BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 16.03.2016

Pourquoi l’allocation d’actifs est reine…

Sophie de la Chapelle

Votre maman avait raison, il ne faut pas mettre tous ses œufs dans le même panier !

Feriez-vous plutôt confiance à Sir John Templeton qui a affirmé toute sa vie que : « les seuls investisseurs qui peuvent se passer de diversifier leur portefeuille sont ceux qui ont raison dans 100% des cas », ou à Warren Buffett qui, grosso modo, pense que la diversification n’est autre qu’un moyen efficace de combattre l’ignorance : « la diversification est nécessaire seulement lorsque les investisseurs ne comprennent pas ce qu’ils font » ? Il est vrai que tous deux sont devenus milliardaires : Sir Templeton en généralisant l’utilisation de fonds de placement diversifiés et Warren Buffett en faisant des paris d’investissement ciblés qui se sont avérés d’immenses succès…

Pour ma part, étant plutôt lucide sur la nature humaine, je ne crois pas que les principes de Warren Buffett soient applicables par n’importe qui, à moins d’être un magicien des marchés financiers ou un investisseur prêt à prendre des risques extrêmement élevés… Ma préférence va donc, plus naturellement, vers la philosophie de Sir John Templeton et je dois admettre que les turbulences récentes des marchés financiers ont renforcé mon sentiment que la diversification est indispensable à la bonne maîtrise des risques et à la préservation de son patrimoine. Ainsi, je crois véritablement que toutes les classes d’actifs ont leur place dans un portefeuille. Cependant une double question subsiste : quelle doit être la place de chacune d’elles et comment tirer le meilleur de chacune ?

C’est exactement à cette question que vient répondre l’Allocation Stratégique d’Actifs: cette approche structurée, basée sur la recherche d’une diversification efficiente, vise à maximiser la performance sur le long terme, à risque constant. En d’autres termes, l’allocation stratégique d’actifs permet de construire la structure de portefeuille par classe d’actifs qui offre le meilleur couple risque/ performance.

 

UN ENVIRONNEMENT INCERTAIN

Les marchés financiers ont été fortement chahutés ces 10 dernières années et une incertitude accrue semble être un paramètre avec lequel il faudra composer à l’avenir. Dans ce contexte, il n’est plus suffisant d’acheter et de conserver des actions ou des obligations de manière opportuniste pour résister aux chocs de marché. Non, je suis foncièrement convaincue qu’avant toute chose – et en particulier avant de penser à investir dans des produits spécifiques -, un investisseur doit prendre du recul et définir, au niveau des classes d’actifs, la structure de portefeuille la plus appropriée à son profil. C’est en cela que consiste l’approche d’Allocation Stratégique d’Actifs. Ainsi, en tant qu’investisseur, vous devez donc vous poser en amont un certain nombre de questions-clés : quel est mon objectif de performance, quel niveau de perte suis-je prêt(e) à accepter, quelle est ma contrainte en termes de liquidité, ai-je des échéances importantes à venir (par exemple, un départ à la retraite) ou des projets spécifiques à court-moyen terme (par exemple, l’achat d’un bien immobilier)… ?

 

DETERMINER LE BON MIX DE CLASSES D’ACTIFS

Une fois vos objectifs et vos contraintes bien clarifiés, l’étape suivante consiste à définir la structure adéquate de votre portefeuille, ou en d’autres termes le mix de classes d’actifs le plus approprié. Plus précisément, bien diversifier revient à actionner 3 paramètres-clés :
 

  • Premièrement, comprendre le profil risque/performance de chaque classe d'actifs. Par exemple, les performances des actions sont bien plus volatiles que celles des obligations.

  • Ensuite, évaluer la sensibilité de chaque classe d'actifs aux facteurs économiques. En règle générale, les actions se comportent bien en période de croissance alors que les matières premières se distinguent lors des phases inflationnistes.

  • Dernier point, et non des moindres, mesurer l'intensité des connexions entre les différentes classes d'actifs pour les combiner de la manière la plus efficace possible. C'est ce que l'on appelle la corrélation.

