BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Immobilier — 18.10.2016

« Les possibilités sont infinies » : est-ce toujours le cas pour les marchés immobiliers ?

Pol Robert Tansens

Quels facteurs économiques influencent l’immobilier aujourd’hui? Quelles forces affectent l’immobilier résidentiel en Europe ? Quel a été l’impact du Brexit sur les marchés immobiliers ? Autant de question auxquels notre rapport de stratégie immobilière répond

L'histoire étant censée se répéter, il suffit à certains d’invoquer le passé pour émettre des hypothèses. Par exemple :

« La valeur des actifs immobiliers chutera si les taux d’intérêt augmentent. » Quels taux d'intérêt ? Les taux nominaux ? Les taux réels ? Quel type de bien immobilier : haut de gamme ou de second rang ? Dans quels quartiers ?

« Les cycles de l'immobilier sont liés aux cycles économiques. » La relation entre les fondamentaux économiques et les performances des investissements immobiliers est-elle clairement définie ? Les marchés de capitaux sont-ils susceptibles de fausser ce lien ? La gestion des actifs immobiliers a-t-elle progressé de manière plus professionnelle ces dernières années, permettant d'enregistrer de meilleures performances quoiqu'il arrive ?

« Les marchés de l'immobilier britanniques s'effondreront de manière catastrophique en raison du Brexit, comme au début des années 1990. » Les taux d’intérêt britanniques évoluent-ils actuellement à des niveaux analogues ? L’impact du Brexit – sur la base de faits établis – peut-il être pleinement évalué à l'heure actuelle ?

Nous pensons que l’histoire ne se répètera pas nécessairement en suivant un schéma standard. Mais on ne peut ignorer le fait que les marchés utilisateurs et d’investissement réagissent tous deux aux événements très médiatisés, comme le Brexit, et aux données économiques (de manière instantanée ou décalée). Pour résumer, certaines preuves du caractère cyclique du marché de l'immobilier sont susceptibles d'émerger à terme. Nous sommes d’avis qu’il est trop risqué pour les investisseurs de présumer que les « cycles appartiennent au passé », rendant les multiples de valorisation moins pertinents.

Cette année s'annonce plus incertaine pour les investisseurs immobiliers. Il est encore trop tôt pour savoir si les différents marchés de l’immobilier sont proches d'un point de bascule vers un réajustement des prix.

 

Pour découvrir davantage d’analyses, consultez la synthèse de notre rapport.