BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 06.01.2017

L'innovation technologique : la clé du succès ?

Roger Keller

Dans un monde marqué par une forte concurrence, une contraction de la population en âge de travailler,  une demande mondiale anémique et par un besoin de réindustrialisation, l'innovation technologique est la clé du succès   pour les entreprises. La loi du plus fort impose aux entreprises de s’engager  sur la voie de la transformation numérique (industrie 4.0, robotique et cybersécurité).

file

La révolution industrielle 4.0 est en marche

Au cours des dernières années, les entreprises ont été réticentes  à investir en raison d'excédents de capacité et d'une demande finale anémique. La situation s'améliore néanmoins. Les entreprises s'efforceront désormais de consolider ou d'améliorer leur compétitivité dans un contexte marqué par une diminution de la population en âge de travailler et par une baisse de la productivité. Par ailleurs, elles saisiront toutes les occasions leur permettant de réduire leurs coûts. Parallèlement, les pays développés se sont lancés dans une campagne de réindustrialisation qui permet aux entreprises de se rapprocher des consommateurs et de leur proposer des produits répondant à leurs besoins. La meilleure option pour atteindre ces objectifs est d'innover sur le plan technologique et, plus que tout, d'entreprendre une transformation numérique.

On parle beaucoup de l'industrie 4.0, concept qui fait référence à la quatrième révolution. Après l'ère de la mécanisation, avec le moteur à vapeur, l'ère de l'électrification et l'ère de l'automatisation, voici venue l'ère de la numérisation. Le concept de connectivité s'applique aux sites de production intelligents, aux réseaux intelligents, aux solutions de logistique intelligentes, aux machines et produits intelligents.

D'après la société de conseil et d'audit PwC,  « l'industrie 4.0 » regroupe plusieurs secteurs : connectivité et automatisation de pointe, informatique dématérialisée, capteurs et d'impression 3D, capacités connectées, processus alimentés par des ordinateurs, algorithmes intelligents et Internet des objets ». Ces services permettent aux entreprises d'améliorer leurs bénéfices, de contrôler leurs coûts, d'améliorer leur rentabilité et de mieux satisfaire les besoins des clients.
 

Les robots prennent le contrôle

La révolution robotique est l'un des nombreux autres termes utilisés pour décrire la transformation profonde des outils de production. La société de conseil Boston Consulting Group prévoit une croissance de la robotique de pointe de 10 % par an dans les dix prochaines années. Cette croissance sera soutenue par une baisse de plus de 20 % des prix du matériel informatique et des logiciels d'application au cours des dix prochaines années. Ces tendances signifient que la robotique deviendra abordable pour les petites entreprises. La robotique collaborative  (« collaborative robots » ou « co-bots » en anglais) permettra d'améliorer la productivité en premier lieu. Il va de soi qu'elle permettra de réduire considérablement les coûts du travail.

Depuis 2008, il y a plus d'objets connectés que d'êtres humains ! Le fabricant de technologies de l'information Cisco Systems estime qu'il y aura plus de 50 milliards d'objets connectés d'ici 2020. La plupart sont destinés à des applications industrielles, mais certains se manifestent sous la forme d'applications destinées au secteur de la santé et à celui de la finance. L'Internet des objets est en plein essor.

L'intelligence artificielle est également un secteur faisant l'objet d'une très forte demande.

Pour l'instant, les grandes entreprises jouent un rôle moteur dans la découverte de nouvelles technologies comme l'apprentissage automatique, les robots conversationnels (logiciels simulant des conversations humaines), les aides virtuelles, les logiciels de simulation de langage naturel ou de reconnaissance faciale. Toutefois, à mesure que les entreprises peaufineront leurs solutions et que les coûts baisseront, le secteur de l'intelligence artificielle attirera aussi de plus petites entreprises.

L'essor des objets connectés complexifie les problèmes de sécurité et les rend difficiles à gérer. Cette complexification explique l'explosion de la demande pour les solutions de cybersécurité.
 

Risques pesant sur notre hypothèse centrale

Ce thème convient essentiellement aux investisseurs se projetant sur le long terme. Il mise sur des tendances structurelles fondamentales. Les secteurs concernés sont encore jeunes et des innovations surviennent constamment. Dès lors, les gagnants d'aujourd'hui pourraient ne pas être ceux de demain. Il convient d'analyser ce thème et les tendances sous-jacentes avec attention et de manière continue.Notre recommandation est une recommandation de long terme. Toutefois, nous pensons que la conjoncture macroéconomique sera favorable en 2017 et que les prochains trimestres continueront à se révéler profitables pour les investisseurs qui souhaitent miser sur ce thème. Cependant, en cas de dégradation de la conjoncture macroéconomique, les entreprises temporiseront leur transformation numérique. Le cas échéant, il est fort à parier que les cours des actions baisseront et que les entreprises technologiques mettront plus de temps à atteindre leurs objectifs à long terme.