons à ce que les marchés soient agités, une position soutenue par une analyse technique et de convictions. C'est un environnement idéal pour les gérants actifs. La majorité des investisseurs, toutefois, ne croient pas au timing du marché et favorisent l'investissement basé sur les fondamentaux. Ils doivent donc être disposés à s'adapter à une période agitée - tout en gardant un œil attentif sur les probabilités de risque extrême - et de tirer profit de la volatilité pour investir dans des secteurs et des marchés pro cycliques.

Argument ultime

Le marché haussier actuel en est l'un des plus longs de l'histoire. La fin n'est pas encore en vue grâce à la perspective de la poursuite de la hausse des résultats de cette année et de l'année prochaine. Toutefois, le chemin devrait être irrégulier à court terme, les catalyseurs positifs devraient prendre du temps à se matérialiser.