#ISR — 07.10.2020

Obligations indexées sur le développement durable

Lutter contre le changement climatique et assurer un avenir plus durable sont devenus des préoccupations essentielles. Les obligations indexées sur le développement durable sont une nouvelle façon d’intégrer cette donne dans les objectifs des entreprises et des investisseurs.

Agrifrance : étude annuelle foncier rural Grande-Bretagne I BNP Paribas Wealth Management

Les citoyens, les gouvernements et les entreprises du monde entier insistent de plus en plus pour que des plans d'action clairs et ambitieux soient mis en place pour atteindre ces objectifs. En conséquence, en 2015, l'ONU a adopté un Agenda pour le développement durable qui comprend les Objectifs de développement durable (« ODD »), un groupe de 17 objectifs visant à lutter contre la pauvreté, à protéger la planète et à assurer la prospérité à travers le monde.

La même année, la Conférence des Nations unies sur les changements climatiques – ou COP 21 - s'est achevée par un accord mondial pour lutter contre les changements climatiques et notamment s'efforcer de limiter le réchauffement climatique à un niveau « bien en dessous de 2° C » par rapport aux niveaux préindustriels. Cet accord visait également à assurer que le secteur financier jouerait pleinement son rôle dans la lutte contre le changement climatique.

Au lendemain de cet accord, le secteur financier a travaillé avec de multiples acteurs pour définir le cadre juridique et opérationnel sous-tendant l'utilisation d'instruments de financement dit « verts ». Parmi ces instruments figurent les Green bonds ou « obligations vertes ». Une obligation verte est un instrument de dette dont le produit est affecté à des projets durables éligibles. Dans ce contexte, l'« International Capital Market Association » (ICMA) a publié les « Green Bond Principles » ou principes des obligations vertes, qui contribuent à codifier la définition de ce qui peut ou non être classé comme une obligation verte. Les institutions financières ont également publié des principes liés à ces obligations et mis en place des processus clairs : BNP Paribas, par exemple, a été parmi les premiers à publier son « Green Bond Framework » ou principes d’encadrement des obligations vertes, visant à faciliter la compréhension, l'adoption et le suivi de ces instruments. Au fur et à mesure que l'univers des instruments financiers à vocation sociale et environnementale se développait, des codifications similaires ont été adoptées dans d'autres domaines. Une obligation sociale est un instrument de dette dont les fonds sont affectés à un objectif social spécifique.

Green bond (obligation verte) :

Dette émise auprès d'investisseurs par une entreprise afin de financer ou de refinancer des projets qui contribueront à la transition écologique

 

Obligations sociales :

Titres de créance similaires aux Green Bonds mais visant à financer ou refinancer des projets sociaux

 

Obligations de développement durable :

Des titres de créance similaires à des Obligations vertes mais visant à financer ou refinancer à la fois des Projets verts et des Projets sociaux

 

Obligations indexées sur le développement durable :

Instruments de dette conventionnels incluant des caractéristiques spécifiques influant, par exemple, sur leur coupon ou leur prix de remboursement selon les résultats atteints sur un ensemble d’indicateurs environnementaux, sociaux, de gouvernance (ESG)

Cette codification du marché, combinée au fort appétit des investisseurs comme des émetteurs ont permis au marché des obligations vertes de dépasser 250 milliards USD en 2019 (source :https://www.climatebonds.net/files/reports/2019_annual_highlights-final.pdf), en hausse de 51 % par rapport à 2018.

S'appuyant sur des principes similaires, de nouveaux instruments de financement durable sont apparus au cours de ces dernières années. Alors que les obligations vertes et les obligations sociales se concentrent sur la levée de capitaux dédiés à des projets durables spécifiques, une autre catégorie de produits, les obligations indexées sur le développement durable (« Sustainable Linked Bonds » ou SLBS), se comportent davantage comme des instruments de dette conventionnels. Elles incluent des caractéristiques spécifiques liées à un ensemble d'indicateurs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG). En fonction de l’évolution de ces indicateurs ESG, audités chaque année, une entreprise paiera, par exemple, un taux d'intérêt plus ou moins élevé sur la dette, ce qui incitera fortement l'émetteur à travailler à la mise en place de processus et d’opérations plus durables. De même, l'ICMA et les principales institutions financières ont publié des règles et des codifications afin de garantir la mise en place d'un cadre approprié pour ces instruments.

L'avantage des SLBS pour les entreprises est que les fonds levés ne sont pas limités dans leur utilisation à des projets spécifiques. Ils établissent également une voie claire et forte pour soutenir la stratégie de développement durable d'une entreprise. Alors que les premiers émetteurs utilisant ces instruments étaient principalement de grandes entreprises cotées sur les places boursières, un nombre croissant de sociétés s’appuient désormais sur ces instruments. Ainsi, en septembre 2020, la maison de luxe française Chanel, soutenue par BNP Paribas, est devenue le premier émetteur non noté à placer des obligations liées aux indicateurs de durabilité, soutenant la stratégie de développement durable de l'entreprise et intégrant des objectifs approuvés par l'Initiative Science Based Targets (SBTI, une organisation visant à s’assurer que les objectifs durables soient basés sur des critères scientifiques).

Grâce à ces instruments, Chanel s’est fixé des objectifs ambitieux, notamment la réduction de ses propres émissions de gaz à effet de serre de 50% et la réduction des émissions de sa chaîne d’approvisionnement de 10% d’ici 2030, ainsi que le passage à 100% d’électricité renouvelable d’ici 2025. L’engagement et la qualité de Chanel en tant qu’émetteur se sont avérés de grands facteurs d‘attraction pour les investisseurs. Ainsi l’émission d’obligations a été sursouscrite, soulignant l’appétit croissant des investisseurs pour les investissements socialement responsables.

« CHANEL s’engage dans un important programme de transformation visant à « décarboniser » son modèle économique. Les obligations à impact positif peuvent changer la donne pour accélérer la lutte contre les changements climatiques. CHANEL  fait ainsi figure d’exemple en créant un cadre ambitieux et transparent fondé sur des données scientifiques. Nous sommes fiers d’accompagner CHANEL dans cette démarche en structurant et en émettant ces obligations innovantes. »

Jean-Laurent Bonnafé, Administrateur Directeur Général du Groupe BNP Paribas

Ces nouveaux instruments contribuent à la croissance des investissements socialement responsables tout en offrant aux émetteurs et aux investisseurs une gamme de plus en plus large pour répondre à leurs besoins et permettant aux entreprises de financer leur transformation durable. Les actifs sous gestion avec une thématique « durable » ont atteint un nouveau sommet de plus de 1 000 milliards de dollars et le marché continue de croître à un rythme très rapide, soulignant les engagements croissants des entreprises et des investisseurs à contribuer à un avenir plus durable.

Les investisseurs privés, en particulier, manifestent un intérêt croissant pour ces actifs. BNP Paribas Wealth Management combine le profil financier et l'expérience des clients ainsi que leurs objectifs personnels pour proposer des opportunités d’investissements correspondant à leurs valeurs.

Le nombre croissant d'entreprises réputées choisissant ces instruments innovants pour se financer combiné à un appétit toujours plus fort des investisseurs sont de puissants indicateurs de la montée en puissance de la finance verte et de la transformation en cours de l’économie !

En savoir plus ∨