BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Stratégie d'investissement — 26.03.2018

Les craintes d'une guerre commerciale font chuter les marchés boursiers

La chaîne d'événements

  • Le président américain Trump a annoncé jeudi 22 mars 2018 que les Etats-Unis s'apprêtent à imposer des droits de douane sur les importations chinoises d'une valeur allant jusqu'à 60 milliards d'USD. La liste des produits concernés sera définie dans les 15 prochains jours. Ils sont susceptibles d'inclure principalement des produits technologiques. Le président américain affirme que ces mesures sont les "premières d'une longue liste".

  • La Chine a réagi rapidement à cette annonce en déclarant qu'elle imposera des droits de douane allant jusqu'à 25 % sur les importations en provenance des États-Unis. Il s'agit de représailles contre les droits de douane sur l'acier et l'aluminium récemment adoptés par l'administration américaine. Cela signifie que d'autres mesures sont potentiellement à venir. La Chine déclare qu'elle cherchera des actions en justice contre les États-Unis auprès de l'Organisation mondiale du commerce. La Chine appelle également au dialogue.

  • Les marchés boursiers ont mal réagi à cette nouvelle : le Standard & Poor's a perdu 2,5 % hier, le Topix 3,6 %, les "H-shares" (actions chinoises cotées à Hong Kong) 2,4 %. L'Europe est en baisse de près de 2 %. Les marchés boursiers ont également digéré la nouvelle que la Réserve fédérale est en train de devenir un peu plus hawkish et la nomination de John Bolton au poste de conseiller en matière de sécurité nationale à la Maison-Blanche, en remplacement de H. R. McMaster. M. Bolton est considéré comme faisant partie de l'aile dure envers l'Iran et la Corée, entre autres.

Notre position sur ces événements

Une augmentation substantielle des tensions commerciales avait été jugée imminente avec la publication prochaine du rapport du représentant américain au commerce Robert Lighthizer sur les violations des droits de propriété intellectuelle par la Chine. Les voies possibles pour aller de l'avant sont variées. Nous restons d'avis que les tensions commerciales persisteront, mais qu'elles ne dégénéreront pas en guerres commerciales qui auront un impact négatif important sur la croissance mondiale. Si la situation devenait plus tendue que prévu, les banques centrales devraient alors ajuster leurs politiques pour limiter les risques à la baisse.

La conséquence pour les investisseurs est qu'ils doivent s'attendre à ce que la volatilité reste élevée dans un avenir prévisible, ce qui était déjà le cas en raison de la hausse attendue de l'inflation et des rendements obligataires, ainsi que de la perte de dynamisme de la croissance économique et des bénéfices à l'approche de 2019. La tendance principale reste néanmoins à la hausse, ce qui signifie que les investisseurs devraient profiter de la volatilité pour s'exposer davantage aux actions.

En fin de compte

Notre scénario de base d'une tendance haussière volatile des marchés boursiers demeure en place. Nous suivrons bien sûr de près les événements pour vérifier si la probabilité d'un résultat plus négatif que prévu augmente et pourrait avoir une incidence sur nos prévisions de croissance économique et de croissance des bénéfices.

Restez à l'écoute.

Sur le même sujet