BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#ISR — 19.06.2019

Le leadership durable : cinq questions à Luc Debruyne

Retour d'expérience sur le « Sustainability Leadership Programme » de BNP Paribas Wealth Management à l’université de Cambridge.

Luc Debruyne

Directeur non Exécutif et Conseiller
Enochian BioSciences

Connect : Twitter Linkedin


Parlez-nous de votre expérience

Je suis actuellement administrateur non dirigeant d'Enochian BioSciences, une entreprise de biotechnologie basée à Los Angeles, qui travaille sur la thérapie par les cellules souches pour soigner les patients atteints du VIH et du cancer. En tant qu’expert du secteur, j’offre des services de conseil à des firmes de private equity et collabore avec des universités sur la gestion de systèmes de bout en bout. Je suis également impliqué dans le domaine de la santé à l’échelle mondiale par le biais du Wellcome Trust et de la Coalition for Epidemic Preparedness Innovations (CEPI).

Quel impact favorable aspirez-vous à avoir par l’intermédiaire de vos activités professionnelles ?

Le concept de durabilité doit être intégré aux pratiques commerciales de base des sociétés et, pour qu’il fasse partie intégrante de l’ADN d’une entreprise, l’équipe de direction doit fortement s’impliquer. Toutefois, mon expérience m’a appris que l’approche ascendante est tout aussi importante que l’approche descendante ; en effet, l’impact ne sera effectif que si la durabilité est pleinement intégrée dans les opérations et devient la mission de chaque collaborateur. En tant qu’administrateur, il m’incombe de poser les bonnes questions sur les caractéristiques actuelles de durabilité de la société (son empreinte carbone, par exemple) et sur la manière dont les investissements planifiés modifieront ces caractéristiques à l’avenir.

Pourquoi souhaitez-vous participer au Sustainable Leadership Programme de BNP Paribas à l’université de Cambridge ?

La durabilité est depuis longtemps un thème important pour toutes les organisations responsables, mais on ne peut nier que l’urgence s’accentue. Avant d’assister au "Sustainability Leadership Programme" de BNP Paribas Wealth Management à Cambridge, mon objectif personnel était de passer de la constatation de faits sur un enjeu particulier à des solutions durables et responsables permettant à l’entreprise d’innover et de se développer. L’une des choses que j’ai apprises au cours de ce programme est que l’utilisation de la durabilité comme outil de développement d’une entreprise permet de dégager une grande énergie au sein de l’organisation et de mieux intégrer cette approche dans les activités.

Il faut en savoir suffisamment pour pouvoir diriger le changement et y contribuer, c’est ce qui a motivé ma participation à ce programme. Son contenu était très complet et offrait un large réseau de participants.

Avez-vous fait des découvertes pendant cette formation ?

Je pense que tous les participants sont repartis avec un sentiment d’urgence. Pendant le programme, j’ai parlé à mes enfants de ce que nous apprenions et ils m’ont taquiné sur mon engouement soudain pour l’écologie ! Je leur ai dit : « Ces faits m’ont convaincu que je dois aussi me comporter comme un citoyen du monde responsable. »

Le deuxième point important pour moi a concerné le besoin de changer le leadership afin de maximiser l’impact et de contribuer à un avenir durable pour la prochaine génération. Le rôle principal d’un dirigeant est de faire croître l’entreprise et d’innover, mais le programme s’est concentré sur les questions du type : à quoi sert votre produit ? Quel est son impact sur l’environnement ? Comment pouvez-vous le modifier si son impact est négatif ? Les axes « pourquoi » et « comment » m’ont ouvert les yeux sur la nécessité de réfléchir au processus de développement du produit autant qu’à la manière dont le produit est consommé.

Nous avons également assisté à une session fructueuse de partage d’expériences qui a permis aux participants de constater comme il est facile d’engager une discussion sur l’environnement.

Cette formation a-t-elle inspiré des changements ? 

Le programme m’a certainement inspiré. Les données, les domaines scientifiques que soutenaient ces données, les universitaires, tout y a contribué. Une fois la formation terminée, il reste à appliquer cette urgence à la vie quotidienne, ce qui ne sera pas facile. Je suis convaincu que, dans le cadre de mes différentes fonctions, je contribuerai désormais à l’intégration d’une démarche environnementale dans les discussions.

Je reste persuadé que le développement durable doit faire partie de la formation des dirigeants. Il est important que les chefs d’entreprise soient confrontés aux faits afin qu’ils possèdent les connaissances suffisantes. Il est facile de présumer que si une entreprise a mis en place un programme de développement durable ou une équipe responsable du développement durable, le processus fonctionnera. Bien sûr, la tâche n’est pas aisée, compte tenu des nombreux sujets cruciaux que les chefs d’entreprise doivent prendre en considération, notamment la diversité et le bien-être, mais ils sont complémentaires. Ce n’est qu’en adoptant cette démarche que vous poserez les bonnes questions quoique vous entrepreniez, de manière à ce que votre entreprise n’attende pas que les autres agissent. Le leadership durable devrait devenir la norme.

« Je pense que tous les participants sont repartis avec un sentiment d’urgence... Ces faits m’ont convaincu que je dois aussi me comporter comme un citoyen du monde responsable. » Luc Debruyne

En savoir plus ∨