Crédit de qualité supérieure
#Investissements — 12.05.2020

Crédit de qualité supérieure

un compromis risque-rendement attractif pour les investisseurs à long terme

Investment Grade Credit

Dans la répartition du capital de leur portefeuille, les clients de banque privée ont tendance à adopter une approche prudente avec une vision à long terme de l’accroissement de la richesse. Une telle stratégie d'investissement est généralement construite sur un portefeuille équilibré réparti sur une variété de classes d'actifs, y compris l'immobilier, les actions, le private equity, les taux, les hedge funds et les produits de fixed-income.

Le marché obligataire du crédit est très spécifique en raison de sa taille mais aussi de son grand nombre de marchés secondaires d'émetteurs différents tels que souverains, municipalités, agences, supranationaux, ou entreprises. En 2019, la SIFMA (Securities Industry and Financial Markets Association) a estimé que la capitalisation boursière mondiale à la fin de 2018 était d'environ 74,7 milliards de dollars tandis que le marché obligataire mondial - uniquement pour les obligations cotées, une partie du marché du crédit - était estimé à 102,8 milliards de dollars.

La diversité des opportunités d'investissement dans le crédit et les caractéristiques des différents marchés secondaires rendent également le marché du crédit difficile à aborder. En dehors de la dette souveraine, la plupart des investisseurs non professionnels ont tendance à se concentrer sur le sous-ensemble le plus familier à tous: les obligations d'entreprises, la part cotée de l'endettement des entreprises, censée générer un rendement régulier à long terme avec une prime par rapport au taux sans risque. Et ce marché secondaire peut lui-même être divisé en deux en fonction de la solvabilité et du niveau de risque sous-jacent présenté par ces sociétés et ces instruments: les obligations de première qualité pour les sociétés les plus sûres – « investment grade » - et les obligations à haut rendement pour les plus risquées.

Stock

La crise financière mondiale de 2008 est née fondamentalement d'une crise du crédit. Les taux d'intérêt historiquement bas sur les dettes souveraines ont incité les investisseurs à rechercher des rendements supplémentaires par le biais de produits de crédit structurés complexes, mais également par le biais de crédits à haut rendement.

Les obligations à haut rendement, souvent liées à des acquisitions de fonds d'investissement à effet de levier, peuvent générer de bons rendements de portefeuille lorsque l'économie est en croissance. La promesse du crédit à haut rendement consiste à réduire le risque de l'investissement dans le temps par le désendettement de la société sous-jacente par le remboursement de la dette et l'augmentation des flux de trésorerie.

Cependant, alors que ces produits peuvent offrir de bons rendements en période de croissance économique, les entreprises les plus endettées sont également souvent les plus à risque en cas d'événement négatif spécifique à l'entreprise ou de perturbation du marché.

Si l'on se penche sur l'évolution des prix des marchés obligataires, en période de dislocation du marché, les obligations « investment grade » sont impactées et voient une envolée du rendement effectif (par exemple en 2008, le rendement IG a culminé à environ 9,3 %) mais la volatilité de ces investissements est faible par rapport à la volatilité des obligations à haut rendement, qui a culminé à environ 23,3 % (source : Composé), entraînée par la crainte d'une faillite pour les émetteurs. 

Nous revenons à l'un des fondamentaux de l'investissement : Rechercher le bon équilibre risque/rendement. Alors que les obligations à haut rendement peuvent générer de très bons rendements durant les périodes de forte croissance, les obligations investment grade offrent un rendement plus faible mais se comportent généralement mieux en temps de crise.

Les obligations investment grade ont historiquement constitué un refuge relativement sûr pour les investisseurs qui cherchent à obtenir un rendement régulier à long terme tout en limitant le risque d'émetteur. L'évolution du marché au cours de la période 2008-2020 a également mis en évidence cette dynamique de « fuite vers la qualité » des investisseurs dans les moments difficiles où l'incertitude revient sur le marché et la volatilité augmente. Plutôt que les dépôts en espèces, les obligations investment grade offrent une combinaison de stabilité et de revenus aux investisseurs qui tentent de compenser la volatilité du marché sur le long terme. Le fait que la Banque centrale européenne et la Réserve fédérale aient annoncé leur intention d'acheter des obligations d'entreprises devrait également soutenir cette classe d'actifs.