BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Foncier Rural — 06.04.2018

Etude Agrifrance 2018: focus sur le marché du bois en France

Les ventes d'automne 2017 ont débuté avec une confirmation de l'embellie sur la demande en chêne. Dans les autres essences de feuillus, c'est plutôt le status quo.

FEUILLUS

Poursuite des bons résultats pour le chêne avec une hausse moyenne de 12 % en 2017 (151 €/m3 en moyenne). Les ventes d’automne ont confirmé les tendances passées. Dans le chêne, la crise de 2008 n’est plus qu’un lointain souvenir. Après quatre années consécutives de hausse, les professionnels restent confiants et affichent peu de stocks. Les cours du chêne sur pied ont dépassé leur niveau d’avant la crise de 2008. Les chênes de qualité supérieure (ébénisterie, tonnellerie) se sont vendus de 300 à 500 €/m3.

Dans les autres essences, notamment le hêtre et le frêne, l’offre est importante et rencontre une demande sélective. Le coût du fret maritime ayant sensiblement augmenté, les exportations vers l’Asie marquent le pas. Les hêtres de qualité se négocient de 25 à 50 €/m3. Le rythme soutenu des exportations vers l’Allemagne conforte le prix du frêne : entre 80 et 100 €/m3. En peuplier, les besoins concernent surtout l’emballage. Les peupliers aptes au déroulage se négocient de 25 à 40 €/m3. Les marchés sont plus difficiles pour les bois de trituration et d’énergie.

RESINEUX 

Après plusieurs années de baisse, les marchés des résineux s'améliorent depuis le deuxième trimestre 2017. Les volumes mis en marché progressent de 20% et les cours de bois sur pied s'orientent à la hausse.

Durant le premier semestre 2017, 750 000 m³ de résineux ont été mis sur le marché, soit 20 % de plus que sur la même période en 2016. Depuis 10 ans, c’est le volume le plus important mobilisé par les propriétaires forestiers. À l’exception du pin sylvestre dont les volumes présentés sont en léger recul, toutes les autres essences résineuses affichent une offre supérieure.

Le marché du bâtiment semble repartir à la hausse avec une augmentation des mises en chantier : 397 000 (+15,2 %). Le niveau des bois invendus baisse et les prix progressent. Pour l’épicéa (37 à 68 €/m3), les prix augmentent de 2 à 4 €/m3 sur pied, soit 3 à 5 % de mieux que l’année dernière. Il en est de même pour le douglas (20 à 75 €/m3), où la demande est soutenue. Le sapin pectiné se commercialise à 58 €/m3 en moyenne. Le pin maritime (20 à 75 €/m3), augmente moins en 2017, mais a connu une augmentation constante depuis 2011.

POUR EN SAVOIR PLUS ∨

À propos d’Agrifrance

Au sein de BNP Paribas Wealth Management, Agrifrance est le département spécialisé sur le marché du foncier rural : propriétés viticoles, belles demeures de prestige, domaines agricoles, massifs forestiers. Avec une expérience dans ce domaine acquise depuis plus de 40 ans, Agrifrance accompagne ses clients dans leur démarche patrimoniale. Grâce à un réseau de professionnels reconnus, Agrifrance est en mesure de fournir des services complémentaires, tels que l’expertise ou la gestion de propriétés rurales.

Depuis plus de 18 ans, Agrifrance publie sa note de conjoncture annuelle et apporte un éclairage précis sur l’investissement en foncier rural. Cette année, l’étude fait un focus sur l’impact du numérique sur le marché du vin.

Agrifrance s’inscrit dans l’offre différenciante « Private and Alternative Investments » de BNP Paribas Wealth Management au même titre que le Private Equity, l'Immobilier, Le Conseil en Art