BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Investissements — 12.05.2017

Marchés actions : une période de consolidation avant une reprise de la tendance haussière

Roger Keller

Les positions liées à la reflation se sont traduites par une progression de 8% des marchés actions depuis le début de l’année. Au cours des prochains mois, les nouveaux catalyseurs devraient se faire plus rares et les marchés boursiers devraient traverser une période de consolidation. La tendance à moyen terme reste toutefois positive, l’économie mondiale poursuivant son expansion.

Quelques contraintes à court terme

Sur le plan technique, les marchés actions sont en situation de surachat, comme en témoigne l’écart entre les niveaux actuels et la moyenne mobile sur 200 jours ; en outre, la divergence négative de l’indice hebdomadaire de force relative et le signal négatif envoyé par l'indicateur MACD (convergence et divergence des moyennes mobiles, ou moving average convergence/divergence) traduisent une certaine vulnérabilité. L’indice VIX (un indicateur de volatilité), qui reflète le degré de complaisance, a atteint de nouveaux plus bas historiques, trahissant là aussi une vulnérabilité. D’autres indicateurs transmettent des signaux plus neutres, notamment le sentiment des investisseurs individuels, davantage haussier que baissier.

Du point de vue des fondamentaux, les indicateurs avancés perdent de leur vigueur, les surprises économiques s’essoufflent et les révisions de bénéfices ne devraient pas s’améliorer significativement par rapport aux niveaux observés dernièrement, la proportion de révisions à la hausse ayant atteint un plus haut inédit depuis 2011. Tous ces facteurs sont des éléments mineurs en soi. Cependant, au vu des valorisations reflétant déjà des attentes élevées et compte tenu du risque que les politiques menées et la situation géopolitique soient source de déception, la progression des marchés actions devrait marquer le pas pendant un certain temps.

Notre scénario de base à court terme veut que la volatilité prendra la forme d’une consolidation et que les prix resteront supérieurs à la moyenne mobile sur 200 jours, dès lors qu'un trop grand nombre d'investisseurs sont faiblement exposés aux actions et ressentiront de plus en plus le besoin de délaisser les obligations au profit des actions. Néanmoins, si les indices d'actions s'établissent en deçà de leurs moyennes mobiles sur 200 jours, ce ne sera que temporaire, comme c’est habituellement le cas dans un contexte de tendance à la hausse de la moyenne mobile sur 200 jours.

L’accélération de la croissance bénéficiaire soutient notre optimisme à moyen terme

L’économie mondiale connaît actuellement une période de croissance globale caractérisée par les contributions de plus en plus importantes des composantes du PIB autres que la consommation ; la croissance des bénéfices à l’échelle mondiale devrait donc s’accélérer. Le levier d’exploitation, les rachats d’actions et les effets de base solides dans les secteurs liés aux matières premières et aux valeurs financières devraient générer une croissance des bénéfices par action d’environ 10% à l’échelle mondiale, soit un niveau inférieur aux attentes du consensus, qui table sur 12%.

L’évolution des indicateurs avancés et des révisions de bénéfices sont deux facteurs clés de l’évolution des marchés actions. Tous deux ont atteint des plus hauts historiques, expliquant l'envolée des actions internationales depuis le début de l'année. À l’avenir, ces indicateurs ne bénéficieront plus de cette dynamique positive robuste. Les marchés actions devraient donc afficher une tendance haussière moins vigoureuse à moyen terme. De plus, les valorisations ne progressent pas en période de relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale américaine, scénario que nous anticipons.



Au cours des 12 prochains mois et au-delà de la phase de consolidation qui devrait marquer les périodes à venir, nous tablons sur un potentiel haussier modéré. Le rendement du dividende, qui avoisine 2,5% à l’échelle mondiale, contribuera par conséquent de façon importante à la performance totale des investissements en actions.