BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Philanthropie — 31.08.2017

Philanthropie : Une Démarche Globale

La simplicité de déplacement et d’accès à la technologie facilite l’intérêt de la nouvelle génération philanthrope pour les causes globales. Découvrez l’une des 5 nouvelles motivations de la nouvelle génération.

file

“Il est facile de prendre contact relation avec nos bénéficiaires à l’aide de Skype. Je me sens beaucoup plus proche de ce qu'ils font."

Sonal Sachdev Patel, présidente de la GMSP Foundation

 

La technologie est le principal pont qui relie les jeunes philanthropes aux causes qu’ils défendent à travers le monde. La facilité des déplacements et l'accès à l’actualité internationale en temps réel, par le biais des médias sociaux et de l’information en ligne, servent de vitrines à certains des problèmes les plus pressants au monde, de la crise des réfugiés syriens à la traite des êtres humains en Asie. On trouve parmi ces médias, l'application de réalité virtuelle des Nations Unies, la United Nations Virtual Reality app, qui fournit une vision à 360 degrés du terrible quotidien des enfants à Gaza, en Syrie et en Afrique. Le désir de changer les choses grâce aux ressources de leurs fondations familiales, a conduit plusieurs philanthropes de cette génération à poser leur regard sur des causes concernant des régions éloignées du monde. La Fondation Jacobs en Suisse, dirigée par Lavinia Jacobs, 36 ans, a alloué tous ses récents investissements à impact social à des initiatives au profit de la Côte d'Ivoire en Afrique. « Il s’agit d'un autre changement en mer », dit Mme Case. « Si vous regardez la part de la philanthropie qui s’est internationalisée par rapport à la philanthropie traditionnelle, vous verrez qu’il n’y a pas de grande différence. En revanche, si vous vous concentrez sur les profits et les objectifs de cette génération, vous serez étonnés de voir les montants des fonds qui sont alloués aux problématiques et causes mondiales. »

Cela s’applique même à la Chine, qui a un secteur philanthropique relativement sous-développé, explique Edward Cunningham, directeur de l’Ash Centre China Programmes et de l’Asia Energy and Sustainability Initiative de la John F Kennedy School of Government de l'Université Harvard. « La première génération à tendance à être très locale, et la plupart donnent à leur province », explique M. Cunningham, qui étudie l'essor de la richesse privée et de la philanthropie chinoise. « Les millennials ont tendance à être plus dispersés et internationaux. »

Cela s’explique peut-être simplement par les avancées technologiques. De nouvelles plateformes de donation en ligne relient par exemple directement les philanthropes avec leurs bénéficiaires partout dans le monde. Kiva a été un pionnier à cet égard, permettant aux donateurs de faire des prêts en ligne aux petites entreprises du monde en développement. Tout au long de la durée du prêt, les prêteurs peuvent recevoir de la part de leur emprunteur des mises à jour, des images et des vidéos par courrier électronique. Alors que Kiva et d'autres sites Web de crowdsourcing tels betterplace.org sont conçus pour de petits dons, certains acceptent également des dons provenant de fondations.