BNP Paribas utilise des cookies sur ce site internet. En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l'utilisation de ces cookies. Vous pouvez consulter notre Politique Cookies pour de plus amples informations et pour savoir comment les bloquer sur votre ordinateur. Le fait d’empêcher le dépôt de cookie sur votre terminal peut induire une expérience réduite des fonctionnalités de ce site.

#Foncier Rural — 17.04.2018

Etude Agrifrance 2018 : Focus sur le marché du foncier agricole en France

RALENTISSEMENT DE LA HAUSSE DES PRIX


En 2017, le prix d’un hectare de foncier agricole français cote en moyenne 6 090 euros. Il n’a progressé que de 0,9 % par rapport à 2016, contre plus de 5 % durant les 10 dernières années. Ce fort ralentissement est, comme l’année précédente, à mettre en perspective avec la baisse des revenus et des prix des produits agricoles.

Pour autant, les valeurs vénales progressent et les transactions restent actives sur le foncier de qualité. Les prix français sont toujours inférieurs aux prix constatés chez nos voisins européens et le marché du foncier à vendre est limité. Il représente moins de 2 % de la surface agricole utilisée. Enfin, le marché de l’urbanisation semble repartir sous la pression foncière des grands centres urbains.

LES TERRES CEREALIERES DEVANCENT TOUJOURS LES PRIX DES PRAIRIES

Les prix pratiqués en grandes cultures sont supérieurs de 34 % à ceux en zones d’élevage. Il faut compter en moyenne 7 350 euros pour un hectare de terre céréalière, contre 4 830 euros pour un hectare de pré. Ces prix progressent peu en 2017 : + 1,1 % pour les terres contre + 0,6 % pour les prairies.

En haut de l’échelle, les meilleures zones céréalières s’échangent à des niveaux supérieurs à 20 000 euros par hectare. On peut citer la région Nord Pas de Calais, le Santerre, la Champagne Crayeuse ou le Saint Quentinois… ou certaines régions du Sud de la France, comme la Crau, ou la Vallée de la Durance. 

DANS UN CONTEXTE DE TAUX BAS, LE FONCIER AGRICOLE DEMEURE INTERESSANT

Pour un propriétaire bailleur, le foncier loué vaut en moyenne 5 040 euros par hectare. Il progresse de 1,8 % par rapport à 2016, soit 1 % de plus que le foncier libre de bail. Cette hausse est particulièrement marquée pour les terres céréalières qui augmentent de 2 %, contre 1,6 % pour les prairies.

Pour la première fois depuis 10 ans, les loyers sont en baisse de 2,6 % par rapport à 2016. Néanmoins, avec un fermage moyen de 164 euros par hectare et par an, le rendement locatif brut du foncier agricole loué s’établit tout de même à 3,3 % par an. Ce qui dans l’environnement actuel des taux bas, n’est pas négligeable. En fonction des régions et du type de foncier, ce rendement brut moyen oscille entre 3,7 % pour les prairies et 3 % pour les terres céréalières.

Plus que jamais les modèles économiques évoluent vers la recherche de valeur ajoutée, quitte à ce que le capital foncier (immobilier) et le capital d’exploitation soient de plus en plus dissociés comme c’est le cas dans le commerce ou l’industrie. Les exploitations individuelles qui représentaient 58 % des surfaces en 2000, diminuent et ne représentent plus que 38 % des surfaces en 2013.  Dans le même temps, les sociétés d’exploitation augmentent. De nouveaux modes de financement alternatifs apparaissent : crowdfunding, portage du foncier par des investisseurs extérieurs… Dans ce contexte, on assiste à une augmentation du nombre d’investisseurs non exploitants, car à moyen terme et dans une logique de diversification, le foncier agricole comme le foncier viticole demeurent des placements sûrs et intéressants.

POUR EN SAVOIR PLUS ∨

À propos d’Agrifrance

Au sein de BNP Paribas Wealth Management, Agrifrance est le département spécialisé sur le marché du foncier rural : propriétés viticoles, belles demeures de prestige, domaines agricoles, massifs forestiers. Avec une expérience dans ce domaine acquise depuis plus de 40 ans, Agrifrance accompagne ses clients dans leur démarche patrimoniale. Grâce à un réseau de professionnels reconnus, Agrifrance est en mesure de fournir des services complémentaires, tels que l’expertise ou la gestion de propriétés rurales.

Depuis plus de 18 ans, Agrifrance publie sa note de conjoncture annuelle et apporte un éclairage précis sur l’investissement en foncier rural. Cette année, l’étude fait un focus sur l’impact du numérique sur le marché du vin.

Agrifrance s’inscrit dans l’offre différenciante « Private and Alternative Investments » de BNP Paribas Wealth Management au même titre que le Private Equity, l'Immobilier, Le Conseil en Art