BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Foncier Rural — 01.06.2017

Foncier agricole : quel bilan pour l’année 2016?

Benoît Lechenault

Investir en foncier agricole : des rendements positifs malgré un ralentissement de la hausse du prix du foncier agricole.

Des prix toujours en progression, alors que la rentabilité des exploitations baisse depuis 3 ans

En 2016, un hectare de foncier agricole cote en moyenne 6 035 Euros contre 5 835 Euros en 2015. La hausse du prix des terres continue en 2016 (3,4 % par rapport à 2015), mais elle se poursuit à un rythme moins soutenu que sur les 10 dernières années (5 % par an). Cette tendance est à mettre en perspective avec la baisse des revenus et des prix des produits agricoles. Pour autant, le foncier agricole français demeure moins cher que le foncier agricole européen. À ce titre, le nombre d’années nécessaires pour rembourser un hectare de foncier reste moins important en France que dans d’autres pays européen. En moyenne, il faut par exemple 6 années de valeur ajoutée pour rembourser un hectare de foncier français, contre 20 en Angleterre et au Pays de Galles.

Le prix des terres en zone de grandes cultures, toujours supérieur à celui des zones d’élevages

La hiérarchie des prix entre les différents systèmes de production reste inchangée : le prix consenti en zone de grandes cultures s’établit en moyenne à 7 270 Euros par ha, contre 4 800 Euros par hectare dans les zones de polyculture-élevage. Soit un écart de plus ou moins 17 % par rapport à la moyenne nationale. Les prix progressent légèrement plus dans les zones de grandes cultures (3,6 %), que dans les zones d’élevage (3,2 %). En haut de l’échelle, les meilleures zones céréalières dominent avec un prix du foncier supérieur à 15 000, voire 20 000 Euros par hectare. On peut citer la région Hauts de France qui comprend le Nord Pas de Calais, le Santerre, la Champagne Crayeuse ou le Saint Quentinois… ou certaines régions du Sud de la France, comme la Crau, ou la Vallée de la Durance. En bas de l’échelle, le foncier le moins cher cote entre 2 500 et 3 000 Euros par hectare, comme par exemple, la Mayenne, le Jura ou le Morvan.

 

Des rendements toujours très positifs dans le contexte économique actuel.

Pour un propriétaire bailleur, le foncier loué cote en moyenne 4 950 Euros par hectare, soit 18 % de moins que du foncier libre

de bail. Il progresse de 3,2 % par rapport à 2015, comme pour les terres et les prairies louées. Le fermage moyen en 2016 s’établit à 169 Euros par hectare. Comparé au prix du foncier loué, le rendement locatif brut s’élève en moyenne en 2016 à 3,4 %. En fonction des régions et du type de foncier, ce rendement brut moyen oscille entre 3,1 % pour les terres céréalières et 3,9 % pour les prairies. Malgré un indice des fermages en baisse pour la première fois depuis 6 ans, l’investissement en foncier agricole demeure toujours intéressant dans le contexte économique actuel. Sur 10 ans, les loyers ont progressé en moyenne de 2,4 % et rares sont les départements à avoir un rendement du capital loué inférieur à 2,5 %.

 

Pour une étude approfondie, lisez le Rapport Agrifrance 2017