Attardons-nous quelques instants sur ce concept-clé. L’objectif ici est de construire un mix de classes d’actifs qui permet de bénéficier au maximum de l’ « effet corrélation ». De façon très simple, deux classes d’actifs peuvent évoluer de manière similaire (elles sont corrélées) ou dans des directions opposées (elles sont négativement corrélées), ou encore de façon complètement indépendante l’une de l’autre (elles sont indépendantes ou dé-corrélées). Par exemple, dans des conditions de marché normales, les marchés actions – qu'ils  soient développés ou émergents, à grande ou petite capitalisation – affichent des corrélations très fortes. En revanche, les actions et les obligations ne sont généralement pas corrélées. Le graphique ci-dessous présente les performances de l'indice S&P 500 (Actions Europe), comparées à un portefeuille diversifié, incluant non seulement des actions mais également de l’obligataire, de l’immobilier et des actifs alternatifs, qui a été bâti selon une démarche d'Allocation stratégique d'actifs. Comme vous pouvez le constater, le portefeuille diversifié a  mieux performé dans les turbulences de marchés. C’est parce que la diversification protège le portefeuille contre les mouvements significatifs, parfois imprévus, d’une unique classe d’actifs et l'a rendu plus résistant aux phases de repli des marchés en amortissant les chocs, lui permettant ainsi d'enregistrer des performances plus élevées sur le long terme.
 

Effet stabilisateur de la diversification
Effet stabilisateur de la diversification (Source: Strategic-A, Actions ( DJ Stoxx 600), Diversifié (45% obligations, 25% actions, 10% immobilier, 4% Or et Mat. Premières, 5% Strat. Alternatives, 6% Private Equity, 5% cash))


UN PORTEFEUILLE ADAPTÉ À VOS BESOINS

Bien évidemment, en fonction de vos objectifs à long-terme et de vos besoins, l’allocation stratégique d’actifs la plus pertinente sera différente.  Par exemple, imaginons que vous êtes sur le point de prendre votre retraite, après avoir investi pendant plus de 30 ans. Dans ce contexte, votre principale préoccupation est de clarifier et d’optimiser la structure de votre patrimoine afin d’assurer une transmission sans heurts à vos enfants. Votre allocation « idéale » sera évidemment totalement différente de celle d’un investisseur qui vient d’entrer dans la vie active, a des enfants à élever, et envisage un projet immobilier. Cependant, pour l’un comme pour l’autre, le processus d’allocation stratégique d’actifs suivra la même logique :  vous aider à prendre du recul et à répondre à un certain nombre de questions-clés afin de construire le portefeuille le mieux diversifié sur l’ensemble des classes d’actifs, en ligne avec votre profil.

 

LA PIERRE ANGULAIRE DE LA CONSTRUCTION DE PORTEFEUILLE

Bien sûr, je ne suis pas en train de dire que, grâce à l’Allocation Stratégique d’actifs, vous serez en mesure d’éviter tous les chocs de marché. Non, je suis simplement convaincue que mettre tous ses œufs dans le même panier est généralement une stratégie d’investissement risquée, sauf si vous êtes le nouveau Warren Buffett (ce que je vous souhaite de tout cœur !). Et je dis simplement que constituer en amont le bon mix de classes d’actifs, adapté à vos objectifs personnels, est une étape critique, à ne pas négliger  qui vous aidera à préserver votre patrimoine. En bref, l’allocation stratégique d’actifs est primordiale dans la définition d’une stratégie patrimoniale.

Pour finir, retenez ces 4 règles d’or :

  1. PENSEZ LONG TERME : soyez stratégique avant d’être tactique, évitez d’être pris dans une spirale d’achat-vente, et n’oubliez pas qu’une bonne ASA est une source critique de stabilisation de la performance ;

  2. MESURER LE RISQUE AVEC PERTINENCE :  réfléchissez à votre attitude vis-à-vis du risque, soyez conscient(e) que sans risque il n’y a pas de rendement, et utilisez non pas un mais plusieurs indicateurs pour définir le risque (la volatilité, le niveau d’illiquidité, la perte maximum potentielle,…) ;

  3. DIVERSIFIEZ : souvenez-vous que chaque classe d’actifs a quelque chose à apporter dans un portefeuille, construisez le mix de classes d’actifs en ligne avec votre profil, et n’oubliez pas qu’avoir toujours raison est très difficile ;

  4. PENSEZ GLOBAL: ne soyez pas myope, prenez de la hauteur pour avoir la vision globale, clarifiez votre stratégie patrimoniale en prenant en compte toutes vos préférences et contraintes, et prenez toujours du recul avant toute décision d’investissement.

Maintenant que vous en connaissez les fondements, restez connecté pour en savoir plus sur l’Allocation Stratégique d’Actifs au cours des prochaines semaines !